BRIBES EN LIGNE
clers est li jurz et li o tendresses ô mes et…  dits de sous la pression des c’est la distance entre la chaude caresse de dans ce périlleux c’est le grand al matin, quant primes pert art jonction semble enfin  monde rassemblé 0 false 21 18 légendes de michel   maille 1 :que f les rêves de       marche la question du récit le corps encaisse comme il vous êtes glaciation entre et que dire de la grâce qu’est-ce qui est en a christiane "mais qui lit encore le la cité de la musique rm : d’accord sur       &agrav  l’exposition  thème principal : depuis ce jour, le site       longte       mouett     vers le soir seins isabelle boizard 2005 pour jean gautheronle cosmos chairs à vif paumes en cet anniversaire, ce qui "nice, nouvel éloge de la       bruyan station 4 : judas        " deuxième approche de en ceste tere ad estet ja       voyage ils avaient si longtemps, si dernier vers aoi pas même   voici donc la il ne sait rien qui ne va       la       st juste un mot pour annoncer  les œuvres de on a cru à samuelchapitre 16, versets 1 g. duchêne, écriture le ouverture d’une f les feux m’ont couleur qui ne masque pas  improbable visage pendu là, c’est le sable et pour le prochain basilic, (la dans ce pays ma mère  je signerai mon   le texte suivant a pour yves et pierre poher et       &agrav comme une suite de un nouvel espace est ouvert le franchissement des   un vendredi les dieux s’effacent trois (mon souffle au matin cinquième citationne diaphane est le       fleur antoine simon 21 (vois-tu, sancho, je suis rm : nous sommes en sequence 6   le mise en ligne passet li jurz, la noit est antoine simon 13 chaises, tables, verres,       vu nice, le 30 juin 2000 "ces deux là se temps de pierres dernier vers que mort pour gilbert eurydice toujours nue à guetter cette chose   j’ai souvent       tourne       le alocco en patchworck ©   on n’est le 26 août 1887, depuis       une au commencement était m1       pour lee       montag (elle entretenait       il n’est pire enfer que ma chair n’est  martin miguel vient     ton f les marques de la mort sur f le feu m’a antoine simon 9 moisissures mousses lichens       &     un mois sans  pour le dernier jour  référencem zacinto dove giacque il mio  tous ces chardonnerets hans freibach :    en avant propos la peinture est attelage ii est une œuvre       embarq 1-nous sommes dehors. dernier vers aoi tu le sais bien. luc ne       deux     les provisions       j̵       droite le glacis de la mort ce qui importe pour pure forme, belle muette, bien sûrla antoine simon 17 temps de cendre de deuil de à sylvie l’art c’est la un titre : il infuse sa quatrième essai rares je suis antoine simon 18 macles et roulis photo  dernier salut au et ma foi, le geste de l’ancienne, poème pour karles se dort cum hume     le cygne sur écrirecomme on se du bibelot au babilencore une   six formes de la carissimo ulisse,torna a       l̵  “s’ouvre antoine simon 11 f qu’il vienne, le feu moi cocon moi momie fuseau temps où les coeurs j’arrivais dans les apaches : dernier vers aoi f le feu est venu,ardeur des a supposer quece monde tienne la fraîcheur et la (À l’église l’impossible des conserves !       ce  l’écriture vous avez       à dans le respect du cahier des       je la communication est beaucoup de merveilles approche d’une “dans le dessin  le livre, avec madame porte à mieux valait découper     du faucon le recueil de textes je rêve aux gorges première antoine simon 25 autre citation   anatomie du m et dentelle : il avait lorsque martine orsoni il tente de déchiffrer, bernard dejonghe... depuis une errance de cet article est paru madame des forêts de pour raphaël il arriva que    de femme liseuse une il faut dire les f le feu s’est c’est pour moi le premier dernier vers aoi mult ben i fierent franceis e on peut croire que martine le passé n’est la liberté s’imprime à  il y a le  marcel migozzi vient de dernier vers aoi fragilité humaine. ce qui aide à pénétrer le       le tout mon petit univers en a toi le don des cris qui la terre nous pour m.b. quand je me heurte  tu vois im font chier franchement, pensait le chef, carcassonne, le 06 pour marcel       et tu carles respunt : le texte qui suit est, bien de toutes les       cerisi le 15 mai, à la galerie chave qui encore la couleur, mais cette     tout autour     m2 &nbs     &nbs       sur  si, du nouveau sables mes parolesvous tandis que dans la grande la deuxième édition du  mise en ligne du texte l’existence n’est toulon, samedi 9   dits de f tous les feux se sont f dans le sourd chatoiement l’évidence dernier vers aoi mais non, mais non, tu pour michèle gazier 1) frères et       rampan dernier vers doel i avrat,  de même que les       nuage de profondes glaouis il existe au moins deux il en est des meurtrières. je découvre avant toi   né le 7 dans le pain brisé son le galop du poème me je désire un       ruelle régine robin, deuxième suite j’ai travaillé troisième essai les avenues de ce pays dernier vers aoi   adagio   je       soleil très saintes litanies d’abord l’échange des     hélas, souvent je ne sais rien de pas facile d’ajuster le la route de la soie, à pied, nouvelles mises en ainsi fut pétrarque dans morz est rollant, deus en ad pourquoi yves klein a-t-il premier essai c’est si grant dol ai que ne "l’art est-il me vue à la villa tamaris d’un côté   ciel !!!! rita est trois fois humble. attention beau saluer d’abord les plus       au     l’é       sabots       le     pourquoi dans un coin de nice,       fourr& madame dans l’ombre des       pass&e   le 10 décembre abstraction voir figuration dernier vers aoi       crabe- ce raphaël       sous au seuil de l’atelier r.m.a toi le don des cris qui la mort, l’ultime port, titrer "claude viallat, station 1 : judas  au mois de mars, 1166 poussées par les vagues       reine     "       s̵ vos estes proz e vostre imagine que, dans la pas de pluie pour venir sainte marie,       pass&e la fonction, la vie est dans la vie. se     de rigoles en dimanche 18 avril 2010 nous 1 la confusion des la gaucherie à vivre, temps où le sang se le ciel est clair au travers       neige il ne s’agit pas de       deux rien n’est plus ardu  avec « a la antoine simon 23 cet article est paru dans le deuxième essai le au lecteur voici le premier  “ce travail qui et te voici humanité la mort d’un oiseau. il faut aller voir je sais, un monde se station 7 : as-tu vu judas se la lecture de sainte quando me ne so itu pe  “comment raphaËl marcel alocco a dans le monde de cette les dernières toi, mésange à   ces sec erv vre ile vedo la luna vedo le le pendu il y a des objets qui ont la le ciel de ce pays est tout l’erbe del camp, ki       é pour mes enfants laure et       la ce monde est semé À max charvolen et tout le problème l’éclair me dure,       les       sur reprise du site avec la       sur même si je meurs de soif deuxième essai …presque vingt ans plus dernier vers aoi le lourd travail des meules quand c’est le vent qui dernier vers aoi   pour théa et ses clers fut li jurz e li temps de bitume en fusion sur  hors du corps pas vous dites : "un antoine simon 14       descen l’ami michel vous n’avez la vie est ce bruissement elle disposait d’une       fourmi antoine simon 27     une abeille de   je ne comprends plus ecrire les couleurs du monde et il fallait aller debout       object pour alain borer le 26 À peine jetés dans le la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Objectif | Voyage à nouveau ->
Nuage de neige *
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

nuage de neige

sur champ ensoleillé ?

non ! tempête de pollen

Publication en ligne : 24 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette