BRIBES EN LIGNE
quand il voit s’ouvrir, dernier vers aoi f qu’il vienne, le feu prenez vos casseroles et à sylvie       ton       une     "       apr&eg ce monde est semé       sabots nous dirons donc ma chair n’est ce d’un côté       magnol antoine simon 31     double sur la toile de renoir, les  improbable visage pendu antoine simon 17 (vois-tu, sancho, je suis i.- avaler l’art par       que le passé n’est passent .x. portes,       arauca le texte qui suit est, bien régine robin, station 3 encore il parle pour yves et pierre poher et outre la poursuite de la mise 1 la confusion des       pour antoine simon 6 mille fardeaux, mille       je mult ben i fierent franceis e lentement, josué giovanni rubino dit le 28 novembre, mise en ligne branches lianes ronces ce qui fait tableau : ce     les provisions guetter cette chose     les fleurs du madame dans l’ombre des on trouvera la video les grands pierre ciel fontelucco, 6 juillet 2000 souvent je ne sais rien de paysage de ta tombe  et difficile alliage de derniers vers sun destre temps de pierres dans la et nous n’avons rien abstraction voir figuration  au travers de toi je d’ eurydice ou bien de art jonction semble enfin martin miguel art et       bonheu g. duchêne, écriture le attendre. mot terrible. dix l’espace ouvert au le bulletin de "bribes et si tu dois apprendre à je ne peins pas avec quoi, les étourneaux ! 10 vers la laisse ccxxxii onze sous les cercles   adagio   je histoire de signes . comme un préliminaire la dans l’innocence des a supposer quece monde tienne le numéro exceptionnel de       montag pluies et bruines,  les œuvres de je t’enlace gargouille       la station 4 : judas  pour qui veut se faire une pas une année sans évoquer       la       s̵     après cher bernard quand les eaux et les terres       ce   je n’ai jamais li emperere par sa grant encore une citation“tu       chaque livre grand format en trois le temps passe dans la buttati ! guarda&nbs       vu  le livre, avec siglent a fort e nagent e       ruelle j’arrivais dans les dernier vers aoi torna a sorrento ulisse torna pour lee       quand et il parlait ainsi dans la antoine simon 32    si tout au long ses mains aussi étaient       quinze s’ouvre la  il y a le   marcel  le "musée la liberté s’imprime à “dans le dessin antoine simon 11 mieux valait découper       je ce n’est pas aux choses dernier vers aoi c’est la chair pourtant  les trois ensembles première  tu ne renonceras pas. (josué avait lentement       la abu zayd me déplait. pas  les éditions de pour jean marie       le c’est extrêmement       ma  jésus r.m.a toi le don des cris qui         &n tout mon petit univers en petites proses sur terre je déambule et suis l’ami michel       je me       coude tout est prêt en moi pour madame aux rumeurs       fleure le lourd travail des meules       baie certains soirs, quand je écrirecomme on se à equitable un besoin sonnerait douze (se fait terre se que d’heures je t’enfourche ma nous serons toujours ces mes pensées restent troisième essai et  je signerai mon quel étonnant antoine simon 30 cliquetis obscène des   le texte suivant a mesdames, messieurs, veuillez la mort d’un oiseau.  “la signification merci à marc alpozzo       en un (en regardant un dessin de leonardo rosa       dans tandis que dans la grande "si elle est       les introibo ad altare     ton cyclades, iii° le geste de l’ancienne, dernier vers aoi   l’attente, le fruit lorsqu’on connaît une  si, du nouveau  au mois de mars, 1166 dans les rêves de la f tous les feux se sont li emperere s’est station 1 : judas madame est une torche. elle  tu vois im font chier     de rigoles en       su la fraîcheur et la   3   

les dernier vers aoi     tout autour il ne s’agit pas de tu le saiset je le vois dans le train premier cinquième essai tout       dans je t’ai admiré, eurydice toujours nue à une il faut dire les attelage ii est une œuvre légendes de michel       droite     extraire     hélas,   anatomie du m et 0 false 21 18       maquis       pass&e noble folie de josué,   six formes de la       dans lancinant ô lancinant le galop du poème me    de femme liseuse       neige nouvelles mises en et tout avait allons fouiller ce triangle ici. les oiseaux y ont fait la fraîcheur et la    en issent de mer, venent as j’ai perdu mon dans le patriote du 16 mars       et tu violette cachéeton pour mes enfants laure et       glouss au matin du passet li jurz, si turnet a pour jacqueline moretti, sables mes parolesvous le lent déferlement       allong 0 false 21 18 l’homme est les dessins de martine orsoni       jonath de pareïs li seit la ce 28 février 2002. errer est notre lot, madame,       la af : j’entends       la  référencem antoine simon 16 il est le jongleur de lui ecrire les couleurs du monde le ciel est clair au travers vous deux, c’est joie et       reine je découvre avant toi "tu sais ce que c’est pour jean-marie simon et sa je m’étonne toujours de la le 23 février 1988, il mult est vassal carles de À la loupe, il observa       dans dernier vers aoi dans le monde de cette pour nicolas lavarenne ma       dans la galerie chave qui deux mille ans nous je désire un il aurait voulu être le 15 mai, à dans ce pays ma mère huit c’est encore à       dans  pour le dernier jour       o les lettres ou les chiffres le travail de bernard "mais qui lit encore le dans l’innocence des (ô fleur de courge... accoucher baragouiner la prédication faite  dans le livre, le Éléments -     chambre "ces deux là se sixième       m̵ les plus terribles       marche c’est la peur qui fait dernier vers aoi i en voyant la masse aux la vie est dans la vie. se c’est la distance entre les textes mis en ligne clquez sur quelque chose pour martine avec marc, nous avons constellations et   tout est toujours en       banlie premier essai c’est  dernières mises       je me jamais je n’aurais       le       les       pourqu 1.- les rêves de       devant (À l’église   la production le proche et le lointain il ne reste plus que le « e ! malvais nécrologie au rayon des surgelés glaciation entre   dits de chercher une sorte de dernier vers aoi quelques autres ma voix n’est plus que vertige. une distance apaches :    tu sais le tissu d’acier on dit qu’agathe a grant dulur tendrai puis f les rêves de toutes ces pages de nos tes chaussures au bas de dernier vers aoi     un mois sans  l’exposition  1 au retour au moment 1) notre-dame au mur violet l’instant criblé       pour alain borer le 26       j̵ ...et poème pour       le   j’ai souvent ainsi fut pétrarque dans dernier vers aoi essai de nécrologie, que reste-t-il de la comme une suite de  les premières libre de lever la tête 1-nous sommes dehors. dernier vers aoi d’abord l’échange des       en et voici maintenant quelques   (à lu le choeur des femmes de nous avancions en bas de mais non, mais non, tu       m&eacu janvier 2002 .traverse vue à la villa tamaris       l̵     à       " des voiles de longs cheveux antoine simon 12 halt sunt li pui e mult halt le "patriote", granz fut li colps, li dux en       bien a la fin il ne resta que les enseignants : macles et roulis photo 7 nos voix  “s’ouvre pour robert sainte marie, j’ai ajouté 1- c’est dans    seule au pas même on croit souvent que le but       la carissimo ulisse,torna a       force la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Benedetto, Albertine > Glossolalies

ALBERTINE BENEDETTO

<- Je découvre avant toi | Tendresse du monde ->
Souvent je ne sais rien de toi
© Albertine Benedetto
Ecrivain(s) : Benedetto A.
Clefs : poésie

Souvent je ne sais rien de toi
entre nous la pesée de l’espace-temps
enfoncé comme un coin
nous a l’un à l’autre annulés
comme le ferait la déflagration d’une bombe
effaçant à l’instant la probabilité de nos vies

Et pourtant

quand nos membres mêlés
joignent terre et ciel
pétris de même matière
humides des mêmes humeurs
baignant dans la même eau
nous révélant l’un à l’autre
avec évidence si pleine
que nous fermons les yeux

Et pourtant

revenue à mon inquiète traversée
gouvernant seule ma chair frileuse si exposée
je suis sourde et aveugle
n’ayant pas même la prescience
inférieure en cela aux autres bêtes
des cataclysmes à venir
dans les palpitations cellulaires du monde
n’imaginant plus que des possibles de toi
de toi peut-être qui n’es pas

Publication en ligne : 25 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette