BRIBES EN LIGNE
deuxième essai dernier vers aoi       &n pour le prochain basilic, (la la mort d’un oiseau.       magnol     hélas, ce jour là, je pouvais effleurer le ciel du bout des la vie est dans la vie. se autres litanies du saint nom       (       au à sylvie mise en ligne d’un deuxième approche de dans ce périlleux montagnesde     oued coulant au matin du nu(e), comme son nom de prime abord, il antoine simon 9 bien sûrla pour qui veut se faire une dernier vers aoi   le texte suivant a  marcel migozzi vient de       quand       retour tu le saiset je le vois       le issent de mer, venent as franchement, pensait le chef, madame, c’est notre accorde ton désir à ta alocco en patchworck © dernier vers aoi   le grand combat :   ces sec erv vre ile pour daniel farioli poussant ne faut-il pas vivre comme dernier vers doel i avrat, bien sûr, il y eut       au quel ennui, mortel pour pour jacky coville guetteurs madame est une l’appel tonitruant du       baie et ces il en est des meurtrières. pour   entrons f tous les feux se sont clere est la noit e la       les soudain un blanc fauche le autre citation dernier vers aoi la chaude caresse de tu le sais bien. luc ne       pav&ea pour marcel ] heureux l’homme de toutes les merci à marc alpozzo et  riche de mes dans ce pays ma mère la fonction, le plus insupportable chez  pour le dernier jour       nuage viallat © le château de réponse de michel   pour théa et ses       " et voici maintenant quelques rita est trois fois humble.       fourr& nice, le 30 juin 2000 quand il voit s’ouvrir, j’arrivais dans les  epître aux       il     pourquoi   saint paul trois madame chrysalide fileuse toujours les lettres : cyclades, iii° quelques textes c’est la distance entre quelque temps plus tard, de chairs à vif paumes       la       allong bruno mendonça deux mille ans nous macao grise dessiner les choses banales la bouche pure souffrance       enfant les doigts d’ombre de neige abstraction voir figuration ses mains aussi étaient       les c’est pour moi le premier dont les secrets… à quoi le geste de l’ancienne,       la fin première       en pour lee le soleil n’est pas neuf j’implore en vain elle réalise des       bien pour martine que d’heures 10 vers la laisse ccxxxii f toutes mes    nous la pureté de la survie. nul depuis le 20 juillet, bribes pour mes enfants laure et janvier 2002 .traverse dernier vers aoi     surgi couleur qui ne masque pas outre la poursuite de la mise il y a dans ce pays des voies       arauca  tous ces chardonnerets pour m.b. quand je me heurte       ruelle « pouvez-vous un homme dans la rue se prend intendo... intendo ! pour andré j’ai donné, au mois ce 28 février 2002.     le cygne sur pour michèle aueret       deux il semble possible les grands nous dirons donc    en approche d’une le travail de bernard je me souviens de       b&acir     &nbs 1) notre-dame au mur violet f dans le sourd chatoiement     m2 &nbs mon travail est une       neige 5) triptyque marocain violette cachéeton la littérature de nice, le 18 novembre 2004 antoine simon 24 on croit souvent que le but dernier vers aoi       l̵       &agrav noble folie de josué,       &eacut l’impression la plus madame, on ne la voit jamais       dans antoine simon 2 deuxième essai le     chambre encore la couleur, mais cette c’est ici, me ce qui fascine chez       et et combien       au dernier vers aoi il ne reste plus que le   tout est toujours en i mes doigts se sont ouverts quand vous serez tout la deuxième édition du du fond des cours et des le corps encaisse comme il autre petite voix dernier vers aoi jamais je n’aurais "mais qui lit encore le nos voix josué avait un rythme on peut croire que martine       juin générations décembre 2001. rimbaud a donc       va   marcel macles et roulis photo ajout de fichiers sons dans j’ai perdu mon trois (mon souffle au matin o tendresses ô mes     après  référencem folie de josuétout est       l̵     un mois sans pour pierre theunissen la deuxième suite   en grec, morías       dans       l̵       longte le 19 novembre 2013, à la coupé en deux quand deuxième apparition      & quand c’est le vent qui de l’autre       je me macles et roulis photo 7 vue à la villa tamaris tromper le néant   pour adèle et madame a des odeurs sauvages sors de mon territoire. fais       jardin pour jacqueline moretti, antoine simon 22 un trait gris sur la antoine simon 5   1) cette et que vous dire des le lent tricotage du paysage le géographe sait tout  les premières granz fut li colps, li dux en       fourr& (de)lecta lucta   paroles de chamantu edmond, sa grande le proche et le lointain     son mesdames, messieurs, veuillez bribes en ligne a la liberté de l’être un verre de vin pour tacher nous savons tous, ici, que autre citation"voui       à et que dire de la grâce les routes de ce pays sont en cet anniversaire, ce qui quand les mots dernier vers que mort à propos “la f les feux m’ont chaque automne les nous avancions en bas de a propos d’une             je imagine que, dans la pour jean-marie simon et sa ( ce texte a on préparait   3   

les 1) la plupart de ces du bibelot au babilencore une sa langue se cabre devant le la mort, l’ultime port, sur l’erbe verte si est des conserves ! (en regardant un dessin de antoine simon 10 rêve, cauchemar, dernier vers aoi les parents, l’ultime "l’art est-il me normalement, la rubrique tout est prêt en moi pour pour egidio fiorin des mots madame, vous débusquez  le "musée       la cet univers sans       grimpa jouer sur tous les tableaux       sur laure et pétrarque comme journée de non, björg, seins isabelle boizard 2005 vous n’avez la route de la soie, à pied, antoine simon 15 marcel alocco a béatrice machet vient de ce qui importe pour percey priest lakesur les n’ayant pas       je madame porte à       sur le madame aux rumeurs   un 1- c’est dans dernier vers aoi  “la signification       la dernier vers aoi madame est une torche. elle       " il arriva que mult est vassal carles de des voiles de longs cheveux       l̵ accoucher baragouiner       sur       les je t’enlace gargouille mieux valait découper       sur pour martin pour andré villers 1) 1257 cleimet sa culpe, si carcassonne, le 06  tu ne renonceras pas. dentelle : il avait si j’étais un troisième essai les durand : une iloec endreit remeint li os ma voix n’est plus que 7) porte-fenêtre       le vedo la luna vedo le vous êtes cinquième essai tout antoine simon 17 errer est notre lot, madame, paien sunt morz, alquant     longtemps sur toute une faune timide veille a l’aube des apaches,    courant       longte douce est la terre aux yeux c’est extrêmement cette machine entre mes       sur non... non... je vous assure,       midi il y a des objets qui ont la giovanni rubino dit sous l’occupation toutefois je m’estimais je n’ai pas dit que le antoine simon 13       &agrav antoine simon 32  l’exposition    que signifie temps où le sang se "ah ! mon doux pays, le bulletin de "bribes       parfoi toute trace fait sens. que après la lecture de       é ce texte se présente dernier vers aoi       il bernard dejonghe... depuis les enseignants : nous avons affaire à de première cliquetis obscène des "pour tes li emperere par sa grant présentation du       ce macles et roulis photo 4 mes pensées restent     dans la ruela quant carles oït la de pa(i)smeisuns en est venuz (À l’église       pass&e " je suis un écorché vif. pour martine, coline et laure       un la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Benedetto, Albertine > Glossolalies

ALBERTINE BENEDETTO

<- Tendresse du monde |
Du bibelot au babil
© Albertine Benedetto
Ecrivain(s) : Benedetto A.
Clefs : poésie

Du bibelot au babil
encore une fois
baigner dans l’écume du langage
cette fraîcheur du monde
coulant des bouches de la maison
encore une fois
s’ébattre au festin des mots
dans leur glouglou de lait de miel
repu de sons et de chansons
dans l’immédiat du sensible
appréhender la vie par le sein et les lèvres
loin de la raison tatillonne et mesquine
son marteau de commissaire-priseur
son paysage géométrisé
dans la langue mise au pas
mise au pli de nos sacro-saintes habitudes
manières de voir
et de penser
réglo-rectal
encore une fois
n’y rien comprendre
attraper des mots comme au filet
se faire preneur de sons en pleine jungle
se faire barbare et jouir
de ces étoiles filantes retenues entre les dents
enfant ou poète
c’était où




A Raphaël M.











dimanche des Rameaux 2009 

 

Publication en ligne : 25 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette