BRIBES EN LIGNE
      m&eacu “le pinceau glisse sur     un mois sans       en  hors du corps pas l’évidence attelage ii est une œuvre       pass&e f le feu s’est frères et dernier vers aoi traquer madame, vous débusquez  monde rassemblé tandis que dans la grande bel équilibre et sa nous viendrons nous masser     extraire la vie est ce bruissement que reste-t-il de la un soir à paris au       la pour jean marie et ma foi, montagnesde madame est toute et il parlait ainsi dans la troisième essai     &nbs guetter cette chose f le feu s’est       pour on a cru à       en pour maxime godard 1 haute ici. les oiseaux y ont fait en ceste tere ad estet ja on peut croire que martine       voyage comme une suite de quelque temps plus tard, de madame est une tout en vérifiant il en est des noms comme du pour jean-marie simon et sa dans ce pays ma mère "la musique, c’est le    7 artistes et 1 moisissures mousses lichens ce qui fascine chez       droite de soie les draps, de soie       la pour m.b. quand je me heurte antoine simon 19 reflets et echosla salle l’existence n’est je reviens sur des       s̵       et tu un trait gris sur la l’impossible       sur       une 13) polynésie sables mes parolesvous cinquième citationne dernier vers aoi c’est une sorte de       j̵ avant propos la peinture est normal 0 21 false fal lu le choeur des femmes de       é     après les routes de ce pays sont grande lune pourpre dont les    en       les antoine simon 6 temps où les coeurs dans le train premier dans le pain brisé son printemps breton, printemps       object vue à la villa tamaris       &agrav vous dites : "un nos voix       l̵ « amis rollant, de deuxième suite  les trois ensembles l’heure de la able comme capable de donner jusqu’à il y a quel ennui, mortel pour huit c’est encore à       dans pour andrée l’attente, le fruit errer est notre lot, madame, station 1 : judas antoine simon 31 halt sunt li pui e mult halt des voix percent, racontent       aux deux ce travail vous est une image surgit et derrière une errance de  il y a le en 1958 ben ouvre à max charvolen, martin miguel immense est le théâtre et       le je déambule et suis       je me     les provisions Ç’avait été la pour helmut       maquis temps de bitume en fusion sur la force du corps, en cet anniversaire, ce qui onzième       au f les feux m’ont le corps encaisse comme il mult ben i fierent franceis e À l’occasion de présentation du pour mon épouse nicole "si elle est nous avons affaire à de autre petite voix j’ai donné, au mois martin miguel il va falloir   saint paul trois iv.- du livre d’artiste lorsqu’on connaît une ainsi alfred…       voyage dans la caverne primordiale la bouche pure souffrance sur la toile de renoir, les au commencement était beaucoup de merveilles j’ai parlé la bouche pleine de bulles pierre ciel antoine simon 15 feuilleton d’un travail dans les carnets paroles de chamantu sequence 6   le a l’aube des apaches, f dans le sourd chatoiement de mes deux mains nous savons tous, ici, que rien n’est livre grand format en trois 5) triptyque marocain       bonhe   voici donc la   si vous souhaitez   un et que vous dire des dernier vers aoi madame porte à deuxième essai le cher bernard antoine simon 21 giovanni rubino dit il arriva que un jour nous avons accorde ton désir à ta au programme des actions  de la trajectoire de ce macles et roulis photo 4 sixième  la lancinante un nouvel espace est ouvert je sais, un monde se       le envoi du bulletin de bribes   ces notes       vu quatrième essai de il y a dans ce pays des voies  pour le dernier jour À peine jetés dans le sauvage et fuyant comme   le texte suivant a     ton carles respunt : deuxième rupture : le       bien       marche très saintes litanies "mais qui lit encore le les cuivres de la symphonie macles et roulis photo 3 les textes mis en ligne       au où l’on revient       d&eacu fin première dans un coin de nice, je t’ai admiré, la prédication faite au seuil de l’atelier mult est vassal carles de histoire de signes . et encore  dits dernier vers aoi       vaches la musique est le parfum de dernier vers aoi (de)lecta lucta   i mes doigts se sont ouverts     nous mm oui, ce qui est troublant elle réalise des li emperere s’est       neige bien sûr, il y eut       pas de pluie pour venir       au vous avez la terre a souvent tremblé   né le 7 chaises, tables, verres, mm si c’est ça creuser,  l’écriture de toutes les maintenant il connaît le nous avancions en bas de derniers vers sun destre       fleure et  riche de mes issent de mer, venent as pour martine, coline et laure       les       mouett   (à       enfant bruno mendonça   jn 2,1-12 :     de rigoles en troisième essai et tu le sais bien. luc ne pas une année sans évoquer mesdames, messieurs, veuillez neuf j’implore en vain une autre approche de   pour adèle et a supposer quece monde tienne le temps passe dans la À la loupe, il observa       &       le paien sunt morz, alquant  ce qui importe pour les étourneaux ! attendre. mot terrible. le grand combat :       dans travail de tissage, dans j’ai changé le dans les rêves de la libre de lever la tête le travail de bernard abu zayd me déplait. pas       ce     quand pur ceste espee ai dulor e toute une faune timide veille    au balcon elle disposait d’une    nous       arauca   je n’ai jamais l’une des dernières autres litanies du saint nom il y a tant de saints sur il ne reste plus que le       rampan quand nous rejoignons, en voile de nuità la À perte de vue, la houle des attention beau intendo... intendo ! régine robin, des voiles de longs cheveux    courant coupé en deux quand moi cocon moi momie fuseau décembre 2001. j’aime chez pierre macles et roulis photo 1       entre       baie petites proses sur terre       devant il était question non ensevelie de silence, quel étonnant station 4 : judas  petit matin frais. je te       descen marché ou souk ou torna a sorrento ulisse torna toute trace fait sens. que toutefois je m’estimais et ces ce     oued coulant    regardant       dans leonardo rosa       (   nous sommes deuxième approche de paysage de ta tombe  et       la j’ai longtemps la chaude caresse de pluies et bruines,     sur la pente aux george(s) (s est la   la baie des anges les dernières (ma gorge est une       une pas même pour jacqueline moretti, les parents, l’ultime 1- c’est dans madame dans l’ombre des       ...mai le coquillage contre pour andré villers 1) les avenues de ce pays       embarq     sur la on préparait attendre. mot terrible. madame des forêts de iloec endreit remeint li os af : j’entends  on peut passer une vie et combien 7) porte-fenêtre pour gilbert À max charvolen et martin       un très malheureux... miguel a osé habiter dernier vers aoi carissimo ulisse,torna a les plus terribles ils avaient si longtemps, si et voici maintenant quelques   un vendredi       dans  les premières bien sûrla madame, on ne la voit jamais       l̵ station 3 encore il parle martin miguel art et pour philippe "je me tais. pour taire.  avec « a la merci à la toile de et nous n’avons rien "ces deux là se dernier vers s’il       la 10 vers la laisse ccxxxii       le seul dans la rue je ris la       journ& f les marques de la mort sur antoine simon 32 dire que le livre est une suite du blasphème de bernadette griot vient de le glacis de la mort le numéro exceptionnel de i.- avaler l’art par outre la poursuite de la mise la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Badin, Paul > Pas à Pas

PAUL BADIN

<- Pas à Pas 4 | Pas à Pas 6 ->
Pas à Pas 5
© Paul Badin

conversation souterraine avec Jean-François Dubois

Ecrivain(s) : Badin P.

Que d’heures d’ennui avalées bon gré mal gré dans d’interminables réunions mal préparées, mal conduites et dont chacun sait qu’elles ne changeront rien ni fondamentalement ni minusculement. Entre ronronnement et hypocrisie, indifférence et coup de sang…

Publication en ligne : 25 juillet 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette