BRIBES EN LIGNE
carcassonne, le 06       longte reflets et echosla salle dernier vers aoi f toutes mes f les marques de la mort sur on peut croire que martine la main saisit bientôt, aucune amarre au lecteur voici le premier     oued coulant       s̵ ce pays que je dis est dans les écroulements douze (se fait terre se 1257 cleimet sa culpe, si       dans lorsque martine orsoni antoine simon 20 quai des chargeurs de       magnol le 2 juillet (elle entretenait       m̵  hors du corps pas la chaude caresse de madame, vous débusquez  tu vois im font chier mesdames, messieurs, veuillez     le cygne sur       alla au labyrinthe des pleursils le coquillage contre       la rare moment de bonheur, pour julius baltazar 1 le   j’ai souvent Éléments - la vie humble chez les le galop du poème me essai de nécrologie,       embarq pour michèle aueret on croit souvent que le but guetter cette chose     dans la ruela le numéro exceptionnel de toutefois je m’estimais quelques autres le geste de l’ancienne, mille fardeaux, mille       &agrav       la clers fut li jurz e li les textes mis en ligne josué avait un rythme il faut aller voir si j’avais de son et combien le grand combat : un jour nous avons rm, le 2/02/2018 j’ai fait faisant dialoguer il en est des meurtrières. la poésie, à la nous serons toujours ces c’est parfois un pays tout à fleur d’eaula danse     sur la pente montagnesde tu le saiset je le vois toujours les lettres : l’une des dernières madame porte à rien n’est abstraction voir figuration       sur     m2 &nbs mes pensées restent       l̵       fleure     du faucon a propos de quatre oeuvres de antoine simon 2 au seuil de l’atelier antoine simon 6  le livre, avec l’illusion d’une aux george(s) (s est la dans le respect du cahier des j’entends sonner les la lecture de sainte il arriva que       le fragilité humaine. moi cocon moi momie fuseau      & iv.- du livre d’artiste (vois-tu, sancho, je suis un texte que j’ai       au mise en ligne dernier vers aoi ce texte m’a été pas même la tentation du survol, à dessiner les choses banales dernier vers aoi jusqu’à il y a la bouche pure souffrance jamais si entêtanteeurydice suite de corps nomades bouches vous dites : "un       grappe deux nouveauté, préparation des réponse de michel du fond des cours et des       six    en       la seins isabelle boizard 2005 dans ce pays ma mère 0 false 21 18       ce       au clquez sur madame a des odeurs sauvages       bonhe de pa(i)smeisuns en est venuz       fourr& l’existence n’est     faisant la sixième     hélas,   se au programme des actions fontelucco, 6 juillet 2000  née à tout est prêt en moi pour pour le prochain basilic, (la l’impossible       dans "la musique, c’est le    il       neige diaphane est le     depuis   je n’ai jamais antoine simon 3       allong je t’enfourche ma titrer "claude viallat, toi, mésange à passent .x. portes, non, björg, approche d’une c’était une ce qui fascine chez sainte marie, quand les couleurs il aura fallu longtemps - madame dans l’ombre des le 26 août 1887, depuis a propos d’une l’homme est ils avaient si longtemps, si       une pour mes enfants laure et bel équilibre et sa       reine a toi le don des cris qui le temps passe si vite, mon travail est une dans les rêves de la première rupture : le j’ai donc merle noir  pour       assis paroles de chamantu f dans le sourd chatoiement station 7 : as-tu vu judas se autre citation comment entrer dans une immense est le théâtre et ce jour-là il lui       " on a cru à       un ma chair n’est    au balcon       une références : xavier a dix sept ans, je ne savais       les dernier vers que mort de soie les draps, de soie  je signerai mon       la       ton dans le train premier « h&eacu     les provisions la question du récit     rien dernier vers aoi vous n’avez li quens oger cuardise       à on cheval pour andré tant pis pour eux.       baie madame est la reine des madame est une       je me recleimet deu mult à propos “la avant dernier vers aoi       enfant     cet arbre que je suis pour michèle (ô fleur de courge... macles et roulis photo 7       st dans ma gorge constellations et   anatomie du m et       aujour "ah ! mon doux pays,     pourquoi antoine simon 15       bonheu pour raphaël       les et  riche de mes       midi première  dernier salut au       bien errer est notre lot, madame, comme ce mur blanc dans l’innocence des dans les carnets       voyage       &n attendre. mot terrible. il pleut. j’ai vu la  référencem       &n nous savons tous, ici, que 1- c’est dans toutes sortes de papiers, sur un titre : il infuse sa  de la trajectoire de ce mise en ligne d’un générations j’oublie souvent et (la numérotation des       sur       sur les oiseaux s’ouvrent ainsi alfred…       dans abu zayd me déplait. pas samuelchapitre 16, versets 1 pour martine ce qu’un paysage peut antoine simon 5 non... non... je vous assure, a supposer quece monde tienne       pourqu mouans sartoux. traverse de glaciation entre la force du corps, à sylvie       gentil a la fin il ne resta que et c’était dans pour angelo juste un temps où le sang se il semble possible ce n’est pas aux choses antoine simon 33 « pouvez-vous ouverture d’une exode, 16, 1-5 toute le texte qui suit est, bien un besoin de couper comme de     " il y a tant de saints sur la langue est intarissable clere est la noit e la (dans mon ventre pousse une toulon, samedi 9 cinq madame aux yeux janvier 2002 .traverse ] heureux l’homme antoine simon 24 le ciel est clair au travers       le agnus dei qui tollis peccata est-ce parce que, petit, on écoute, josué, dix l’espace ouvert au   pour le prochain derniers vers sun destre quatre si la mer s’est  “comment et ma foi, trois tentatives desesperees nécrologie l’art c’est la voile de nuità la       le en introduction à viallat © le château de la route de la soie, à pied, sous la pression des présentation du       voyage se reprendre. creuser son À la loupe, il observa       un       dans béatrice machet vient de les routes de ce pays sont nice, le 8 octobre       il pour mon épouse nicole le temps passe dans la la prédication faite ses mains aussi étaient l’art n’existe dernier vers doel i avrat, je sais, un monde se       mouett le proche et le lointain       sur un soir à paris au       sur l’eau s’infiltre   est-ce que il n’y a pas de plus jamais je n’aurais hans freibach :  jésus       entre un temps hors du a grant dulur tendrai puis bien sûr, il y eut huit c’est encore à pour jean gautheronle cosmos       qui temps de bitume en fusion sur    si tout au long feuilleton d’un travail de mes deux mains       banlie       &agrav j’ai donné, au mois traquer       le deuxième apparition de       quinze normalement, la rubrique       je f le feu m’a       sabots  les œuvres de  pour jean le paien sunt morz, alquant À l’occasion de antoine simon 17 pour jean-marie simon et sa toute trace fait sens. que elle disposait d’une de profondes glaouis f les rêves de inoubliables, les ce va et vient entre monde imaginal,     une abeille de le ciel de ce pays est tout temps où les coeurs             la la fraîcheur et la       l̵ la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Badin, Paul > Pas à Pas

PAUL BADIN

<- Pas à Pas 9 | Pas à Pas 11 ->
Pas à Pas 10
© Paul Badin
Ecrivain(s) : Badin P.

Le proche et le lointain honorés dans le toilettage de la terre. Beauté de ce travail. Et le silence calme par-dessus la campagne quand le soir, tiré au cordeau, se retire.

Publication en ligne : 30 juillet 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette