BRIBES EN LIGNE
j’écoute vos les grands       dans je meurs de soif     pourquoi  le "musée raphaël station 5 : comment     son neuf j’implore en vain on préparait       aux inoubliables, les dernier vers aoi je ne sais pas si clere est la noit e la       vu chaises, tables, verres,       voyage jamais si entêtanteeurydice    de femme liseuse       dans  tu vois im font chier   dits de on trouvera la video     surgi  epître aux les petites fleurs des temps où le sang se petit matin frais. je te ce qui importe pour le texte qui suit est, bien  l’écriture     du faucon     sur la i mes doigts se sont ouverts pourquoi yves klein a-t-il un verre de vin pour tacher bernadette griot vient de  tu ne renonceras pas. etait-ce le souvenir       dans viallat © le château de il aura fallu longtemps - laure et pétrarque comme       pour  de même que les voici l’une de nos plus pour jacqueline moretti,       d&eacu    si tout au long       dans     nous monde imaginal, j’arrivais dans les pour mireille et philippe les doigts d’ombre de neige pour michèle aueret pour andrée le poiseau de madame dans l’ombre des v.- les amicales aventures du antoine simon 14       dans j’aime chez pierre       le de soie les draps, de soie mesdames, messieurs, veuillez troisième essai diaphane est le mot (ou vous avez décembre 2001. un temps hors du charogne sur le seuilce qui dernier vers aoi à sylvie si j’étais un       et       je dans l’innocence des pierre ciel "tu sais ce que c’est  “... parler une jusqu’à il y a la vie est dans la vie. se la mastication des la réserve des bribes martin miguel art et       le       l̵       je me rita est trois fois humble. et encore  dits aucun hasard si se       grappe "pour tes     &nbs quel ennui, mortel pour a ma mère, femme parmi   la production 1.- les rêves de générations a grant dulur tendrai puis le glacis de la mort j’ai donné, au mois je t’enlace gargouille constellations et passet li jurz, si turnet a quand c’est le vent qui   pour olivier dorothée vint au monde dans le respect du cahier des f le feu m’a f les rêves de pur ceste espee ai dulor e en introduction à pour egidio fiorin des mots quel étonnant cinq madame aux yeux       branches lianes ronces f les feux m’ont giovanni rubino dit la brume. nuages archipel shopping, la       pass&e       maquis cet univers sans nous avons affaire à de     au couchant dans un coin de nice,       allong       sur journée de       m̵ antoine simon 18 comment entrer dans une glaciation entre et combien ecrire les couleurs du monde rien n’est       reine       un edmond, sa grande un besoin de couper comme de     chambre ne pas négocier ne la bouche pleine de bulles je t’ai admiré, ma chair n’est       la ses mains aussi étaient  “s’ouvre un texte que j’ai la vie humble chez les     les fleurs du 1254 : naissance de je suis occupé ces mieux valait découper  les œuvres de deuxième rupture : le le franchissement des "le renard connaît   maille 1 :que       au antoine simon 20 des conserves ! n’ayant pas et ces si elle est belle ? je la gaucherie à vivre, antoine simon 32  je signerai mon janvier 2002 .traverse       retour       entre j’ai ajouté autre essai d’un polenta et si tu dois apprendre à dernier vers aoi huit c’est encore à station 3 encore il parle dieu faisait silence, mais       magnol il n’est pire enfer que pour marcel je n’hésiterai pour jean gautheronle cosmos li emperere s’est   3   

les "nice, nouvel éloge de la       fourr& macles et roulis photo 4     m2 &nbs       un dans ce pays ma mère À peine jetés dans le  improbable visage pendu dernier vers aoi dans ma gorge la chaude caresse de bernard dejonghe... depuis descendre à pigalle, se raphaël le corps encaisse comme il       en un abu zayd me déplait. pas  il y a le 1 au retour au moment depuis le 20 juillet, bribes   le texte suivant a rm : nous sommes en       nuage       aujour ce 28 février 2002.   encore une quelques autres rimbaud a donc rossignolet tu la pour michèle f le feu est venu,ardeur des quand nous rejoignons, en       deux tout mon petit univers en avant dernier vers aoi l’heure de la a l’aube des apaches, ce paysage que tu contemplais   tout est toujours en alocco en patchworck © ] heureux l’homme pour mes enfants laure et tout en travaillant sur les       juin       la ici. les oiseaux y ont fait       dans       &agrav       bonhe deuxième essai onze sous les cercles démodocos... Ça a bien un       ton avec marc, nous avons il faut laisser venir madame au commencement était rm : d’accord sur       ( macles et roulis photo 3  au travers de toi je deuxième approche de madame a des odeurs sauvages (elle entretenait reflets et echosla salle  un livre écrit       sur   iv    vers   marcel 1) la plupart de ces ce n’est pas aux choses       marche la légende fleurie est la terre a souvent tremblé       nuage dans l’innocence des fragilité humaine. dernier vers aoi voici des œuvres qui, le faisant dialoguer ce qui fait tableau : ce la langue est intarissable pour andré voudrais je vous pour gilbert     &nbs       au pour martine etudiant à coupé en deux quand   d’un coté,     un mois sans (À l’église       fleur abstraction voir figuration à assise par accroc au bord de merci à la toile de       au chairs à vif paumes       sur   voici donc la dans le pays dont je vous dernier vers aoi il y a des objets qui ont la     dans la ruela i en voyant la masse aux ce jour-là il lui antoine simon 25      & s’ouvre la les étourneaux ! béatrice machet vient de et si au premier jour il   1) cette pour robert un soir à paris au  avec « a la "l’art est-il dont les secrets… à quoi carles respunt : le vieux qui mes pensées restent les dernières dernier vers aoi       quand mult ben i fierent franceis e l’eau s’infiltre       la samuelchapitre 16, versets 1 pour jean-marie simon et sa  de la trajectoire de ce le coquillage contre       vu des quatre archanges que ki mult est las, il se dort       "       st intendo... intendo ! la liberté de l’être antoine simon 13 jamais je n’aurais saluer d’abord les plus il s’appelait heureuse ruine, pensait il pleut. j’ai vu la  référencem       la       pass&e feuilleton d’un travail r.m.a toi le don des cris qui pour alain borer le 26 mm oui, ce qui est troublant c’est pour moi le premier       allong       alla       dans     sur la pente mi viene in mentemi je crie la rue mue douleur dans les rêves de la   jn 2,1-12 : corps nomades bouches in the country preambule – ut pictura et la peur, présente antoine simon 26 elle réalise des       sur       va   un dans le patriote du 16 mars pour yves et pierre poher et et tout avait       dans le tissu d’acier    au balcon de profondes glaouis       neige de tantes herbes el pre f dans le sourd chatoiement       le frères et tout est prêt en moi pour       voyage       &n  si, du nouveau o tendresses ô mes tout à fleur d’eaula danse temps de pierres dans la bal kanique c’est "mais qui lit encore le       cerisi immense est le théâtre et allons fouiller ce triangle temps de pierres j’ai longtemps attelage ii est une œuvre temps où les coeurs "ah ! mon doux pays, l’impression la plus jouer sur tous les tableaux       voyage carissimo ulisse,torna a   saint paul trois " je suis un écorché vif. la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Honnegger

Honnegger



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette