BRIBES EN LIGNE
bernadette griot vient de quelque chose mes pensées restent toute trace fait sens. que le 2 juillet derniers vers sun destre il était question non napolì napolì aucun hasard si se station 4 : judas  "ces deux là se ainsi va le travail de qui       pour gardien de phare à vie, au à bernadette je t’enfourche ma       &       la antoine simon 13 chaises, tables, verres, sainte marie, le lent déferlement       dans equitable un besoin sonnerait je t’enlace gargouille hans freibach :    au balcon pour martin karles se dort cum hume errer est notre lot, madame, bribes en ligne a (À l’église       enfant la légende fleurie est références : xavier   l’oeuvre vit son l’attente, le fruit dernier vers aoi       dans     rien monde imaginal, le scribe ne retient dernier vers aoi un temps hors du diaphane est le mot (ou       au légendes de michel au programme des actions     chant de imagine que, dans la nous dirons donc pour mes enfants laure et antoine simon 26 toutefois je m’estimais dernier vers aoi art jonction semble enfin rimbaud a donc dans le pays dont je vous un soir à paris au les plus terribles       voyage face aux bronzes de miodrag       le géographe sait tout lentement, josué dernier vers aoi je suis celle qui trompe       l̵ antoine simon 5 mouans sartoux. traverse de       une "ah ! mon doux pays,  le "musée mise en ligne d’un noble folie de josué, j’entends sonner les dans le pain brisé son dernier vers aoi       fourmi est-ce parce que, petit, on soudain un blanc fauche le dans les hautes herbes ce texte m’a été douze (se fait terre se       la le coeur du quant carles oït la     tout autour i mes doigts se sont ouverts station 3 encore il parle c’est parfois un pays je déambule et suis un trait gris sur la la deuxième édition du ce poème est tiré du reprise du site avec la de sorte que bientôt   que signifie dix l’espace ouvert au macles et roulis photo 7       en    tu sais       pav&ea les dernières là, c’est le sable et   (dans le un jour, vous m’avez       aux       journ&       fourr& f tous les feux se sont titrer "claude viallat,     nous ma voix n’est plus que       " macles et roulis photo 4       six       le le temps passe dans la le soleil n’est pas       pass&e iv.- du livre d’artiste quand vous serez tout un titre : il infuse sa paysage de ta tombe  et quando me ne so itu pe toulon, samedi 9 ma mémoire ne peut me c’est une sorte de le franchissement des et il parlait ainsi dans la l’impression la plus viallat © le château de       au que reste-t-il de la ses mains aussi étaient le lent tricotage du paysage       une et que dire de la grâce premier essai c’est   j’ai souvent buttati ! guarda&nbs diaphane est le troisième essai ouverture d’une       à et…  dits de       sur dernier vers aoi       la faisant dialoguer       au dans le monde de cette     ton la fraîcheur et la     chambre       la portrait. 1255 :       l̵ pour andré       longte       dans       fourr& tromper le néant pour jean-marie simon et sa iloec endreit remeint li os   le 10 décembre station 1 : judas et il fallait aller debout       sur le ils s’étaient       dans il ne reste plus que le   marcel mi viene in mentemi 10 vers la laisse ccxxxii deux ce travail vous est langues de plomba la 1. il se trouve que je suis 1 au retour au moment sur l’erbe verte si est pour raphaël on trouvera la video et combien   pour le prochain       chaque  dernières mises pour egidio fiorin des mots       " dorothée vint au monde immense est le théâtre et antoine simon 20 il avait accepté pas de pluie pour venir i en voyant la masse aux 5) triptyque marocain dernier vers aoi       midi pour maxime godard 1 haute il existe deux saints portant  mise en ligne du texte martin miguel art et à la bonne vous avez   tout est toujours en       apparu une autre approche de       je de pareïs li seit la quelque temps plus tard, de ce jour là, je pouvais temps où les coeurs un homme dans la rue se prend f j’ai voulu me pencher ecrire sur mult ben i fierent franceis e rêves de josué,     oued coulant "pour tes on croit souvent que le but je me souviens de pour helmut  il est des objets sur le plus insupportable chez   ces notes il tente de déchiffrer, ( ce texte a       les seins isabelle boizard 2005 quai des chargeurs de       &n sixième j’ai changé le dernier vers aoi carles respunt : dernier vers aoi halt sunt li pui e mult halt  l’exposition        tourne       ( les textes mis en ligne cyclades, iii° je crie la rue mue douleur pour jean marie       quand ce monde est semé     les fleurs du « h&eacu normalement, la rubrique etait-ce le souvenir  le grand brassage des les enseignants : je sais, un monde se c’était une le lourd travail des meules à propos “la  les œuvres de 0 false 21 18 (elle entretenait       &n       je me  jésus   iv    vers première deuxième apparition de       " (en regardant un dessin de       grappe station 7 : as-tu vu judas se antoine simon 23 c’est ici, me il faut aller voir   nous sommes  dans le livre, le clere est la noit e la ce jour-là il lui       l̵ l’erbe del camp, ki f dans le sourd chatoiement « pouvez-vous bal kanique c’est   maille 1 :que et te voici humanité mon travail est une de prime abord, il grant est la plaigne e large "l’art est-il non, björg, dernier vers aoi pour lee 1257 cleimet sa culpe, si     sur la autre citation"voui madame dans l’ombre des chaque jour est un appel, une ce qui aide à pénétrer le branches lianes ronces voile de nuità la    courant ce va et vient entre (josué avait lentement une il faut dire les tu le saiset je le vois ainsi alfred… (dans mon ventre pousse une le galop du poème me merci au printemps des bientôt, aucune amarre   ciel !!!! l’art n’existe un besoin de couper comme de et ces       juin je m’étonne toujours de la présentation du   je n’ai jamais 1-nous sommes dehors. « e ! malvais nous serons toujours ces à la mémoire de antoine simon 31 quand il voit s’ouvrir,       &agrav j’ai parlé le travail de bernard on peut croire que martine autre petite voix dernier vers aoi elle disposait d’une cet article est paru antoine simon 33 recleimet deu mult dans ma gorge       o max charvolen, martin miguel onze sous les cercles       fleur mult est vassal carles de   3   

les pour martine, coline et laure fin première patrick joquel vient de       un il souffle sur les collines et encore  dits huit c’est encore à       les très saintes litanies a claude b.   comme juste un       nuage quand nous rejoignons, en leonardo rosa il arriva que quatrième essai rares antoine simon 29 la bouche pure souffrance religion de josué il       le       au antoine simon 22       l̵ pour marcel       sur       " reflets et echosla salle "tu sais ce que c’est pour frédéric la brume. nuages       " je n’ai pas dit que le l’instant criblé j’aime chez pierre       gentil       que f les marques de la mort sur un nouvel espace est ouvert la fraîcheur et la de soie les draps, de soie  il y a le "le renard connaît       baie       un dernier vers aoi ce pays que je dis est ce n’est pas aux choses ici. les oiseaux y ont fait mon cher pétrarque, les amants se pour andrée et voici maintenant quelques la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Matisse

Matisse

Dernière publication : 16 mars 2009.
Les 3 derniers articles : IV. Les îles de l’âge , III. Les caresses de la paix , II. Les yeux du voyageur .
Les 3 articles les plus lus : III. Les caresses de la paix , I. Le fauve tranquille , II. Les yeux du voyageur .

  • MICHEL BUTOR

    I. Le fauve tranquille

    1) Notre-Dame au mur violet (1902) Je suis né le31 décembre 1869 au Cateau-Cambrésis, une petite ville du Nord. C’était encore le Second Empire. J’ai passé mon enfance parmi les châles des Indes ornés (...)

  • MICHEL BUTOR

    II. Les yeux du voyageur

    5) Triptyque marocain (1912) J’ai fait naturellement mes premiers voyages outremer en bateau, mais dès que j’ai vu des avions j’en ai rêvé. Un simple saut à Londres nous donne une révélation du monde (...)

  • III. Les caresses de la paix

    7) Porte-fenêtre à Collioure (1914) C’est la guerre. C’est encore cette question de santé qui m’oblige à rester à l’arrière. Je ne suis pas dans les tranchées, mais quand même. Les camarades sont moins (...)

  • MICHEL BUTOR

    IV. Les îles de l’âge

    13) Polynésie (1946) Nice - le Havre - New York. De là Chicago, Los Angeles, San Francisco où embarquement sur le Tahiti qui fera naufrage trois mois plus tard. C’était il y a déjà des années. Avant (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette