BRIBES EN LIGNE
madame aux rumeurs quelques autres  la toile couvre les c’est la chair pourtant au rayon des surgelés antoine simon 16 pour angelo   la baie des anges  “comment f les rêves de mougins. décembre il en est des meurtrières. et que vous dire des À max charvolen et ce qui importe pour quand les eaux et les terres preambule – ut pictura tout est possible pour qui sixième pour andré merci au printemps des dernier vers aoi       je intendo... intendo !       gentil immense est le théâtre et un titre : il infuse sa me la liberté de l’être dernier vers aoi les dessins de martine orsoni au programme des actions “dans le dessin       ( c’est ici, me il souffle sur les collines       baie "l’art est-il       journ& chercher une sorte de dernier vers aoi reflets et echosla salle le "patriote",    de femme liseuse toute une faune timide veille       aujour       m̵ ouverture d’une entr’els nen at ne pui       sabots le numéro exceptionnel de deuxième apparition de       va     longtemps sur la mort d’un oiseau. morz est rollant, deus en ad       le vertige. une distance       parfoi carcassonne, le 06 bernard dejonghe... depuis       je me le lent déferlement       dans dans le patriote du 16 mars       la dernier vers aoi un nouvel espace est ouvert sous l’occupation able comme capable de donner dans un coin de nice, j’entends sonner les et voici maintenant quelques sequence 6   le petites proses sur terre "mais qui lit encore le       sur le dernier vers aoi même si moi cocon moi momie fuseau à quand vous serez tout couleur qui ne masque pas       fleure       la pour julius baltazar 1 le vi.- les amicales aventures       bruyan madame des forêts de je serai toujours attentif à s’égarer on dernier vers aoi       ton tout à fleur d’eaula danse nous avons affaire à de si j’étais un       m&eacu       grimpa madame déchirée un besoin de couper comme de je crie la rue mue douleur ( ce texte a pour jean gautheronle cosmos    nous mi viene in mentemi c’était une temps où le sang se       dans (en regardant un dessin de dernier vers aoi j’oublie souvent et il ne sait rien qui ne va cyclades, iii° dans ma gorge a ma mère, femme parmi dans l’innocence des quelque chose et la peur, présente temps de cendre de deuil de  il est des objets sur  au travers de toi je   pour théa et ses le grand combat :       &eacut       quand charogne sur le seuilce qui la deuxième édition du vous deux, c’est joie et sa langue se cabre devant le       " la liberté s’imprime à       retour  l’écriture ce texte se présente martin miguel art et ses mains aussi étaient trois (mon souffle au matin face aux bronzes de miodrag tandis que dans la grande nous lirons deux extraits de « e ! malvais raphaël     au couchant pour pierre theunissen la buttati ! guarda&nbs deuxième approche de quatre si la mer s’est diaphane est le mot (ou  pour de antoine simon 27 l’art n’existe       j̵ ce qui fascine chez si tu es étudiant en   un vendredi nouvelles mises en titrer "claude viallat, l’ami michel attendre. mot terrible.   saint paul trois et je vois dans vos dans les écroulements mon travail est une alocco en patchworck © les amants se chaque automne les toute trace fait sens. que   marcel on cheval     à clere est la noit e la quand nous rejoignons, en il est le jongleur de lui nécrologie  tous ces chardonnerets   pour le prochain dans les carnets pour michèle gazier 1)       m̵       deux       p&eacu la cité de la musique josué avait un rythme li emperere par sa grant pour andré nice, le 8 octobre 0 false 21 18       sur       le j’ai perdu mon saluer d’abord les plus       allong macao grise la vie humble chez les j’ai changé le une fois entré dans la pour martine les doigts d’ombre de neige le géographe sait tout o tendresses ô mes générations quand c’est le vent qui essai de nécrologie, pas une année sans évoquer il était question non  “la signification ce qui fait tableau : ce quatrième essai de vous avez     le autre petite voix moisissures mousses lichens    7 artistes et 1       dans je ne peins pas avec quoi,       voyage nice, le 18 novembre 2004 « voici elle disposait d’une le geste de l’ancienne, r.m.a toi le don des cris qui ce qu’un paysage peut janvier 2002 .traverse  il y a le si elle est belle ? je  au mois de mars, 1166 les petites fleurs des ma mémoire ne peut me allons fouiller ce triangle le temps passe dans la premier vers aoi dernier la mastication des       &n       la le 23 février 1988, il   ces notes raphaËl       la vous n’avez       l̵       le arbre épanoui au ciel     si vous souhaitez al matin, quant primes pert     le cygne sur dans la caverne primordiale a la libération, les nous serons toujours ces heureuse ruine, pensait autres litanies du saint nom descendre à pigalle, se non, björg, réponse de michel (josué avait lentement pour raphaël       bien       qui lorsque martine orsoni pour nicolas lavarenne ma "et bien, voilà..." dit l’homme est il aurait voulu être nous avancions en bas de mesdames, messieurs, veuillez onzième  un livre écrit equitable un besoin sonnerait il n’est pire enfer que       l̵ le texte qui suit est, bien tendresse du mondesi peu de   se et ces a grant dulur tendrai puis le 15 mai, à       jonath langues de plomba la on croit souvent que le but antoine simon 25 assise par accroc au bord de je m’étonne toujours de la macles et roulis photo 3       reine aux barrières des octrois       pourqu       bonhe       les       le comme une suite de dernier vers aoi le 28 novembre, mise en ligne franchement, pensait le chef, avez-vous vu       vu  monde rassemblé  mise en ligne du texte     cet arbre que À la loupe, il observa       la       ton du bibelot au babilencore une  les éditions de  avec « a la     double "moi, esclave" a un soir à paris au 1. il se trouve que je suis       " cinq madame aux yeux     depuis quand il voit s’ouvrir, je t’ai admiré,  ce qui importe pour pour anne slacik ecrire est      & le recueil de textes       pav&ea clquez sur       dans  hors du corps pas dont les secrets… à quoi dernier vers aoi toutes sortes de papiers, sur antoine simon 33 "tu sais ce que c’est j’aime chez pierre toulon, samedi 9 quand sur vos visages les marcel alocco a jouer sur tous les tableaux       apparu       " 0 false 21 18 montagnesde le 26 août 1887, depuis toujours les lettres :  née à il faut aller voir dernier vers aoi     hélas, les oiseaux s’ouvrent   (dans le     son   adagio   je souvent je ne sais rien de les dernières rien n’est plus ardu voici des œuvres qui, le et si au premier jour il       montag il ne s’agit pas de pour soudain un blanc fauche le "ces deux là se  la lancinante bien sûrla effleurer le ciel du bout des grant est la plaigne e large c’est seulement au il arriva que paien sunt morz, alquant   (à clers est li jurz et li de la       sur les étourneaux ! f le feu est venu,ardeur des le franchissement des       le   je ne comprends plus     de rigoles en j’ai ajouté antoine simon 19 (dans mon ventre pousse une ainsi alfred…  improbable visage pendu       la thème principal :  de la trajectoire de ce       &n pour maxime godard 1 haute       ce antoine simon 22 madame a des odeurs sauvages de l’autre la vie est dans la vie. se pour alain borer le 26 pour jacqueline moretti, ils sortent la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Maunoury

Maunoury



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette