BRIBES EN LIGNE
juste un vous avez       la la liberté s’imprime à quand vous serez tout chaises, tables, verres, je t’enfourche ma       va ce n’est pas aux choses première vous n’avez couleur qui ne masque pas deuxième apparition de moisissures mousses lichens la mort d’un oiseau. folie de josuétout est trois (mon souffle au matin clers fut li jurz e li le plus insupportable chez sept (forces cachées qui chercher une sorte de ouverture d’une la mastication des cinquième essai tout franchement, pensait le chef, genre des motsmauvais genre       je me je ne saurais dire avec assez  hors du corps pas rossignolet tu la       sur    seule au  “... parler une ils avaient si longtemps, si li emperere s’est rare moment de bonheur, je me souviens de reprise du site avec la       la station 1 : judas carissimo ulisse,torna a paien sunt morz, alquant tendresse du mondesi peu de "ah ! mon doux pays, « pouvez-vous quand il voit s’ouvrir, de sorte que bientôt       à 1. il se trouve que je suis je ne sais pas si rita est trois fois humble. sur la toile de renoir, les issent de mer, venent as j’ai longtemps se reprendre. creuser son ce qui importe pour on cheval antoine simon 22       ton rien n’est plus ardu f tous les feux se sont s’ouvre la entr’els nen at ne pui envoi du bulletin de bribes j’ai perdu mon  marcel migozzi vient de le glacis de la mort antoine simon 30 merci à marc alpozzo immense est le théâtre et antoine simon 5 dans un coin de nice, passent .x. portes, la vie est ce bruissement deux ce travail vous est on peut croire que martine printemps breton, printemps prenez vos casseroles et    courant en 1958 ben ouvre à antoine simon 6 il arriva que chaque automne les "le renard connaît samuelchapitre 16, versets 1 comme ce mur blanc       devant dernier vers aoi pour daniel farioli poussant  dans toutes les rues  dans le livre, le les lettres ou les chiffres     m2 &nbs       le la bouche pure souffrance       au deuxième essai le f le feu s’est pour m.b. quand je me heurte un soir à paris au la chaude caresse de toi, mésange à pour raphaël les plus vieilles       fourmi dix l’espace ouvert au pour jacqueline moretti,       su       la       nuage « voici la langue est intarissable chaque jour est un appel, une au seuil de l’atelier dans le monde de cette       grimpa normalement, la rubrique   iv    vers il ne s’agit pas de 10 vers la laisse ccxxxii spectacle de josué dit       tourne deuxième approche de     l’é       magnol onze sous les cercles autre petite voix       grappe       quinze le coeur du       pav&ea rêves de josué,       un   je n’ai jamais 1-nous sommes dehors.  les éditions de       les les cuivres de la symphonie       embarq quando me ne so itu pe démodocos... Ça a bien un  le livre, avec       m̵       au macles et roulis photo 3 dans les horizons de boue, de petit matin frais. je te dernier vers aoi   (À l’église       sur nous serons toujours ces madame porte à l’ami michel journée de antoine simon 14  “la signification pour mon épouse nicole carcassonne, le 06 la rencontre d’une ce qui fait tableau : ce       voyage pour mireille et philippe 13) polynésie je sais, un monde se   le 10 décembre bientôt, aucune amarre sous l’occupation de tantes herbes el pre madame est toute quatrième essai rares       bonheu       neige hans freibach : j’ai en réserve       &n       en un il semble possible pour ma dernier vers que mort face aux bronzes de miodrag       et traquer       le la littérature de       " l’éclair me dure, l’art n’existe le franchissement des       dans le ciel de ce pays est tout       le la question du récit etudiant à l’instant criblé cher bernard pour marcel tout à fleur d’eaula danse       la fragilité humaine. raphaël tes chaussures au bas de  la lancinante mi viene in mentemi leonardo rosa  dernier salut au  c’était nice, le 18 novembre 2004 a propos de quatre oeuvres de antoine simon 32 le galop du poème me       " et ces il n’est pire enfer que   jn 2,1-12 :       la       À peine jetés dans le « amis rollant, de je dors d’un sommeil de Ç’avait été la le lourd travail des meules se placer sous le signe de "tu sais ce que c’est la terre a souvent tremblé   au milieu de le lent déferlement les dieux s’effacent    nous dans l’effilé de dans l’innocence des i.- avaler l’art par       sur mouans sartoux. traverse de       chaque antoine simon 25       longte pour nicolas lavarenne ma     nous       vu ce jour-là il lui jusqu’à il y a abu zayd me déplait. pas elle disposait d’une la route de la soie, à pied, sa langue se cabre devant le ouverture de l’espace constellations et macles et roulis photo 6 martin miguel art et   3   

les avant dernier vers aoi le samedi 26 mars, à 15 1257 cleimet sa culpe, si       dans marcel alocco a f les marques de la mort sur  monde rassemblé dimanche 18 avril 2010 nous générations la fraîcheur et la station 7 : as-tu vu judas se les routes de ce pays sont  l’écriture vos estes proz e vostre       jonath pour alain borer le 26 f le feu s’est comme une suite de       " deux mille ans nous suite de preambule – ut pictura       fleur  de même que les des quatre archanges que je rêve aux gorges trois tentatives desesperees    regardant reflets et echosla salle iloec endreit remeint li os derniers vers sun destre temps où les coeurs de profondes glaouis abstraction voir figuration et nous n’avons rien       p&eacu si, il y a longtemps, les Éléments - un verre de vin pour tacher  pour de ecrire les couleurs du monde       apr&eg       cette ensevelie de silence, outre la poursuite de la mise madame, vous débusquez       le       la « e ! malvais difficile alliage de et  riche de mes nous dirons donc de l’autre       droite a christiane là, c’est le sable et   en grec, morías f toutes mes       assis       le tous ces charlatans qui       voyage il n’y a pas de plus       que deuxième apparition ( ce texte a les petites fleurs des       allong maintenant il connaît le sors de mon territoire. fais     pluie du c’est parfois un pays       sur on dit qu’agathe la prédication faite laure et pétrarque comme       j̵ seins isabelle boizard 2005 pour andrée   l’oeuvre vit son les oiseaux s’ouvrent descendre à pigalle, se     longtemps sur temps où le sang se l’une des dernières paysage de ta tombe  et douze (se fait terre se       arauca je n’hésiterai pour       la pie  jésus       reine nice, le 30 juin 2000 au rayon des surgelés     rien dont les secrets… à quoi tout est possible pour qui      & bal kanique c’est toute une faune timide veille nu(e), comme son nom       le       sur vue à la villa tamaris       o l’impossible pour mes enfants laure et pour jacky coville guetteurs mon cher pétrarque, dans ce pays ma mère la cité de la musique 0 false 21 18    en pluies et bruines, je ne peins pas avec quoi, aux george(s) (s est la   j’ai souvent voile de nuità la je suis occupé ces       six a l’aube des apaches,     [1]      &nbs c’est la distance entre  “comment dernier vers aoi cliquetis obscène des       le de prime abord, il       " à propos “la  les premières À max charvolen et martin introibo ad altare       la       &agrav lentement, josué   nous sommes juste un mot pour annoncer À la loupe, il observa f dans le sourd chatoiement que reste-t-il de la la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Pignon

Pignon

Dernière publication : 20 juillet 2008.
Les 3 derniers articles : Regards de biais .
Les 3 articles les plus lus : Regards de biais .

info portfolio

Ernest Pignon E. 1988
  • Regards de biais

    Première publication : avril 1995 / article dans revue d’art
    Qu’est-ce qui est en jeu dans l’efficacité du travail d’Ernest Pignon-Ernest ? Il est de fait que les oeuvres qui atteignent aussi rapidement et aussi sûrement l’effet qu’elles visent sont rares. On (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette