BRIBES EN LIGNE
sept (forces cachées qui       rampan d’ eurydice ou bien de mm oui, ce qui est troublant able comme capable de donner bientôt, aucune amarre a grant dulur tendrai puis       mouett c’est une sorte de       fourr& mouans sartoux. traverse de macao grise abstraction voir figuration temps de bitume en fusion sur le glacis de la mort sur l’erbe verte si est encore la couleur, mais cette c’est extrêmement de l’autre les plus terribles       voyage 1) notre-dame au mur violet spectacle de josué dit avant dernier vers aoi sables mes parolesvous de toutes les       glouss       le dans le ciel du elle ose à peine c’est pour moi le premier cet article est paru ce qui aide à pénétrer le dernier vers aoi pour daniel farioli poussant   dits de aux barrières des octrois cinq madame aux yeux     les provisions un jour nous avons rien n’est des quatre archanges que pour raphaël le scribe ne retient dernier vers aoi toi, mésange à ma mémoire ne peut me dernier vers aoi pas facile d’ajuster le où l’on revient écrirecomme on se   ciel !!!! peinture de rimes. le texte rimbaud a donc pas de pluie pour venir pour yves et pierre poher et paien sunt morz, alquant d’un bout à langues de plomba la merci à marc alpozzo folie de josuétout est  dernier salut au  tous ces chardonnerets 10 vers la laisse ccxxxii et te voici humanité premier vers aoi dernier autre essai d’un pour jean-marie simon et sa martin miguel art et antoine simon 24 les oiseaux s’ouvrent 0 false 21 18 quel ennui, mortel pour en ceste tere ad estet ja "l’art est-il dernier vers aoi pour jean gautheronle cosmos       voyage       grimpa samuelchapitre 16, versets 1 pas sur coussin d’air mais je crie la rue mue douleur des conserves !       object avec marc, nous avons madame dans l’ombre des     double antoine simon 10 l’éclair me dure,     faisant la   1) cette   au milieu de l’art c’est la       dans       maquis       quand   ces sec erv vre ile la terre a souvent tremblé       que voici l’une de nos plus     chambre l’existence n’est patrick joquel vient de       le À max charvolen et 0 false 21 18 (de)lecta lucta     je n’ai jamais un titre : il infuse sa dernier vers aoi 7) porte-fenêtre f qu’il vienne, le feu comme ce mur blanc la deuxième édition du elle disposait d’une dans un coin de nice, au lecteur voici le premier la force du corps, pas une année sans évoquer     hélas, un soir à paris au d’un côté dernier vers s’il la lecture de sainte introibo ad altare       retour       m&eacu       au c’est la distance entre tous ces charlatans qui c’est seulement au la légende fleurie est soudain un blanc fauche le pour jean marie g. duchêne, écriture le au commencement était générations dernier vers aoi rien n’est plus ardu À peine jetés dans le nous savons tous, ici, que vertige. une distance apaches : madame, on ne la voit jamais       marché ou souk ou les dessins de martine orsoni madame des forêts de       &agrav juste un je t’enfourche ma pour m.b. quand je me heurte (josué avait on cheval et il fallait aller debout je sais, un monde se et encore  dits réponse de michel de la mougins. décembre dernier vers doel i avrat, non... non... je vous assure, douce est la terre aux yeux le 2 juillet des voix percent, racontent c’est vrai je t’enlace gargouille titrer "claude viallat, et nous n’avons rien très saintes litanies   on n’est       ton       sous antoine simon 7 13) polynésie démodocos... Ça a bien un ma voix n’est plus que carmelo arden quin est une accoucher baragouiner j’ai longtemps deux mille ans nous antoine simon 9 la vie est ce bruissement je m’étonne toujours de la préparation des l’art n’existe       dans il faut laisser venir madame onze sous les cercles       &n    en "la musique, c’est le       dans       sabots derniers vers sun destre le lent déferlement     pluie du "tu sais ce que c’est f le feu est venu,ardeur des       vaches       dans tout est prêt en moi pour       "             les comme un préliminaire la il faut aller voir sixième un tunnel sans fin et, à station 7 : as-tu vu judas se je déambule et suis depuis le 20 juillet, bribes  il y a le       un pour       apparu couleur qui ne masque pas  je signerai mon quand les mots fragilité humaine.   pour le prochain feuilleton d’un travail j’ai ajouté là, c’est le sable et je n’hésiterai " je suis un écorché vif. dans les horizons de boue, de 0 false 21 18 macles et roulis photo 3 al matin, quant primes pert un nouvel espace est ouvert le galop du poème me pour helmut présentation du cet échange s’est fait quelques textes pour angelo pure forme, belle muette,       sur pour frédéric dernier vers aoi         jonath trois tentatives desesperees pas même     dans la ruela mult est vassal carles de lu le choeur des femmes de vos estes proz e vostre temps de cendre de deuil de "si elle est       voyage et il parlait ainsi dans la       au li emperere s’est suite du blasphème de a dix sept ans, je ne savais bien sûrla dernier vers aoi   on peut croire que martine ainsi alfred… dernier vers aoi merle noir  pour on a cru à j’ai relu daniel biga, dès l’origine de son le 19 novembre 2013, à la       le       fleure antoine simon 13 un homme dans la rue se prend je reviens sur des le nécessaire non       vu i en voyant la masse aux  monde rassemblé       au de sorte que bientôt       &ccedi ce texte se présente ce qui fascine chez macles et roulis photo 1 a christiane   la production       au pour anne slacik ecrire est cet article est paru dans le cette machine entre mes glaciation entre seul dans la rue je ris la pluies et bruines, bernard dejonghe... depuis (ma gorge est une imagine que, dans la tous feux éteints. des dans le patriote du 16 mars le désir de faire avec     &nbs abu zayd me déplait. pas li quens oger cuardise leonardo rosa       les       d&eacu a propos de quatre oeuvres de       su       dans       " art jonction semble enfin       &n       ma   pour théa et ses la nuit « 8° de       longte certains soirs, quand je "nice, nouvel éloge de la au rayon des surgelés mise en ligne du texte "les       apr&eg quand c’est le vent qui   adagio   je le ciel de ce pays est tout f le feu m’a je meurs de soif   je ne comprends plus       &agrav se placer sous le signe de 1-nous sommes dehors. dernier vers aoi preambule – ut pictura la question du récit j’ai donc le grand combat : pour michèle je rêve aux gorges pour julius baltazar 1 le clquez sur la galerie chave qui deuxième apparition rêves de josué,       assis       en deuxième suite depuis ce jour, le site     sur la voici des œuvres qui, le       au ses mains aussi étaient     pourquoi la bouche pure souffrance saluer d’abord les plus clere est la noit e la la musique est le parfum de immense est le théâtre et dernier vers aoi       les alocco en patchworck © "pour tes  “ce travail qui a la femme au       crabe- une fois entré dans la a ma mère, femme parmi mise en ligne dernier vers aoi ainsi va le travail de qui a supposer quece monde tienne  “s’ouvre madame est une le texte qui suit est, bien en introduction à journée de en cet anniversaire, ce qui livre grand format en trois douze (se fait terre se chercher une sorte de macles et roulis photo 6 raphaËl les routes de ce pays sont       le nice, le 18 novembre 2004 temps où les coeurs sixième troisième essai et antoine simon 27       banlie si j’étais un ( ce texte a  les œuvres de références : xavier ce qu’un paysage peut des voiles de longs cheveux pour andré i.- avaler l’art par paroles de chamantu la parol

Accueil > Mots-clés > Genres littéraires > poésie

poésie

Dernière publication : 22 février.
Les 3 derniers articles : Une image surgit , Deuxième rupture... , dans le ciel du jour .
Les 3 articles les plus lus : Quand les couleurs encore , Lille , Lieu .

  • BEATRICE BONHOMME

    Paysage de ta tombe

    J’ai entendu Béatrice Bonhomme dire ces deux textes lors d’une lecture, à Nice, durant l’été 2008.
    Clefs : Bonhomme , poésie

  • JEAN-MARIE BARNAUD

    Fragments d’un corps incertain

    Jean-Marie Barnaud : Extrait d’un livre inédit à paraître aux éditions Cheyne
    Clefs : Barnaud , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 3

    Station 1 : Judas Je j’entrais dans le silence vaginal des hauteurs et ce que j’y faisais m’était étranger mes actes gâtés comme sauces accrochaient au fond me (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 4

    Ne pas négocier ne jamais tomber dans la faiblesse des palmiers ancillaires. Alors même que Judas avançait en bord de mer les employés municipaux s’affairaient à démonter les ombres. La ville devait (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 5

    et il fallait aller debout comme homme possible chercher comment arracher le pouvoir militaire de cette médaille de lauriers dressée démesurée dans la chair du (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 6

    sous la pression des aumônes demandées la véhémence des poids lourds fait bouger la plaque démise des lèvres et le (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 7

    nous avancions en bas de casse nous avancions dans les boyaux d’un monde suintant et transpirions ainsi beaucoup dans les mailles des tricots de corps se tordaient les damnés de l’instant tout (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 8

    Station 3 encore IL parle maintenant d’une hauteur blanche qui me paraît inaccessible sous la peau de mon visage mes taches rouges altèrent la pudeur des mots le sang toujours semble (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • PATRICK JOQUEL

    Pouvez-vous définir...

    Déambulation 1

    « Pouvez-vous définir ce que signifie pour vous écrire ? » me demande-t-on souvent… Je ne sais pas : j’écris. Monologue ? Peut-on vraiment être seul dans l’écriture ? Dialogue alors ? (...)
    Clefs : poésie , Joquel

  • DANIEL BIGA

    Le haïku...

    les quatre saisons du haïku

    le haïku je le pratique en tout lieu tout temps toute saison comme la promenade quotidienne
    Clefs : Biga , poésie


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette