BRIBES EN LIGNE
recleimet deu mult il était question non dans l’effilé de violette cachéeton       références : xavier       sous elle réalise des je ne saurais dire avec assez trois (mon souffle au matin       jardin en introduction à la communication est       l̵ l’impression la plus station 3 encore il parle       &agrav dernier vers aoi chaque automne les « amis rollant, de les plus vieilles       ( d’ eurydice ou bien de       ton le grand combat : nice, le 18 novembre 2004 dieu faisait silence, mais ce texte m’a été iv.- du livre d’artiste madame, c’est notre 10 vers la laisse ccxxxii faisant dialoguer diaphane est le mot (ou station 1 : judas pour jacqueline moretti, à propos des grands la fonction, pour andré       le     "       fourr& dernier vers aoi c’est la distance entre c’est ici, me     son antoine simon 23       nuage  le livre, avec si j’étais un soudain un blanc fauche le on peut croire que martine       mouett seul dans la rue je ris la 1 la confusion des et il parlait ainsi dans la dans les carnets (ô fleur de courge...  un livre écrit    au balcon   six formes de la       midi dernier vers aoi présentation du des quatre archanges que 1. il se trouve que je suis  il est des objets sur la vie est dans la vie. se nu(e), comme son nom dorothée vint au monde a christiane       deux en ceste tere ad estet ja percey priest lakesur les   dits de pour nicolas lavarenne ma raphaël rm : nous sommes en bal kanique c’est madame est toute fragilité humaine. est-ce parce que, petit, on  dernières mises première la légende fleurie est viallat © le château de autre petite voix etait-ce le souvenir       p&eacu noble folie de josué, dernier vers aoi dernier vers que mort au labyrinthe des pleursils       que où l’on revient encore une citation“tu       qui sous l’occupation antoine simon 26   voici donc la quelque temps plus tard, de       le       sur  “ce travail qui on trouvera la video ensevelie de silence,     sur la pente       &agrav (ma gorge est une si j’avais de son villa arson, nice, du 17 cher bernard       apparu printemps breton, printemps       d&eacu un soir à paris au       je me À l’occasion de juste un pas sur coussin d’air mais granz fut li colps, li dux en il y a tant de saints sur la terre a souvent tremblé quand c’est le vent qui       en un paien sunt morz, alquant premier vers aoi dernier l’illusion d’une   en grec, morías       gentil se reprendre. creuser son peinture de rimes. le texte (dans mon ventre pousse une       vu il tente de déchiffrer, de la       aux la brume. nuages     oued coulant       "       rampan premier essai c’est a claude b.   comme dernier vers aoi la vie humble chez les       pass&e a propos de quatre oeuvres de pour pierre theunissen la n’ayant pas f le feu est venu,ardeur des bernadette griot vient de    courant bribes en ligne a marcel alocco a       un en 1958 ben ouvre à       " des voix percent, racontent il aurait voulu être       je frères et la question du récit les petites fleurs des je ne sais pas si le 19 novembre 2013, à la pour martine, coline et laure dans un coin de nice, on croit souvent que le but j’ai longtemps À la loupe, il observa rien n’est il avait accepté j’ai perdu mon décembre 2001. lu le choeur des femmes de clquez sur cliquetis obscène des journée de    il       au       sur       &eacut accoucher baragouiner       la effleurer le ciel du bout des souvent je ne sais rien de  l’exposition  deuxième essai le  “s’ouvre je suis apaches :       j̵ "tu sais ce que c’est       retour       bonhe prenez vos casseroles et ki mult est las, il se dort pour le prochain basilic, (la       il madame est la reine des pour qui veut se faire une ils sortent passent .x. portes, quelque chose ce texte se présente le 2 juillet titrer "claude viallat, toute une faune timide veille le franchissement des       la pie carmelo arden quin est une la bouche pleine de bulles   nous sommes langues de plomba la si elle est belle ? je       "  au mois de mars, 1166 le 23 février 1988, il af : j’entends   ces sec erv vre ile l’existence n’est merci à la toile de li quens oger cuardise macles et roulis photo 7 " je suis un écorché vif. il pleut. j’ai vu la à propos “la ço dist li reis :       une guetter cette chose générations       les pure forme, belle muette, cinq madame aux yeux (en regardant un dessin de le galop du poème me et la peur, présente     du faucon nous dirons donc     cet arbre que il faut laisser venir madame (josué avait lentement j’ai relu daniel biga, jouer sur tous les tableaux antoine simon 3 il ne reste plus que le le corps encaisse comme il on a cru à j’ai changé le mon travail est une (de)lecta lucta         dans les écroulements "si elle est       " seins isabelle boizard 2005  improbable visage pendu nécrologie bernard dejonghe... depuis a la fin il ne resta que agnus dei qui tollis peccata quai des chargeurs de jamais si entêtanteeurydice avant dernier vers aoi antoine simon 31 un tunnel sans fin et, à je dors d’un sommeil de buttati ! guarda&nbs       &n madame chrysalide fileuse       pass&e voici des œuvres qui, le       devant  le "musée le bulletin de "bribes essai de nécrologie,       allong dans le pain brisé son rêves de josué, sa langue se cabre devant le polenta clers est li jurz et li       sur  il y a le toutes sortes de papiers, sur comme c’est a la femme au       magnol pour michèle c’est vrai dernier vers aoi histoire de signes .     faisant la     rien tous ces charlatans qui dernier vers aoi   que signifie       &n la force du corps, li emperere par sa grant autre citation"voui de proche en proche tous dont les secrets… à quoi les oiseaux s’ouvrent       en lorsque martine orsoni les installations souvent, deuxième approche de       sur les routes de ce pays sont       juin antoine simon 10 temps où le sang se un homme dans la rue se prend  de la trajectoire de ce     hélas, mes pensées restent       dans je serai toujours attentif à je découvre avant toi dans le monde de cette le vieux qui f toutes mes f qu’il vienne, le feu vedo la luna vedo le  pour de le recueil de textes       &agrav on cheval al matin, quant primes pert   entrons l’art n’existe   anatomie du m et pour julius baltazar 1 le vue à la villa tamaris à bernadette       bonheu et que dire de la grâce    nous douce est la terre aux yeux ce jour là, je pouvais jamais je n’aurais   marcel       l̵ dans les horizons de boue, de c’est pour moi le premier dernier vers aoi nos voix tout le problème ce paysage que tu contemplais   d’un coté,       le       dans sur la toile de renoir, les un jour, vous m’avez dans le respect du cahier des   la baie des anges tout en travaillant sur les avec marc, nous avons         &n  marcel migozzi vient de madame aux rumeurs je sais, un monde se deuxième apparition de dernier vers aoi la cité de la musique antoine simon 29       b&acir temps de cendre de deuil de normal 0 21 false fal   l’oeuvre vit son in the country le nécessaire non       le de tantes herbes el pre ce qui aide à pénétrer le       longte     pluie du antoine simon 21 josué avait un rythme pour andré villers 1) (josué avait ils avaient si longtemps, si la liberté s’imprime à       entre    en jusqu’à il y a pour jacky coville guetteurs ce poème est tiré du la liberté de l’être la danse de onze sous les cercles et nous n’avons rien quatrième essai de bien sûrla s’ouvre la la parol

Accueil > Mots-clés > Genres littéraires > roman

roman

Dernière publication : 28 mars 2010.
Les 3 derniers articles : Lire... , Les Bienveillantes , Le choeur des femmes .
Les 3 articles les plus lus : Les Bienveillantes , Lire... , Le choeur des femmes .

  • MICHEL BUTOR

    Quatrième de couverture

    Le 26 août 1887, depuis le Caire où il était allé se rafraîchir des chaleurs d’Aden, Arthur Rimbaud écrit à son ancien directeur Alfred Bardey une longue lettre dans laquelle il lui raconte ses (...)
    Clefs : Butor , roman , photographie

  • ANNE GÉRARD

    Exergue

    Figli di puttana

    A ma mère, femme parmi les femmes, qui s’est battue jour après jour, sans même s’en rendre compte, pour avoir le droit d’exister autrement que sous le jugement des (...)
    Clefs : roman , Gérard

  • ANNE GÉRARD

    5 octobre

    Attendre. Mot terrible. Chargé d’une angoisse indicible. On attend, oui, mais on ne sait jamais précisément quoi. On prie, on supplie, on larmoie. Bonne ou mauvaise nouvelle. On attend. Un résultat. (...)
    Clefs : roman , Gérard

  • ANNE GÉRARD

    10 octobre, 5 heures du matin

    Attendre. Mot terrible. Chargé d’une angoisse indicible. On attend, oui, mais on ne sait jamais précisément quoi. On prie, on supplie, on larmoie. Bonne ou mauvaise nouvelle. On attend. Un résultat. (...)
    Clefs : roman , Gérard

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Le choeur des femmes

    Lu le Choeur des femmes de Martin Winckler. Et je le rumine depuis que je l’ai lu. Il me revient ainsi régulièrement en mémoire, et au moment d’ouvrir cette nouvelle rubrique sur Bribes en ligne, (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Les Bienveillantes

    hommage à Jonathan Littel

    J’ai longtemps hésité avant d’ouvrir Les Bienveillantes de Jonathan Littel. Gros sujet, gros livre, gros battage médiatique, gros prix... Ça ne m’engageait guère. Vieux réflexe : je me méfie de ce dont (...)
    Clefs : roman , Littel

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Lire...

    Jusqu’à il y a dix huit mois, j’étais chargé de diverses missions culturelles dans l’éducation nationale. En quittant ce travail, je pensais pouvoir disposer de plus de temps pour avancer mes chantiers (...)
    Clefs : roman , Polet , Lecture


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette