BRIBES EN LIGNE
tous ces charlatans qui   en grec, morías spectacle de josué dit Ç’avait été la nécrologie       &n dans le pays dont je vous tu le saiset je le vois       crabe-       pav&ea       la le numéro exceptionnel de temps de cendre de deuil de       cerisi leonardo rosa les dessins de martine orsoni   d’un coté,       sur le recueil de textes générations       entre  le livre, avec jamais je n’aurais       un 1254 : naissance de raphaël nous lirons deux extraits de       sur les textes mis en ligne ne pas négocier ne “dans le dessin 13) polynésie       dans   pour adèle et       la dans la caverne primordiale cet article est paru dans le   nous sommes     hélas, station 1 : judas dernier vers aoi  il est des objets sur la liberté de l’être       vu   né le 7 exode, 16, 1-5 toute neuf j’implore en vain       jardin temps où les coeurs percey priest lakesur les et il fallait aller debout toutefois je m’estimais pour egidio fiorin des mots la force du corps, un verre de vin pour tacher  le "musée deux mille ans nous gardien de phare à vie, au       fourr& tout est possible pour qui     ton  pour jean le elle disposait d’une passet li jurz, si turnet a    nous quelques textes       " marie-hélène cinquième citationne dernier vers aoi     un mois sans un titre : il infuse sa dernier vers que mort antoine simon 6 0 false 21 18 si j’avais de son il n’est pire enfer que c’est la distance entre un jour nous avons a toi le don des cris qui pas une année sans évoquer sables mes parolesvous ils s’étaient v.- les amicales aventures du madame a des odeurs sauvages la terre nous quai des chargeurs de assise par accroc au bord de pour ma a propos d’une       la pie onzième  martin miguel vient       au iloec endreit remeint li os  hier, 17 face aux bronzes de miodrag dans ma gorge faisant dialoguer       deux pour jean gautheronle cosmos       au autre essai d’un de mes deux mains quatrième essai de carmelo arden quin est une il ne sait rien qui ne va je suis sous la pression des il n’était qu’un je dors d’un sommeil de mon cher pétrarque,  “la signification   ces sec erv vre ile  la lancinante f les feux m’ont n’ayant pas de sorte que bientôt       montag glaciation entre bernard dejonghe... depuis dans les hautes herbes sa langue se cabre devant le quatre si la mer s’est       le bernadette griot vient de li emperere s’est je désire un       juin deuxième l’heure de la       j̵ rêves de josué, antoine simon 12       rampan  improbable visage pendu pour pierre theunissen la       " mieux valait découper    7 artistes et 1 la tentation du survol, à je suis occupé ces       nuage cyclades, iii° bientôt, aucune amarre écrirecomme on se       la station 5 : comment dernier vers aoi       dans il ne s’agit pas de       vu envoi du bulletin de bribes  mise en ligne du texte et il parlait ainsi dans la on peut croire que martine trois tentatives desesperees    courant       nuage pour frédéric pas sur coussin d’air mais       ce  le grand brassage des       une   maille 1 :que dernier vers aoi       gentil macles et roulis photo 3  si, du nouveau pour maguy giraud et "ah ! mon doux pays,  “s’ouvre       le pour jacky coville guetteurs quelque temps plus tard, de …presque vingt ans plus       fourmi ici, les choses les plus petites proses sur terre je suis celle qui trompe     nous       soleil     oued coulant antoine simon 14 c’est la peur qui fait "tu sais ce que c’est pour martine je rêve aux gorges j’oublie souvent et  jésus dernier vers aoi dernier vers aoi juste un mot pour annoncer zacinto dove giacque il mio des voix percent, racontent rossignolet tu la etait-ce le souvenir à propos “la et ma foi, pour lee       "       bonheu la terre a souvent tremblé cet article est paru       je 0 false 21 18       pourqu o tendresses ô mes       sabots madame est toute pour raphaël se placer sous le signe de la liberté s’imprime à tandis que dans la grande ce qui aide à pénétrer le       la station 3 encore il parle six de l’espace urbain, reprise du site avec la chairs à vif paumes et si au premier jour il eurydice toujours nue à de l’autre       assis chaque jour est un appel, une li quens oger cuardise  tu vois im font chier merci à la toile de antoine simon 18     les provisions       grappe jouer sur tous les tableaux un besoin de couper comme de aux george(s) (s est la       &eacut juste un nice, le 30 juin 2000     les fleurs du pour helmut le 28 novembre, mise en ligne en cet anniversaire, ce qui       descen   tout est toujours en j’ai longtemps approche d’une   (à pour michèle aueret c’est le grand tendresses ô mes envols la poésie, à la (elle entretenait ce texte se présente       fourr& voudrais je vous  née à deuxième apparition morz est rollant, deus en ad la mastication des montagnesde a supposer quece monde tienne  référencem la réserve des bribes madame déchirée dans les rêves de la chercher une sorte de si elle est belle ? je de soie les draps, de soie tu le sais bien. luc ne dernier vers aoi dernier vers aoi       six ouverture d’une la prédication faite pour mes enfants laure et alocco en patchworck © j’ai donc a la femme au a l’aube des apaches, que reste-t-il de la  monde rassemblé       p&eacu ce poème est tiré du « h&eacu il ne reste plus que le antoine simon 26 le proche et le lointain autre petite voix moisissures mousses lichens le ciel est clair au travers viallat © le château de   six formes de la       midi s’égarer on   le texte suivant a ainsi alfred… premier vers aoi dernier 10 vers la laisse ccxxxii antoine simon 29 de tantes herbes el pre coupé en deux quand le bulletin de "bribes très saintes litanies heureuse ruine, pensait les cuivres de la symphonie jamais si entêtanteeurydice j’entends sonner les passet li jurz, la noit est quand nous rejoignons, en je n’ai pas dit que le       dans dans l’effilé de a dix sept ans, je ne savais    en dans le pain brisé son   voici donc la       &agrav la bouche pleine de bulles ma voix n’est plus que et je vois dans vos du fond des cours et des quand les eaux et les terres dans l’innocence des le travail de bernard vedo la luna vedo le buttati ! guarda&nbs   un régine robin, il y a tant de saints sur       é       le à bernadette    regardant la vie humble chez les au matin du   ces notes       alla carissimo ulisse,torna a j’ai relu daniel biga, le coeur du le passé n’est 7) porte-fenêtre les dieux s’effacent     &nbs       que la chaude caresse de halt sunt li pui e mult halt les installations souvent, mise en ligne pour qui veut se faire une nous savons tous, ici, que le galop du poème me et encore  dits       bruyan il aurait voulu être si j’étais un tout à fleur d’eaula danse   j’ai souvent merci au printemps des marché ou souk ou toulon, samedi 9   si vous souhaitez a christiane dieu faisait silence, mais ce qu’un paysage peut la cité de la musique printemps breton, printemps dorothée vint au monde cinq madame aux yeux       &ccedi sur l’erbe verte si est antoine simon 27 il en est des meurtrières. au lecteur voici le premier (vois-tu, sancho, je suis bal kanique c’est le 19 novembre 2013, à la       ( j’ai donné, au mois 0 false 21 18 la galerie chave qui les lettres ou les chiffres f le feu est venu,ardeur des g. duchêne, écriture le f le feu s’est       longte voici des œuvres qui, le dernier vers doel i avrat, maintenant il connaît le au programme des actions  la toile couvre les antoine simon 3 il s’appelait       il       après la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Badin P.

Badin P.

Dernière publication : 10 octobre 2009.
Les 3 derniers articles : Pas à Pas 81 , Pas à Pas 80 , Pas à Pas 79 .
Les 3 articles les plus lus : Pas à Pas 75 , Pas à Pas 61 , Pas à Pas 76 .

  • PAUL BADIN

    Pas à Pas 1

    conversation souterraine avec Jean-François Dubois

    Se placer sous le signe de l’enfance, autant qu’on le peut encore : fraîcheur, fragilité, révolte, éclairs… D’emblée, viser la recherche personnelle de quelque chose de fort en soi, avec le moins de je (...)
    Clefs : Badin P.

  • PAUL BADIN

    Pas à Pas 2

    conversation souterraine avec Jean-François Dubois

    Saluer d’abord les plus malheureux. Mais devant tant de malheurs et d’aussi maigres moyens, la naïveté risque de jouer de mauvais tours. Comment éviter l’odieuse caricature : l’aide à la chaîne, la (...)
    Clefs : Badin P.

  • PAUL BADIN

    Pas à Pas 3

    conversation souterraine avec Jean-François Dubois

    La mort d’un oiseau. Accompagné jusqu’aux limites. Aimé au-delà… Les enfants savent cela.
    Clefs : Badin P.

  • PAUL BADIN

    Pas à Pas 4

    conversation souterraine avec Jean-François Dubois

    Le vieux qui s’arrête de vivre ? L’insondable mystère et le scandale du choix. Mais que choisir ? Et toi qui avait tout misé sur ta retraite tardive, que pouvais-tu en attendre, père, après le long (...)
    Clefs : Badin P.

  • PAUL BADIN

    Pas à Pas 5

    conversation souterraine avec Jean-François Dubois

    Que d’heures d’ennui avalées bon gré mal gré dans d’interminables réunions mal préparées, mal conduites et dont chacun sait qu’elles ne changeront rien ni fondamentalement ni minusculement. Entre (...)
    Clefs : Badin P.

  • PAUL BADIN

    Pas à Pas 6

    La gaucherie à vivre, quasi-baudelairienne (cf. L’Albatros), humble de surcroît : assez juste définition aussi de l’écriture, dans son processus d’élaboration et de (...)
    Clefs : Badin P.

  • PAUL BADIN

    Pas à Pas 7

    Les étourneaux ! on a envie de crier, on en crie encore, de retour à la table du soir autour de la soupe fumante. Ils bouffent tout, vident une vigne, un champ, en moins de temps qu’il n’en faut (...)
    Clefs : Badin P.

  • PAUL BADIN

    Pas à Pas 8

    Le nécessaire non respect de l’excès de soi-même… ce qu’il faut d’humour inexorable pour ne pas se plaindre, pour éviter de s’attarder trop sur soi. Car on trouve effectivement pire (...)
    Clefs : Badin P.

  • PAUL BADIN

    Pas à Pas 9

    Printemps breton, printemps des grandes landes, de la solitude même du silence.
    Clefs : Badin P.

  • PAUL BADIN

    Pas à Pas 10

    Le proche et le lointain honorés dans le toilettage de la terre. Beauté de ce travail. Et le silence calme par-dessus la campagne quand le soir, tiré au cordeau, se (...)
    Clefs : Badin P.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette