BRIBES EN LIGNE
lorsque martine orsoni  de même que les r.m.a toi le don des cris qui       la de pa(i)smeisuns en est venuz "tu sais ce que c’est       longte       au     m2 &nbs ainsi fut pétrarque dans       je et  riche de mes un soir à paris au les enseignants : peinture de rimes. le texte dans ce périlleux jouer sur tous les tableaux     chambre onze sous les cercles dernier vers aoi   d’un coté,   (dans le madame chrysalide fileuse toi, mésange à       cerisi       les macles et roulis photo 6 fragilité humaine.   je n’ai jamais avez-vous vu       l̵ la pureté de la survie. nul etudiant à antoine simon 29       la de sorte que bientôt       dans       m̵       sur dont les secrets… à quoi m1       (de)lecta lucta   sixième pour andré écoute, josué, et tout avait  monde rassemblé ce 28 février 2002.       la le 19 novembre 2013, à la lorsqu’on connaît une  mise en ligne du texte sept (forces cachées qui madame, on ne la voit jamais la liberté s’imprime à sous la pression des       bruyan et si au premier jour il pour maguy giraud et le 28 novembre, mise en ligne un homme dans la rue se prend antoine simon 22 dans un coin de nice, ses mains aussi étaient à dernier vers que mort       &agrav a grant dulur tendrai puis janvier 2002 .traverse dans le train premier même si pour robert rare moment de bonheur, dernier vers aoi décembre 2001. poussées par les vagues     &nbs       fleur temps de pierres dans la a la fin il ne resta que après la lecture de tout le problème    en       marche ce rêves de josué, 10 vers la laisse ccxxxii dernier vers aoi les lettres ou les chiffres ce qui fascine chez dernier vers aoi    7 artistes et 1  on peut passer une vie       apr&eg       les nous lirons deux extraits de normalement, la rubrique s’égarer on sur l’erbe verte si est   nous sommes mon travail est une le ciel de ce pays est tout       je me  les œuvres de       régine robin, f j’ai voulu me pencher antoine simon 24     oued coulant passet li jurz, si turnet a mult est vassal carles de langues de plomba la station 7 : as-tu vu judas se       la madame a des odeurs sauvages apaches : voile de nuità la macles et roulis photo 1       le clere est la noit e la (vois-tu, sancho, je suis toutes sortes de papiers, sur pour yves et pierre poher et réponse de michel dernier vers aoi       longte j’ai donc les petites fleurs des il y a dans ce pays des voies       aux paysage de ta tombe  et viallat © le château de josué avait un rythme       sur       sur       grappe sa langue se cabre devant le   pour olivier du bibelot au babilencore une       sur immense est le théâtre et bal kanique c’est       sur       ruelle couleur qui ne masque pas archipel shopping, la au rayon des surgelés introibo ad altare travail de tissage, dans moi cocon moi momie fuseau       premier vers aoi dernier quant carles oït la granz fut li colps, li dux en       au mieux valait découper deuxième approche de thème principal : madame, vous débusquez dentelle : il avait branches lianes ronces       je me      &  dernières mises pour jean-marie simon et sa temps de bitume en fusion sur entr’els nen at ne pui normal 0 21 false fal       allong villa arson, nice, du 17 l’art n’existe antoine simon 3 dernier vers aoi       reine   le texte suivant a       ( je suis bien dans    au balcon 1 la confusion des envoi du bulletin de bribes raphaël sous l’occupation       droite rita est trois fois humble. pour daniel farioli poussant arbre épanoui au ciel       cette     le cygne sur a dix sept ans, je ne savais antoine simon 18 quatrième essai rares le 2 juillet je me souviens de vue à la villa tamaris l’erbe del camp, ki Être tout entier la flamme     surgi un temps hors du       un la mastication des je découvre avant toi dernier vers aoi chaque automne les pour jacqueline moretti,       &agrav bernadette griot vient de (josué avait lentement 13) polynésie       maquis       sur le "patriote", au labyrinthe des pleursils tout en travaillant sur les  “la signification       fleure merci à marc alpozzo le proche et le lointain je crie la rue mue douleur    de femme liseuse carles respunt : g. duchêne, écriture le       sur poème pour       pav&ea       s̵  si, du nouveau encore la couleur, mais cette fontelucco, 6 juillet 2000 "et bien, voilà..." dit histoire de signes .     au couchant       au le 26 août 1887, depuis et il parlait ainsi dans la     pluie du chercher une sorte de     les provisions des conserves ! une il faut dire les       deux antoine simon 31       six merci au printemps des       l̵ il n’y a pas de plus générations d’un bout à       glouss quelque chose "le renard connaît c’est vrai j’ai travaillé douze (se fait terre se       pav&ea je suis celle qui trompe les amants se ce pays que je dis est je suis i en voyant la masse aux la prédication faite toute une faune timide veille 1) la plupart de ces je reviens sur des les oiseaux s’ouvrent je déambule et suis face aux bronzes de miodrag dans le monde de cette tout à fleur d’eaula danse abu zayd me déplait. pas   adagio   je       apr&eg mult ben i fierent franceis e une fois entré dans la des voiles de longs cheveux 1) notre-dame au mur violet seul dans la rue je ris la pour michèle aueret effleurer le ciel du bout des       et tu antoine simon 9   on n’est la force du corps, station 1 : judas 7) porte-fenêtre       coude rien n’est plus ardu raphaël       l̵ certains soirs, quand je clquez sur de toutes les       la et si tu dois apprendre à hans freibach : À max charvolen et aucun hasard si se f toutes mes       au le lent déferlement       la dernier vers aoi clers est li jurz et li à bernadette pour le prochain basilic, (la « e ! malvais       ton pour maxime godard 1 haute       soleil aux george(s) (s est la vous avez gardien de phare à vie, au j’aime chez pierre deux ce travail vous est et je vois dans vos       dans depuis le 20 juillet, bribes  les éditions de au lecteur voici le premier       "       reine me si j’étais un  le "musée et la peur, présente f le feu s’est lentement, josué bernard dejonghe... depuis en introduction à passet li jurz, la noit est références : xavier le géographe sait tout quelques autres inoubliables, les antoine simon 26 le scribe ne retient je t’enfourche ma vertige. une distance deux mille ans nous       sur deux nouveauté,   l’oeuvre vit son  tu vois im font chier temps de cendre de deuil de mes pensées restent le temps passe dans la samuelchapitre 16, versets 1 le ciel est clair au travers comme c’est quand les eaux et les terres rien n’est voici des œuvres qui, le bel équilibre et sa nous avons affaire à de au commencement était la terre nous juste un mot pour annoncer madame, c’est notre       montag     à errer est notre lot, madame, glaciation entre     cet arbre que pour frédéric l’homme est       banlie des voix percent, racontent (la numérotation des   se ensevelie de silence, six de l’espace urbain, ki mult est las, il se dort   saint paul trois dernier vers aoi " je suis un écorché vif. dans les hautes herbes (ma gorge est une dernier vers aoi    “comment pour helmut depuis ce jour, le site 1254 : naissance de les durand : une rossignolet tu la       pass&e quand vous serez tout       apparu seins isabelle boizard 2005 in the country       la rm : d’accord sur la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Fedi

Fedi

Dernière publication : 18 mars 2010.
Les 3 derniers articles : Inventions d’Hypatie , Aux yeux de ce qui nous aime .
Les 3 articles les plus lus : Inventions d’Hypatie , Aux yeux de ce qui nous aime .

  • ALAIN FREIXE

    Aux yeux de ce qui nous aime

    écrire comme on se confie au vent dehors pour personne sanglots corrigés par le froid qui rentre par les yeux et finit flaque de clarté au fond flaque que la marche relève et plaque (...)
    Clefs : Freixe , poésie , Fedi

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Inventions d’Hypatie

    / Bibliophilie
    Le lent déferlement des vagues de terre a noyé ma terre. Il n’en reste rien que ce tremblement de poussière cerné d’or pauvre, cette pulvérulence de lumière dont je tente en vain de couvrir mes ongles. (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette