BRIBES EN LIGNE
      dans l’homme est pour jacqueline moretti, halt sunt li pui e mult halt       la coupé le sonà       la vedo la luna vedo le arbre épanoui au ciel il est le jongleur de lui       j̵ il pleut. j’ai vu la dernier vers aoi attendre. mot terrible.       le depuis ce jour, le site f le feu s’est lorsque martine orsoni clers fut li jurz e li 1 au retour au moment difficile alliage de  hier, 17 le proche et le lointain able comme capable de donner exacerbé d’air torna a sorrento ulisse torna       dans       au       il antoine simon 22 seul dans la rue je ris la       la quelques textes 0 false 21 18 madame a des odeurs sauvages       vu la route de la soie, à pied,    nous la vie humble chez les       voyage nous lirons deux extraits de madame chrysalide fileuse pour jean marie errer est notre lot, madame, avant propos la peinture est     quand antoine simon 31 "si elle est deux mille ans nous deuxième suite     hélas, mult ben i fierent franceis e     après bribes en ligne a ne pas négocier ne la question du récit les dernières dernier vers aoi       dans     double le lent tricotage du paysage marcel alocco a madame porte à etudiant à le franchissement des temps de pierres dernier vers aoi encore la couleur, mais cette pour pierre theunissen la nice, le 30 juin 2000 pur ceste espee ai dulor e    il       pass&e les durand : une       voyage des voix percent, racontent  les éditions de même si     le cygne sur nos voix pour marcel le 28 novembre, mise en ligne       fleur deuxième essai le  les trois ensembles dans un coin de nice, troisième essai qu’est-ce qui est en bien sûr, il y eut    au balcon clers est li jurz et li (ma gorge est une mise en ligne d’un       le vous êtes tous ces charlatans qui je n’hésiterai       tourne  hors du corps pas ce qui fait tableau : ce nous dirons donc entr’els nen at ne pui       &n       longte 1257 cleimet sa culpe, si macles et roulis photo 1 rêves de josué, encore une citation“tu       dans “dans le dessin les lettres ou les chiffres       la dernier vers aoi la réserve des bribes  l’exposition  ainsi va le travail de qui langues de plomba la ce jour là, je pouvais pas sur coussin d’air mais tandis que dans la grande       au il existe deux saints portant sous la pression des si tu es étudiant en       une il en est des meurtrières. nous savons tous, ici, que       soleil villa arson, nice, du 17 c’est une sorte de ils s’étaient l’éclair me dure, rêve, cauchemar, antoine simon 10       la en 1958 ben ouvre à et encore  dits un verre de vin pour tacher les routes de ce pays sont ensevelie de silence,       descen il n’était qu’un quel ennui, mortel pour   saint paul trois je ne sais pas si         or nice, le 8 octobre « h&eacu à propos “la les amants se et que dire de la grâce traquer   se tendresses ô mes envols religion de josué il       allong art jonction semble enfin onzième (dans mon ventre pousse une il faut laisser venir madame   je ne comprends plus pour martin livre grand format en trois       quinze "tu sais ce que c’est   (dans le janvier 2002 .traverse leonardo rosa c’est seulement au   d’un coté, “le pinceau glisse sur pour robert       ...mai la communication est dernier vers aoi les avenues de ce pays on croit souvent que le but la cité de la musique se placer sous le signe de dernier vers aoi il semble possible josué avait un rythme assise par accroc au bord de       dans antoine simon 17 cyclades, iii°   on n’est       ruelle derniers présentation du i.- avaler l’art par pierre ciel cinquième citationne et  riche de mes béatrice machet vient de À max charvolen et       d&eacu     m2 &nbs les dessins de martine orsoni       au       et tu     depuis vue à la villa tamaris de proche en proche tous fragilité humaine.       apr&eg       bonhe comment entrer dans une (À l’église petit matin frais. je te       rampan tout en vérifiant attendre. mot terrible.   adagio   je       dans rm : d’accord sur le passé n’est etait-ce le souvenir coupé en deux quand cet article est paru dans le voici des œuvres qui, le comme une suite de sur la toile de renoir, les pour jacky coville guetteurs giovanni rubino dit       dans ço dist li reis :       retour réponse de michel décembre 2001. l’instant criblé monde imaginal, raphaël le temps passe dans la "pour tes antoine simon 6 vous avez dernier vers aoi f les rêves de je n’ai pas dit que le bernadette griot vient de la lecture de sainte 0 false 21 18 nice, le 18 novembre 2004 dans le train premier carcassonne, le 06  je signerai mon merci au printemps des ce qui fascine chez a christiane       dans dans ce pays ma mère tu le sais bien. luc ne     de rigoles en la bouche pleine de bulles troisième essai et pour jean-louis cantin 1.-   dits de sous l’occupation carmelo arden quin est une   l’oeuvre vit son toi, mésange à     au couchant régine robin, douze (se fait terre se a toi le don des cris qui       ce dans ma gorge la pureté de la survie. nul dernier vers aoi les grands comme un préliminaire la dans le respect du cahier des la deuxième édition du portrait. 1255 : granz est li calz, si se certains soirs, quand je aux barrières des octrois il arriva que sculpter l’air : les parents, l’ultime c’est la chair pourtant les cuivres de la symphonie pour mon épouse nicole dernier vers aoi la rencontre d’une       m&eacu iv.- du livre d’artiste i en voyant la masse aux un temps hors du tu le saiset je le vois       je me       au dernier vers aoi « voici       soleil clquez sur station 5 : comment ce texte se présente rossignolet tu la abu zayd me déplait. pas une fois entré dans la pour andrée       maquis je ne saurais dire avec assez pour andré villers 1)       ma me       à moi cocon moi momie fuseau six de l’espace urbain, merci à la toile de douce est la terre aux yeux générations et il fallait aller debout quatrième essai de ce monde est semé g. duchêne, écriture le ce texte m’a été f le feu est venu,ardeur des tout à fleur d’eaula danse carissimo ulisse,torna a vous dites : "un (la numérotation des ce 28 février 2002.  le "musée de soie les draps, de soie du bibelot au babilencore une et il parlait ainsi dans la le pendu napolì napolì      & dans les carnets       la     faisant la l’art c’est la le nécessaire non a propos de quatre oeuvres de quand sur vos visages les une il faut dire les     à la galerie chave qui ce pays que je dis est de pa(i)smeisuns en est venuz à bernadette montagnesde démodocos... Ça a bien un on a cru à       sous un homme dans la rue se prend tous feux éteints. des  la lancinante   né le 7 raphaËl la légende fleurie est       glouss des voiles de longs cheveux       deux buttati ! guarda&nbs le 15 mai, à preambule – ut pictura  tous ces chardonnerets       " diaphane est le mot (ou ( ce texte a dans le monde de cette approche d’une l’impossible les étourneaux ! f dans le sourd chatoiement sept (forces cachées qui       sur pour julius baltazar 1 le ma chair n’est   j’ai souvent il aurait voulu être nous serons toujours ces vi.- les amicales aventures on peut croire que martine  tu vois im font chier  marcel migozzi vient de normalement, la rubrique ...et poème pour dernier vers aoi       entre    en ouverture de l’espace après la lecture de       jonath je ne peins pas avec quoi,   1) cette       l̵ il existe au moins deux la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Oriot

Oriot

Dernière publication : 19 mai 2010.
Les 3 derniers articles : Regrets de la chambre basse , À l’unisson de la fuite , Ce paysage... .
Les 3 articles les plus lus : Regrets de la chambre basse , À l’unisson de la fuite , Ce paysage... .

  • FRANÇOISE ORIOT

    Ce paysage...

    Ce paysage que tu contemplais depuis le col paupières enfin relevées nuque d’écorce - Tu m’as dit les arêtes vives la trouée de lumière comme un visage souriant les villes frémissantes dans le lointain (...)
    Clefs : poésie , Oriot

  • FRANÇOISE ORIOT

    À l’unisson de la fuite

    Comme ce mur blanc brûlant le soleil de juillet Comme ce nœud d’incendie qui forcit dans la gorge Comme le silence écrasé après le dernier coup de midi Comme la dernière page apprise et dite La femme a (...)
    Clefs : poésie , Oriot

  • FRANÇOISE ORIOT

    Regrets de la chambre basse

    Les amants se découvrent là à l’orée d’opaques souvenirs pavots que la fièvre nouvelle efface qu’un sanglot ranime. Reflets de mercure dans le crépuscule leurs voix et leurs mains tracent des échelles où (...)
    Clefs : poésie , Oriot


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette