BRIBES EN LIGNE
  pour théa et ses À max charvolen et bernadette griot vient de       le       s̵ à propos des grands les textes mis en ligne la tentation du survol, à il existe deux saints portant       entre       grappe deux mille ans nous avez-vous vu rita est trois fois humble.     du faucon       je me       " errer est notre lot, madame, À perte de vue, la houle des j’ai ajouté à cri et à       juin depuis le 20 juillet, bribes non, björg, nous serons toujours ces         or livre grand format en trois huit c’est encore à quand sur vos visages les la bouche pure souffrance mise en ligne voile de nuità la edmond, sa grande       arauca pour ma       nuage la liberté s’imprime à       glouss et  riche de mes     ton eurydice toujours nue à il ne reste plus que le quand il voit s’ouvrir,   pour olivier macles et roulis photo 6 f les feux m’ont ço dist li reis :       longte toutes ces pages de nos       devant nice, le 8 octobre les doigts d’ombre de neige dans un coin de nice, je t’enfourche ma le 26 août 1887, depuis       un   jn 2,1-12 : pour andré agnus dei qui tollis peccata jusqu’à il y a 7) porte-fenêtre v.- les amicales aventures du a toi le don des cris qui       la ce jour-là il lui alocco en patchworck © antoine simon 29 antoine simon 18    tu sais diaphane est le mot (ou madame déchirée ouverture de l’espace cinquième essai tout est-ce parce que, petit, on       le il en est des noms comme du traquer carcassonne, le 06 ce paysage que tu contemplais       "  de la trajectoire de ce       je me que reste-t-il de la ce 28 février 2002. marcel alocco a carmelo arden quin est une autre citation"voui    seule au       cette le 19 novembre 2013, à la dernier vers aoi       montag un tunnel sans fin et, à seul dans la rue je ris la       il de tantes herbes el pre ils avaient si longtemps, si       &agrav autre citation pour maguy giraud et madame est une immense est le théâtre et dernier vers aoi rêve, cauchemar, in the country       ma tous feux éteints. des     quand je ne sais pas si quand les eaux et les terres d’ eurydice ou bien de (de)lecta lucta   pour max charvolen 1) f dans le sourd chatoiement dans les carnets en cet anniversaire, ce qui   maille 1 :que et que dire de la grâce "mais qui lit encore le encore une citation“tu       jonath       sur « amis rollant, de tu le sais bien. luc ne dans les carnets sous la pression des il existe au moins deux       quand merci à marc alpozzo      & pure forme, belle muette, antoine simon 24   (à 0 false 21 18 au programme des actions antoine simon 25 rm : nous sommes en dernier vers aoi après la lecture de c’est seulement au je serai toujours attentif à   j’ai souvent le lent déferlement       sur       m̵ mais jamais on ne quel ennui, mortel pour       dans ce qui fascine chez       dans       au buttati ! guarda&nbs  un livre écrit       fleure derniers il est le jongleur de lui deux ajouts ces derniers lorsqu’on connaît une       ce       même si paroles de chamantu la poésie, à la f les rêves de   je ne comprends plus tout en vérifiant pour julius baltazar 1 le ici. les oiseaux y ont fait dernier vers aoi madame est toute la galerie chave qui je reviens sur des macles et roulis photo       et       bonheu et il parlait ainsi dans la f j’ai voulu me pencher assise par accroc au bord de chaque automne les le lent tricotage du paysage       deux la gaucherie à vivre, lentement, josué le galop du poème me f toutes mes   saint paul trois     les provisions       " que d’heures qu’est-ce qui est en les lettres ou les chiffres f les marques de la mort sur présentation du de pa(i)smeisuns en est venuz il faut laisser venir madame un besoin de couper comme de antoine simon 15 générations s’ouvre la le samedi 26 mars, à 15 le coeur du attention beau il aurait voulu être       l̵ faisant dialoguer       retour iloec endreit remeint li os il tente de déchiffrer, prenez vos casseroles et rien n’est plus ardu       object si tu es étudiant en a propos d’une recleimet deu mult la deuxième édition du art jonction semble enfin rossignolet tu la l’erbe del camp, ki antoine simon 7       enfant on trouvera la video et la peur, présente       la pie ainsi fut pétrarque dans toi, mésange à antoine simon 31 douce est la terre aux yeux a ma mère, femme parmi       deux les grands       &n ouverture d’une je dors d’un sommeil de mesdames, messieurs, veuillez l’art c’est la pourquoi yves klein a-t-il de la 10 vers la laisse ccxxxii       la pour raphaël tout en travaillant sur les ecrire les couleurs du monde       banlie nice, le 18 novembre 2004 pour daniel farioli poussant la liberté de l’être avant dernier vers aoi chercher une sorte de mais non, mais non, tu heureuse ruine, pensait     au couchant max charvolen, martin miguel mise en ligne d’un equitable un besoin sonnerait temps où le sang se normal 0 21 false fal douze (se fait terre se la légende fleurie est       et tu pour michèle gazier 1)       b&acir   d’un coté, sauvage et fuyant comme       mouett       au dans le pays dont je vous avant propos la peinture est pur ceste espee ai dulor e il semble possible   la production les durand : une pluies et bruines,  “la signification petit matin frais. je te le coquillage contre références : xavier et te voici humanité quand c’est le vent qui intendo... intendo ! pour jacky coville guetteurs si j’étais un dernier vers aoi (ma gorge est une       &n ainsi alfred… percey priest lakesur les le vieux qui pour gilbert là, c’est le sable et merci à la toile de antoine simon 17 charogne sur le seuilce qui    en descendre à pigalle, se temps où les coeurs le géographe sait tout imagine que, dans la chairs à vif paumes les installations souvent, rêves de josué,       ton et que vous dire des le 15 mai, à journée de dans l’effilé de raphaËl nécrologie       nuage       &agrav pour alain borer le 26 ainsi va le travail de qui dernier vers aoi "le renard connaît un jour, vous m’avez         je n’ai jamais       les carissimo ulisse,torna a attendre. mot terrible. af : j’entends abu zayd me déplait. pas       le elle ose à peine       p&eacu   tout est toujours en écrirecomme on se folie de josuétout est etudiant à   l’oeuvre vit son li emperere s’est béatrice machet vient de       bruyan       une reprise du site avec la première toute une faune timide veille   le texte suivant a raphaël guetter cette chose madame dans l’ombre des       &agrav f tous les feux se sont antoine simon 10 tous ces charlatans qui   un ce texte m’a été pour jean-louis cantin 1.- dimanche 18 avril 2010 nous comme un préliminaire la tout mon petit univers en tout est possible pour qui il arriva que c’est une sorte de deuxième essai dernier vers aoi madame porte à  dernier salut au se reprendre. creuser son deux nouveauté, madame, on ne la voit jamais la question du récit mon travail est une  les premières l’instant criblé       journ& à la bonne li emperere par sa grant vedo la luna vedo le et si au premier jour il les oiseaux s’ouvrent       la       dans antoine simon 11       pour nous avons affaire à de dernier vers doel i avrat,    7 artistes et 1 ...et poème pour dentelle : il avait passent .x. portes,       dans troisième essai et       le sa langue se cabre devant le quelques textes pour andrée ce qui aide à pénétrer le  si, du nouveau cet article est paru seins isabelle boizard 2005 (en regardant un dessin de       la « h&eacu pour robert station 7 : as-tu vu judas se   pour adèle et bien sûr, il y eut la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Biasiolo

Biasiolo

Dernière publication : 23 août 2015.
Les 3 derniers articles : Ouvertures , Fondement , Mars .
Les 3 articles les plus lus : Bogue , Cérémonies , Mars .

  • RESTES

    Lieu

    Tu sais – tu te trouves quelque part – quelque part à l’intérieur. Là où il ne pleut pas là où rien ne se passe. Tu sais – assise au plus près de toi est-il seulement possible de te toucher. Est-il possible (...)
    Clefs : Biasiolo , poésie

  • RESTES

    Trisse

    Nous sommes au-dehors – comme tu l’as toujours voulu. Moi ici au milieu des rues qui sont tellement semblables – moi en deçà de ton chant qui n’a pas l’air nouveau. Toi – tu es ici aussi bien que là – (...)
    Clefs : poésie , Biasiolo

  • Restes

    Ascèse

    Au milieu de cette cour – tu n’es rien que cela qui toujours se dresse. Qu’importent les minutes car le temps est quelque chose comme ta puissance multipliée. Au milieu de la cour où l’on entendra (...)
    Clefs : poésie , Biasiolo

  • Restes

    Récréations

    Seule au milieu des autres – tu te promènes. Tu vois – les autres ce sont aussi bien les arbres les graviers les autres enfants. Peut-être un peu Dieu aussi. Sait-on jamais. Le sais-tu toi qui (...)
    Clefs : Biasiolo , poésie

  • Restes

    Cérémonies

    Dans toutes les rues tu es à même le sol – toi tellement fixe toi tellement attaché à ce que tu nommes l’origine. À ce que tu nommes ton commencement. Quelle que soit l’heure je sais te retrouver je (...)
    Clefs : poésie , Biasiolo

  • Restes

    Limites

    Au travers de toi je marche – comme au-dedans d’un vide. Y a-t-il un lieu où s’arrêter – y a-t-il un endroit de repos. Toi cette présence éparpillée sur les trottoirs de toute sorte. Ta chair fluide ta (...)
    Clefs : poésie , Biasiolo

  • Restes

    Seules

    Tu ne renonceras pas. Toi l’instant enveloppé – toi la figure aux mille replis plantée là. À ton indifférence – à ta très grande dureté – cela même qui t’entoure cela même qui te borde. Je ne connais de (...)
    Clefs : poésie , Biasiolo

  • Restes

    Bogue

    On n’est jamais plus près de l’herbe qu’au moment des chutes intérieures. Quand les mains hésitent encore à remuer. Toi la figure à genoux toi qui penches tes yeux sur ce qu’on appelle le sol – (...)
    Clefs : poésie , Biasiolo

  • Restes

    Mars

    Il n’était pas prévu que tu reviennes aussitôt. Avec ta figure emportée çà et là – toi qui demeures maintenant au plus près de ton centre au plus près de toi-même. Tout à côté d’une ombre qui te semble la (...)
    Clefs : poésie , Biasiolo

  • Restes

    Fondement

    Au balcon nous attendrons le soir. Toi tu es au bras des rues en attente d’un appel dont tu ignores l’horizon. J’ai moi-même les membres endormis par le tout d’une journée à demeurer debout. Ici la (...)
    Clefs : poésie , Biasiolo


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette