BRIBES EN LIGNE
ils sortent     pluie du       la c’était une  tous ces chardonnerets autre essai d’un    tu sais au lecteur voici le premier karles se dort cum hume       marche iloec endreit remeint li os     à c’est seulement au pour michèle gazier 1) cinquième essai tout lu le choeur des femmes de à propos “la je me souviens de franchement, pensait le chef,       pass&e ne pas négocier ne  dernier salut au voile de nuità la ici, les choses les plus       pourqu le 28 novembre, mise en ligne dernier vers aoi antoine simon 31 j’ai en réserve       dans j’arrivais dans les     "   entrons printemps breton, printemps vous dites : "un dernier vers aoi dernier vers aoi (À l’église       &agrav       ce a supposer quece monde tienne chercher une sorte de   1) cette pourquoi yves klein a-t-il voudrais je vous madame chrysalide fileuse  avec « a la       l̵ antoine simon 3 il ne s’agit pas de un titre : il infuse sa j’ai perdu mon la route de la soie, à pied, j’ai ajouté s’ouvre la la bouche pleine de bulles où l’on revient normal 0 21 false fal mes pensées restent       la siglent a fort e nagent e pour maguy giraud et l’éclair me dure, dans le train premier       le seins isabelle boizard 2005 c’est le grand       sur     depuis quand les eaux et les terres     au couchant pour nicolas lavarenne ma me dans ce pays ma mère tu le sais bien. luc ne nice, le 8 octobre pluies et bruines,  il est des objets sur 13) polynésie   encore une macles et roulis photo 3 avez-vous vu les étourneaux !  au mois de mars, 1166     quand nous dirons donc ce monde est semé j’aime chez pierre       sur le       je je t’ai admiré,     chambre quand vous serez tout morz est rollant, deus en ad moisissures mousses lichens       aujour   je ne comprends plus a ma mère, femme parmi ce pays que je dis est constellations et aucun hasard si se j’oublie souvent et  référencem décembre 2001. douze (se fait terre se "l’art est-il   le texte suivant a temps de cendre de deuil de       object À l’occasion de bien sûr, il y eut intendo... intendo ! je déambule et suis dernier vers doel i avrat, même si pour mon épouse nicole immense est le théâtre et ce 28 février 2002. antoine simon 17 "ah ! mon doux pays, dans le respect du cahier des ils s’étaient il n’était qu’un       la       &ccedi pierre ciel c’est parfois un pays dans le patriote du 16 mars       enfant le corps encaisse comme il la mastication des       la       et tu     son présentation du "et bien, voilà..." dit des voix percent, racontent exacerbé d’air quatrième essai de troisième essai et arbre épanoui au ciel dernier vers aoi   en grec, morías       l̵  mise en ligne du texte ce va et vient entre     double antoine simon 14 dernier vers aoi le 15 mai, à de toutes les il est le jongleur de lui josué avait un rythme antoine simon 30 le glacis de la mort f tous les feux se sont dans le pain brisé son     m2 &nbs normalement, la rubrique jouer sur tous les tableaux le franchissement des aux george(s) (s est la saluer d’abord les plus dernier vers aoi pour maxime godard 1 haute f les feux m’ont et la peur, présente bientôt, aucune amarre nouvelles mises en abstraction voir figuration la vie humble chez les avec marc, nous avons les amants se carissimo ulisse,torna a sept (forces cachées qui       deux un jour, vous m’avez       m̵       gentil tout est prêt en moi pour c’est un peu comme si,     ton il pleut. j’ai vu la   adagio   je       retour       six (josué avait lentement et si tu dois apprendre à  pour le dernier jour ….omme virginia par la pour marcel c’est une sorte de à sylvie réponse de michel pour gilbert pour jean gautheronle cosmos “le pinceau glisse sur hans freibach : quelques autres macles et roulis photo 1     du faucon       la générations       au ...et poème pour halt sunt li pui e mult halt il ne sait rien qui ne va la mort, l’ultime port, dernier vers aoi   la communication est c’est la chair pourtant nous avancions en bas de pour helmut dernier vers aoi "le renard connaît tout à fleur d’eaula danse et ces tous ces charlatans qui les parents, l’ultime chaque automne les dernier vers aoi   mon travail est une zacinto dove giacque il mio certains prétendent  improbable visage pendu ce paysage que tu contemplais la force du corps,       l̵ et si au premier jour il   tout est toujours en    seule au temps de pierres et  riche de mes thème principal : a dix sept ans, je ne savais neuf j’implore en vain l’une des dernières tout le problème       b&acir pour angelo comme ce mur blanc dans ce périlleux       l̵       ( cher bernard pour max charvolen 1) à dernier vers aoi « h&eacu prenez vos casseroles et pur ceste espee ai dulor e vedo la luna vedo le       soleil 1257 cleimet sa culpe, si dernier vers aoi antoine simon 10 dans les hautes herbes traquer bal kanique c’est il aurait voulu être je crie la rue mue douleur poème pour       au sables mes parolesvous 1 la confusion des   iv    vers fontelucco, 6 juillet 2000 monde imaginal, gardien de phare à vie, au "la musique, c’est le je ne peins pas avec quoi, il semble possible d’abord l’échange des madame est une torche. elle la fraîcheur et la la liberté de l’être religion de josué il dans la caverne primordiale et te voici humanité envoi du bulletin de bribes troisième essai  le "musée   l’oeuvre vit son nous lirons deux extraits de (ma gorge est une pour jean-marie simon et sa a la libération, les toutes ces pages de nos       dans c’est pour moi le premier des conserves ! vos estes proz e vostre nos voix       coude   si vous souhaitez 7) porte-fenêtre       un (elle entretenait nécrologie l’attente, le fruit je sais, un monde se ] heureux l’homme  née à que reste-t-il de la   ciel !!!!       banlie l’impossible       bruyan je ne saurais dire avec assez       jardin       fleur ce sauvage et fuyant comme onze sous les cercles   se dans un coin de nice, quai des chargeurs de deuxième essai le je n’ai pas dit que le la musique est le parfum de dans ma gorge fragilité humaine. madame, vous débusquez  ce mois ci : sub pas une année sans évoquer marché ou souk ou c’est vrai       object écrirecomme on se autre citation je reviens sur des les installations souvent, carissimo ulisse,torna a       voyage af : j’entends suite de l’art n’existe la question du récit       les chairs à vif paumes couleur qui ne masque pas encore la couleur, mais cette antoine simon 28       la je dors d’un sommeil de il en est des noms comme du dans le pays dont je vous       maquis onzième   né le 7 1) la plupart de ces montagnesde       midi m1       Être tout entier la flamme pour andrée       pav&ea alocco en patchworck © deuxième apparition de l’évidence   pour théa et ses (josué avait peinture de rimes. le texte je t’enlace gargouille « pouvez-vous       au     longtemps sur     sur la pente i mes doigts se sont ouverts antoine simon 9 dernier vers aoi       longte pour martine la cité de la musique edmond, sa grande rossignolet tu la a propos de quatre oeuvres de les lettres ou les chiffres les routes de ce pays sont au labyrinthe des pleursils  la lancinante   six formes de la nous avons affaire à de  epître aux  l’écriture si tu es étudiant en tout mon petit univers en de l’autre la réserve des bribes       fleure sous l’occupation la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Biga

Biga

Dernière publication : 20 novembre 2009.
Les 3 derniers articles : Le grand bouc blanc , Mais ce chasseur , Je suis un faon .
Les 3 articles les plus lus : Bonheur d’être , La végétation pousse , Le ciel fuit .

info portfolio

Daniel Biga © Michel Durigneux Daniel Biga © Michel Durigneux
  • DANIEL BIGA

    Le haïku...

    les quatre saisons du haïku

    le haïku je le pratique en tout lieu tout temps toute saison comme la promenade quotidienne
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    Seul dans la rue...

    Les quatre saisons du Haïku : printemps

    seul dans la rue je ris la raison à la connaître je suis le seul
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    gentil petit matin...

    Les quatre saisons du Haïku : printemps

    gentil petit matin les poissons sautent sur la Loire
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    les fleurs du fleuve

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    les fleurs du fleuve cueillies à marée basse
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    longtemps sur la rivière

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    longtemps sur la rivière bleue une corneille chasse une mouette puis réciproquement
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    quai des chargeurs

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    quai des chargeurs de l’Ouest la grêle qui dure le temps de l’écrire
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    est-ce encore un fleuve ?

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    est-ce encore un fleuve ? n’est-ce plus qu’un égout ? c’est toujours de l’eau qui coule
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    au Bosphore

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    au Bosphore chez les Turcs du bord de Loire pause kébab
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    un brin de coriandre

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    un brin de coriandre dans ma dent creuse voyage en Orient
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    au couchant devant la Chapelle

    Les quatre saisons du Haïku : printemps

    au couchant devant la Chapelle sept chevaux entrent dans l’Erdre
    Clefs : Biga , poésie


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette