BRIBES EN LIGNE
comment entrer dans une  on peut passer une vie la lecture de sainte giovanni rubino dit polenta       m̵     faisant la dernier vers aoi bal kanique c’est vous êtes pure forme, belle muette, "moi, esclave" a   se la bouche pure souffrance     extraire (vois-tu, sancho, je suis dernier vers aoi la pureté de la survie. nul paroles de chamantu     du faucon je t’ai admiré, quatrième essai de chaises, tables, verres, les enseignants :       et présentation du       dans le coquillage contre suite du blasphème de ce n’est pas aux choses pour egidio fiorin des mots aux barrières des octrois je sais, un monde se       entre       je le nécessaire non on trouvera la video elle ose à peine quai des chargeurs de station 3 encore il parle       la le samedi 26 mars, à 15 il faut laisser venir madame mise en ligne du texte "les deuxième essai la brume. nuages attelage ii est une œuvre       juin l’appel tonitruant du on a cru à de profondes glaouis le proche et le lointain       apparu       dans pour mireille et philippe on préparait clere est la noit e la   la production       alla temps où les coeurs quatre si la mer s’est thème principal :       magnol       embarq rita est trois fois humble. aucun hasard si se l’eau s’infiltre je meurs de soif s’égarer on       une       dans       le antoine simon 31       journ& a la fin il ne resta que même si et si tu dois apprendre à rm, le 2/02/2018 j’ai fait deux nouveauté,  martin miguel vient le grand combat : li emperere par sa grant madame est toute   je n’ai jamais dans les écroulements quant carles oït la 0 false 21 18       la le travail de bernard       sur le 26 août 1887, depuis    nous       voyage je serai toujours attentif à   l’oeuvre vit son f les marques de la mort sur j’ai parlé     longtemps sur       b&acir       je et ces iloec endreit remeint li os jamais je n’aurais madame aux rumeurs antoine simon 14 mais jamais on ne « 8° de   iv    vers 13) polynésie et ma foi,       enfant coupé en deux quand sixième       sabots l’ami michel inoubliables, les    regardant est-ce parce que, petit, on n’ayant pas       l̵ normalement, la rubrique démodocos... Ça a bien un d’un côté trois tentatives desesperees avec marc, nous avons mi viene in mentemi pour michèle gazier 1) pour jacky coville guetteurs nécrologie c’est parfois un pays depuis ce jour, le site    de femme liseuse il avait accepté ço dist li reis :   est-ce que tout le problème ecrire sur in the country       la sur l’erbe verte si est livre grand format en trois pour andrée antoine simon 5 constellations et quel étonnant à sylvie       sur       glouss la liberté de l’être       va du bibelot au babilencore une et que dire de la grâce 1 au retour au moment moisissures mousses lichens  si, du nouveau macles et roulis photo 6 dans l’innocence des     m2 &nbs bien sûrla comme ce mur blanc madame, c’est notre entr’els nen at ne pui et que vous dire des ce qu’un paysage peut deux ajouts ces derniers les étourneaux ! quand c’est le vent qui       la    seule au carissimo ulisse,torna a etudiant à merci au printemps des  il est des objets sur abu zayd me déplait. pas la tentation du survol, à dernier vers aoi   on croit souvent que le but la légende fleurie est un nouvel espace est ouvert macles et roulis photo 4 la mastication des epuisement de la salle,     de rigoles en       pourqu au labyrinthe des pleursils ici, les choses les plus nous serons toujours ces ce paysage que tu contemplais le 19 novembre 2013, à la       st (la numérotation des sixième bien sûr, il y eut 1-nous sommes dehors. et tout avait chercher une sorte de mais non, mais non, tu  hier, 17 onzième raphaël       s̵ derniers j’ai ajouté le ciel est clair au travers si j’étais un       m&eacu       nuage la galerie chave qui 1.- les rêves de ma mémoire ne peut me dix l’espace ouvert au mougins. décembre elle réalise des se placer sous le signe de       vu c’est seulement au pour anne slacik ecrire est j’ai donné, au mois 1254 : naissance de mon cher pétrarque, g. duchêne, écriture le marie-hélène station 1 : judas onze sous les cercles bribes en ligne a pour m.b. quand je me heurte première villa arson, nice, du 17 vous deux, c’est joie et napolì napolì pour philippe il ne reste plus que le nice, le 30 juin 2000 station 4 : judas  ...et poème pour le plus insupportable chez a la femme au  “la signification pour maguy giraud et écoute, josué, faisant dialoguer       ( c’était une le bulletin de "bribes quand les couleurs 1) notre-dame au mur violet       chaque rien n’est       la ce texte se présente intendo... intendo ! c’est extrêmement temps de pierres antoine simon 21 c’est la peur qui fait l’impossible la chaude caresse de deuxième suite       et tu preambule – ut pictura macles et roulis photo 7 les parents, l’ultime pour andré villers 1) dans le respect du cahier des       le     [1]  le lent tricotage du paysage et c’était dans la rencontre d’une j’ai perdu mon le vieux qui pour daniel farioli poussant À perte de vue, la houle des tout mon petit univers en       l̵ la deuxième édition du antoine simon 9 nous savons tous, ici, que  de même que les     vers le soir les installations souvent, fontelucco, 6 juillet 2000 très malheureux... pur ceste espee ai dulor e la vie est ce bruissement un tunnel sans fin et, à qu’est-ce qui est en l’illusion d’une antoine simon 22 dernier vers aoi on dit qu’agathe       la dès l’origine de son paien sunt morz, alquant   un vendredi       au à propos “la dernier vers aoi vue à la villa tamaris a ma mère, femme parmi rossignolet tu la       le au lecteur voici le premier morz est rollant, deus en ad autre citation"voui quando me ne so itu pe       au       pass&e "si elle est       dans  dans toutes les rues pas même       au montagnesde quelque chose       object autre essai d’un     surgi À la loupe, il observa martin miguel il va falloir madame chrysalide fileuse un verre de vin pour tacher j’ai travaillé j’oublie souvent et petites proses sur terre  ce qui importe pour l’éclair me dure,  le "musée autre petite voix mes pensées restent       un       pav&ea       deux ce travail vous est   saint paul trois à cri et à       assis des quatre archanges que tu le saiset je le vois mesdames, messieurs, veuillez de sorte que bientôt "et bien, voilà..." dit   le 10 décembre lorsque martine orsoni       la pie       pour   pour théa et ses passet li jurz, la noit est dernier vers aoi antoine simon 11 "tu sais ce que c’est vi.- les amicales aventures       ce     depuis (dans mon ventre pousse une que reste-t-il de la temps de pierres dans la le pendu (ô fleur de courge... antoine simon 18   (dans le où l’on revient pour robert "ces deux là se autre citation cet article est paru le coeur du "ah ! mon doux pays, 1) la plupart de ces descendre à pigalle, se suite de face aux bronzes de miodrag     un mois sans       la et si au premier jour il pour maxime godard 1 haute       ma À max charvolen et martin madame est une bribes en ligne a       montag       m̵ dans les carnets     au couchant     sur la clers est li jurz et li pour lee et il parlait ainsi dans la douce est la terre aux yeux ils s’étaient    7 artistes et 1 dernier vers aoi j’entends sonner les deuxième rupture : le la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Biga

Biga

Dernière publication : 20 novembre 2009.
Les 3 derniers articles : Le grand bouc blanc , Mais ce chasseur , Je suis un faon .
Les 3 articles les plus lus : Une gamatte , Sur le pré de mai * , M’enfonçant dans un taillis * .

info portfolio

Daniel Biga © Michel Durigneux Daniel Biga © Michel Durigneux
  • DANIEL BIGA

    Le haïku...

    les quatre saisons du haïku

    le haïku je le pratique en tout lieu tout temps toute saison comme la promenade quotidienne
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    Seul dans la rue...

    Les quatre saisons du Haïku : printemps

    seul dans la rue je ris la raison à la connaître je suis le seul
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    gentil petit matin...

    Les quatre saisons du Haïku : printemps

    gentil petit matin les poissons sautent sur la Loire
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    les fleurs du fleuve

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    les fleurs du fleuve cueillies à marée basse
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    longtemps sur la rivière

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    longtemps sur la rivière bleue une corneille chasse une mouette puis réciproquement
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    quai des chargeurs

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    quai des chargeurs de l’Ouest la grêle qui dure le temps de l’écrire
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    est-ce encore un fleuve ?

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    est-ce encore un fleuve ? n’est-ce plus qu’un égout ? c’est toujours de l’eau qui coule
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    au Bosphore

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    au Bosphore chez les Turcs du bord de Loire pause kébab
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    un brin de coriandre

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    un brin de coriandre dans ma dent creuse voyage en Orient
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    au couchant devant la Chapelle

    Les quatre saisons du Haïku : printemps

    au couchant devant la Chapelle sept chevaux entrent dans l’Erdre
    Clefs : Biga , poésie


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette