BRIBES EN LIGNE
deuxième suite les étourneaux ! certains soirs, quand je viallat © le château de madame chrysalide fileuse dernier vers aoi écoute, josué, un temps hors du       sur       ton  la lancinante la bouche pure souffrance       &ccedi l’heure de la       l̵ le franchissement des montagnesde le pendu qu’est-ce qui est en         or pour jean marie       un  la toile couvre les a l’aube des apaches, début de la mise en ligne de  zones gardées de ensevelie de silence, 1- c’est dans antoine simon 15       devant charogne sur le seuilce qui il y a des objets qui ont la bientôt, aucune amarre de proche en proche tous mise en ligne d’un encore une citation“tu       la     tout autour       l̵ ils s’étaient dernier vers aoi     &nbs ils sortent tant pis pour eux. i.- avaler l’art par antoine simon 28 spectacle de josué dit   pour théa et ses « e ! malvais m1       sables mes parolesvous       droite “dans le dessin mais jamais on ne c’est une sorte de avant propos la peinture est l’attente, le fruit à propos des grands samuelchapitre 16, versets 1     chant de je ne peins pas avec quoi, frères et       le dernier vers aoi il n’y a pas de plus     une abeille de c’est seulement au      &    nous i mes doigts se sont ouverts     pluie du station 1 : judas même si       et       le       pour merci à la toile de       le moisissures mousses lichens  improbable visage pendu sur l’erbe verte si est et te voici humanité merle noir  pour       "   la baie des anges       dans il est le jongleur de lui       la polenta       longte souvent je ne sais rien de il ne s’agit pas de "je me tais. pour taire. c’est le grand l’évidence    regardant les plus vieilles     un mois sans moi cocon moi momie fuseau le tissu d’acier cliquetis obscène des la tentation du survol, à       object est-ce parce que, petit, on toutes sortes de papiers, sur     dans la ruela des voiles de longs cheveux       en un quelques textes dernier vers aoi       au l’erbe del camp, ki une il faut dire les de pa(i)smeisuns en est venuz   pour olivier pour jean-louis cantin 1.- derniers la galerie chave qui   3   

les deuxième approche de       quand pour ma   saint paul trois  ce mois ci : sub temps où les coeurs juste un mot pour annoncer ouverture d’une pas de pluie pour venir se placer sous le signe de  pour de le glacis de la mort f toutes mes le scribe ne retient       fourr& chaque automne les       é vertige. une distance chercher une sorte de il arriva que   je ne comprends plus maintenant il connaît le dernier vers aoi deuxième apparition de       &n là, c’est le sable et quand c’est le vent qui au programme des actions lentement, josué dans l’effilé de quand il voit s’ouvrir,       voyage   que signifie       le quel ennui, mortel pour cet univers sans villa arson, nice, du 17 la chaude caresse de toulon, samedi 9 je suis       o   entrons attendre. mot terrible. j’ai travaillé       object       apr&eg entr’els nen at ne pui il faut aller voir       &n pour julius baltazar 1 le pour marcel mult est vassal carles de clers est li jurz et li à la mémoire de marché ou souk ou ...et poème pour À la loupe, il observa la terre a souvent tremblé       enfant  “ce travail qui assise par accroc au bord de antoine simon 2 nous avons affaire à de il souffle sur les collines de prime abord, il du fond des cours et des   1) cette la fonction,       st ici. les oiseaux y ont fait la mort, l’ultime port, il était question non Éléments - la musique est le parfum de autre citation dernier vers aoi pour alain borer le 26 ce 28 février 2002. les enseignants :     rien       apparu au seuil de l’atelier si j’avais de son pourquoi yves klein a-t-il     l’é quatre si la mer s’est (ma gorge est une 10 vers la laisse ccxxxii       j̵ antoine simon 25 tous ces charlatans qui décembre 2001. la question du récit les petites fleurs des dernier vers aoi       ce qui aide à pénétrer le antoine simon 23       m̵ avez-vous vu macles et roulis photo 6 dans les carnets siglent a fort e nagent e c’était une       pass&e       grappe le bulletin de "bribes       parfoi et tout avait dernier vers aoi quand les eaux et les terres le grand combat : de pareïs li seit la deuxième à il pleut. j’ai vu la     au couchant des conserves !       rampan il semble possible ce qui fascine chez       entre je suis celle qui trompe quatrième essai de lorsque martine orsoni vous n’avez a ma mère, femme parmi la communication est clquez sur les lettres ou les chiffres       sur rêve, cauchemar, dernier vers aoi quai des chargeurs de approche d’une le passé n’est ecrire sur l’impossible       au carmelo arden quin est une       l̵ dans les hautes herbes  dernier salut au       sur un trait gris sur la la rencontre d’une       &agrav dans les horizons de boue, de il n’était qu’un 0 false 21 18 « voici elle disposait d’une antoine simon 6 « amis rollant, de si tu es étudiant en     longtemps sur le 26 août 1887, depuis       fourmi (elle entretenait en cet anniversaire, ce qui diaphane est le mot (ou sous la pression des j’écoute vos clers fut li jurz e li  c’était  les éditions de v.- les amicales aventures du       ...mai les plus terribles ajout de fichiers sons dans pour andré villers 1) deux ce travail vous est  référencem a la libération, les       &agrav la fraîcheur et la toute trace fait sens. que  il est des objets sur cinquième essai tout temps où le sang se le ciel est clair au travers le désir de faire avec dans la caverne primordiale ils avaient si longtemps, si     les provisions toujours les lettres : dans le ciel du pour angelo quand les mots     le "ah ! mon doux pays,   je n’ai jamais de profondes glaouis pour jean-marie simon et sa fin première       " pour gilbert peinture de rimes. le texte voudrais je vous mais non, mais non, tu  “... parler une dernier vers aoi l’homme est la langue est intarissable       l̵ la route de la soie, à pied, mon cher pétrarque, se reprendre. creuser son et que dire de la grâce mm oui, ce qui est troublant carcassonne, le 06 pur ceste espee ai dulor e martin miguel art et  les œuvres de dernier vers aoi ce non... non... je vous assure, josué avait un rythme dentelle : il avait       &agrav pour lee dernier vers aoi et si tu dois apprendre à       b&acir pour raphaël 7) porte-fenêtre  dans le livre, le journée de carissimo ulisse,torna a       ( rare moment de bonheur, le 23 février 1988, il "l’art est-il       pav&ea  au mois de mars, 1166 0 false 21 18    7 artistes et 1 edmond, sa grande À max charvolen et     surgi ce monde est semé     de rigoles en raphaËl dire que le livre est une antoine simon 7       en 1254 : naissance de rm : nous sommes en antoine simon 30 À max charvolen et martin ce paysage que tu contemplais "la musique, c’est le       dans le 28 novembre, mise en ligne dix l’espace ouvert au vos estes proz e vostre  je signerai mon douce est la terre aux yeux à cri et à depuis le 20 juillet, bribes madame est la reine des " je suis un écorché vif. tromper le néant       un j’arrivais dans les merci au printemps des huit c’est encore à       fourr& chairs à vif paumes et que vous dire des temps de pierres dans la Être tout entier la flamme comme un préliminaire la la parol

Accueil > Personnalités > Laurent

Laurent


  • Défilé

    Jean Jacques Laurent devait organiser, en 1993, l’exposition d’une série de toiles. Michel Butor les a légendées et m’a demandé d’en réaliser comme des phylactères.
  • I

    Ce pays que je dis est né d’eau d’herbe et de neige, nuage entre désirs et perte ; les terres qui l’entourent sans cesse s’effilochent. l’aigle se bat contre lui-même il étire ses ailes en rêve on (...)
  • II

    C’est parfois un pays de bord de fleuves il porte le monde ou les oripeaux du monde peuplé d’oiseaux aux ports de rois et de poissons inattendus entre son corps et la figure du monde dans (...)
  • III

    Les routes de ce pays sont cerclées d’ombres la chevauchée de nuit aucun mystère vraiment entre harpe et sabot seules palpitent des vies infinies éclatement d’une terre étirée dans des creux (...)
  • IV

    Dans ce pays ma mère l’ombre il se fait une grande fête pleine de chants et de danses lentes tu es partie on croirait parfois que l’air ne laissant à nos abords que ton cénotaphe jalousement (...)
  • V

    D’un bout à l’autre de ce pays ce ne sont que promenades allez allez pauvres nomades tous les retours sont lassants le long des eaux herbe et neige la nuit qui nous poursuit nous coiffe (...)
  • VI

    Dans le pays dont je vous parle on cache ses douleurs la momie d’arlequin se porte bien elle s’enterre dans son enfance ; lui, danse dans le dedans de soi, rien ne transparaît de sa joie (...)
  • VII

    Les avenues de ce pays laissent glisser l’eau et le vent tu pars ton ombre te suit jusqu’à la mer au loin des échos s’affaiblissent il se fait ainsi de grands remous de vagues et d’écume les (...)
  • VIII

    Le ciel de ce pays est tout d’un bloc la nuit s’y effondre donc dans le silence de la tentation du monde sans préalable elle s’échappe sans effet d’annonce et sans bruit l’étalement des (...)
  • IX

    Quand les eaux et les terres de ce pays se réunissent les porteuses d’eau de terre et de pain se dirigent lentement vers la rivière le ciel n’est alors jamais trop loin avec ses airs de femme (...)

0 | 10

info portfolio

Jean-Jacques Laurent, 7 mars 2008, à Vallauris
Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette