BRIBES EN LIGNE
À l’occasion de jamais si entêtanteeurydice genre des motsmauvais genre « 8° de je n’ai pas dit que le Éléments - et que vous dire des et la peur, présente mieux valait découper il y a dans ce pays des voies       &agrav     vers le soir antoine simon 3 ce     rien 1) la plupart de ces quand sur vos visages les là, c’est le sable et tous ces charlatans qui se placer sous le signe de 13) polynésie       dans able comme capable de donner dernier vers aoi       "       la ici. les oiseaux y ont fait bribes en ligne a je t’enlace gargouille pour maguy giraud et al matin, quant primes pert la musique est le parfum de rien n’est plus ardu il faut aller voir madame a des odeurs sauvages madame, vous débusquez la question du récit diaphane est le ….omme virginia par la antoine simon 15 approche d’une le 23 février 1988, il       bonheu       le dans les horizons de boue, de aucun hasard si se les avenues de ce pays “dans le dessin "moi, esclave" a       sur  c’était pour première       dans       et tu       sur onze sous les cercles les plus terribles ce 28 février 2002.  un livre écrit  dans toutes les rues suite de f qu’il vienne, le feu       l̵ portrait. 1255 : la vie humble chez les  dernières mises le passé n’est quando me ne so itu pe l’illusion d’une merle noir  pour aux barrières des octrois à la mémoire de       je me chaque jour est un appel, une bernard dejonghe... depuis « h&eacu dans ce périlleux     m2 &nbs bel équilibre et sa raphaël mm si c’est ça creuser, station 3 encore il parle toutes ces pages de nos charogne sur le seuilce qui       "       le nous serons toujours ces a l’aube des apaches, au labyrinthe des pleursils À perte de vue, la houle des       ma le ciel de ce pays est tout chairs à vif paumes li emperere s’est la mastication des       la  martin miguel vient       force       soleil il aura fallu longtemps - station 4 : judas        mouett deuxième     ton       descen la mort, l’ultime port,       les tandis que dans la grande première rupture : le       la   pour théa et ses  “ne pas   un deux mille ans nous l’art c’est la temps de cendre de deuil de (elle entretenait vous deux, c’est joie et tendresses ô mes envols la littérature de       arauca deuxième suite il souffle sur les collines "mais qui lit encore le l’instant criblé à propos “la et combien elle ose à peine et te voici humanité les premières de mes deux mains lu le choeur des femmes de béatrice machet vient de antoine simon 2       "       longte neuf j’implore en vain pour michèle gazier 1 jusqu’à il y a quatrième essai rares dans le patriote du 16 mars pour raphaël pour michèle aueret       vu       le af : j’entends la brume. nuages il aurait voulu être  il y a le a dix sept ans, je ne savais mille fardeaux, mille madame déchirée les dernières il est le jongleur de lui juste un …presque vingt ans plus       à dernier vers aoi   dits de je rêve aux gorges dans le train premier       la moisissures mousses lichens i.- avaler l’art par les installations souvent,   marcel il pleut. j’ai vu la pour martin bien sûrla comme ce mur blanc       je pas une année sans évoquer ils avaient si longtemps, si pour robert mise en ligne d’un pour daniel farioli poussant  il est des objets sur    si tout au long       la       apparu carissimo ulisse,torna a       dans et que dire de la grâce et  riche de mes madame est la reine des       le six de l’espace urbain,   le 10 décembre quai des chargeurs de f le feu s’est un homme dans la rue se prend  au travers de toi je constellations et pour nicolas lavarenne ma  les éditions de il avait accepté le galop du poème me depuis le 20 juillet, bribes la nuit mult est vassal carles de il n’y a pas de plus introibo ad altare  hier, 17 tout en travaillant sur les les amants se bribes en ligne a je sais, un monde se  monde rassemblé de pareïs li seit la       ...mai un jour nous avons i en voyant la masse aux vedo la luna vedo le "ces deux là se en 1958 ben ouvre à    nous       la station 7 : as-tu vu judas se dernier vers aoi       jardin       & cet échange s’est fait janvier 2002 .traverse       fleure mon travail est une tous feux éteints. des       o il n’est pire enfer que reflets et echosla salle de la ce qui fascine chez giovanni rubino dit allons fouiller ce triangle il en est des noms comme du ce va et vient entre       &n et si tu dois apprendre à nous viendrons nous masser bien sûr, il y eut pour mireille et philippe pour le prochain basilic, (la       je iv.- du livre d’artiste pour lee le vieux qui il était question non dans l’effilé de torna a sorrento ulisse torna ecrire les couleurs du monde dans les écroulements madame, c’est notre (de)lecta lucta         le dernier vers que mort si j’étais un 7) porte-fenêtre tout est possible pour qui toi, mésange à   1) cette   se  référencem nous lirons deux extraits de cliquetis obscène des chaque automne les       dans trois (mon souffle au matin effleurer le ciel du bout des j’ai en réserve g. duchêne, écriture le dernier vers aoi  l’exposition  j’ai parlé     quand       avant       il troisième essai quand c’est le vent qui   tout est toujours en     un mois sans       voyage il y a tant de saints sur cet article est paru dans le une image surgit et derrière  je signerai mon avez-vous vu       les       aux       dans   (à preambule – ut pictura       midi martin miguel art et       sur       soleil la cité de la musique quand les eaux et les terres c’est ici, me autres litanies du saint nom    en quatrième essai de dans ce pays ma mère macles et roulis photo 7 douze (se fait terre se pour andré du fond des cours et des dans le ciel du pour andré villers 1) toulon, samedi 9 de prime abord, il folie de josuétout est       &agrav ma chair n’est (ô fleur de courge... la lecture de sainte macao grise f les feux m’ont vertige. une distance    au balcon       " ki mult est las, il se dort       aujour       dans c’est vrai     les fleurs du       l̵ un trait gris sur la       nuage la deuxième édition du la fraîcheur et la       object la rencontre d’une c’était une       j̵       chaque       le dernier vers aoi       tourne (en regardant un dessin de       devant       ( la danse de le 28 novembre, mise en ligne       p&eacu   la baie des anges       quand       dans et il parlait ainsi dans la "je me tais. pour taire. le corps encaisse comme il la bouche pleine de bulles       l̵ chercher une sorte de laure et pétrarque comme nice, le 30 juin 2000       un       et elle disposait d’une " je suis un écorché vif.  dans le livre, le dorothée vint au monde traquer feuilleton d’un travail a toi le don des cris qui tu le saiset je le vois merci au printemps des qu’est-ce qui est en moi cocon moi momie fuseau autre essai d’un je suis occupé ces       pass&e       les il existe deux saints portant écoute, josué, le lourd travail des meules le proche et le lointain la fraîcheur et la       &n lentement, josué  hors du corps pas dans les hautes herbes de pa(i)smeisuns en est venuz très saintes litanies antoine simon 22 en cet anniversaire, ce qui l’évidence  “comment antoine simon 26 vue à la villa tamaris v.- les amicales aventures du journée de nice, le 18 novembre 2004 la parol

Accueil > Personnalités > Rodriguez

Rodriguez


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette