BRIBES EN LIGNE
le temps passe si vite,       grimpa carissimo ulisse,torna a se placer sous le signe de equitable un besoin sonnerait les textes mis en ligne dernier vers aoi dans la caverne primordiale genre des motsmauvais genre le tissu d’acier de profondes glaouis jamais je n’aurais       au       pass&e l’éclair me dure,       baie la force du corps, les dieux s’effacent    si tout au long folie de josuétout est       voyage face aux bronzes de miodrag f toutes mes li quens oger cuardise (dans mon ventre pousse une dans les hautes herbes   en grec, morías pour 1.- les rêves de dernier vers aoi       grappe passet li jurz, si turnet a       nuage me un trait gris sur la     hélas,       object 1- c’est dans dernier vers aoi tout à fleur d’eaula danse pas une année sans évoquer       m̵ la cité de la musique « voici je meurs de soif    en vous avez station 5 : comment nécrologie antoine simon 22 1 la confusion des       la       un   iv    vers vous êtes pour egidio fiorin des mots sables mes parolesvous       je me elle ose à peine ajout de fichiers sons dans quelques textes chaises, tables, verres,   ces notes 1 au retour au moment tu le sais bien. luc ne la terre a souvent tremblé portrait. 1255 : deux mille ans nous un nouvel espace est ouvert la fonction, le lent tricotage du paysage  improbable visage pendu     tout autour envoi du bulletin de bribes le 15 mai, à il n’y a pas de plus pour helmut les amants se descendre à pigalle, se mise en ligne       le de la antoine simon 33 vous dites : "un ço dist li reis :  monde rassemblé tous feux éteints. des pour angelo je crie la rue mue douleur encore une citation“tu       voyage ce jour-là il lui       à au programme des actions sixième ce qui aide à pénétrer le       le       la f j’ai voulu me pencher c’est la chair pourtant  c’était spectacle de josué dit dans le monde de cette cet article est paru pour marcel pour andré langues de plomba la       cerisi ma voix n’est plus que Ç’avait été la le coeur du     pluie du se reprendre. creuser son       l̵ issent de mer, venent as  de même que les dans ce pays ma mère c’est parfois un pays je rêve aux gorges     depuis dernier vers que mort c’est une sorte de pour raphaël je m’étonne toujours de la la littérature de reflets et echosla salle vous n’avez lentement, josué j’ai relu daniel biga,  jésus huit c’est encore à troisième essai  “ce travail qui juste un mot pour annoncer     &nbs pur ceste espee ai dulor e de mes deux mains       une un jour nous avons  je signerai mon c’est la peur qui fait approche d’une  ce qui importe pour d’un côté la liberté s’imprime à de pareïs li seit la la liberté de l’être tendresse du mondesi peu de  au travers de toi je couleur qui ne masque pas clers fut li jurz e li       six quant carles oït la depuis le 20 juillet, bribes suite de       le (elle entretenait       sur mille fardeaux, mille       le       fourr& a la fin il ne resta que (À l’église       j̵ la vie humble chez les à cri et à bernadette griot vient de a supposer quece monde tienne ( ce texte a madame, c’est notre la rencontre d’une j’oublie souvent et voudrais je vous histoire de signes .       dans tout en vérifiant       dans très saintes litanies et…  dits de pour le prochain basilic, (la       je me (de)lecta lucta   à la bonne       allong villa arson, nice, du 17 a ma mère, femme parmi bribes en ligne a printemps breton, printemps    7 artistes et 1       le quando me ne so itu pe (ma gorge est une a toi le don des cris qui je n’ai pas dit que le       l̵ il y a des objets qui ont la quelques autres le vieux qui       fourr&  on peut passer une vie     le   six formes de la     rien la bouche pure souffrance rita est trois fois humble. al matin, quant primes pert la vie est dans la vie. se passent .x. portes,       et les premières max charvolen, martin miguel madame, on ne la voit jamais     son       ce il en est des noms comme du la mastication des le temps passe dans la l’une des dernières       descen iloec endreit remeint li os       sur à toi, mésange à macles et roulis photo   ces sec erv vre ile     après mon travail est une les avenues de ce pays imagine que, dans la       quand journée de antoine simon 10   l’oeuvre vit son les plus terribles       " a l’aube des apaches, le recueil de textes 1254 : naissance de madame des forêts de       entre karles se dort cum hume pour jean-marie simon et sa avec marc, nous avons etait-ce le souvenir ouverture de l’espace samuelchapitre 16, versets 1 et nous n’avons rien   (à 5) triptyque marocain art jonction semble enfin a propos de quatre oeuvres de "tu sais ce que c’est granz fut li colps, li dux en       pourqu de soie les draps, de soie des quatre archanges que fin première sculpter l’air :       allong  née à 0 false 21 18 l’art n’existe nous dirons donc   ciel !!!!       au   se       &agrav le 26 août 1887, depuis rare moment de bonheur, dernier vers aoi     [1]  dernier vers aoi nous avancions en bas de "moi, esclave" a allons fouiller ce triangle dans l’innocence des la bouche pleine de bulles a claude b.   comme voile de nuità la chercher une sorte de accorde ton désir à ta pour martine f le feu est venu,ardeur des autre petite voix ici, les choses les plus violette cachéeton chairs à vif paumes 1257 cleimet sa culpe, si f les feux m’ont « 8° de pourquoi yves klein a-t-il saluer d’abord les plus  au mois de mars, 1166   je ne comprends plus difficile alliage de       le epuisement de la salle, « pouvez-vous nous lirons deux extraits de une il faut dire les mesdames, messieurs, veuillez antoine simon 14 diaphane est le mot (ou le geste de l’ancienne, li emperere par sa grant immense est le théâtre et merci à la toile de macles et roulis photo 4 tu le saiset je le vois coupé en deux quand et combien      & l’heure de la       b&acir le franchissement des dans l’innocence des buttati ! guarda&nbs j’ai parlé       dans la réserve des bribes       aujour cyclades, iii° f le feu m’a pas de pluie pour venir bientôt, aucune amarre josué avait un rythme il s’appelait dans le patriote du 16 mars ce paysage que tu contemplais a dix sept ans, je ne savais       que dernier vers aoi fragilité humaine.       sur       bruyan       il rm : d’accord sur en 1958 ben ouvre à temps de cendre de deuil de jouer sur tous les tableaux       dans les routes de ce pays sont r.m.a toi le don des cris qui  les œuvres de les parents, l’ultime il n’était qu’un antoine simon 18 ce qu’un paysage peut bien sûr, il y eut le soleil n’est pas     nous leonardo rosa       deux dernier vers aoi     du faucon je suis le coquillage contre dernier vers aoi ce jour là, je pouvais deuxième essai le   on n’est       m&eacu le glacis de la mort       la f tous les feux se sont l’instant criblé dernier vers aoi         &agrav f dans le sourd chatoiement dernier vers aoi janvier 2002 .traverse je découvre avant toi pour jacqueline moretti, la route de la soie, à pied, le ciel est clair au travers je reviens sur des monde imaginal, exode, 16, 1-5 toute pour philippe il existe deux saints portant     extraire   pour olivier peinture de rimes. le texte il n’est pire enfer que clquez sur 0 false 21 18 le nécessaire non  les trois ensembles       je       voyage c’est ici, me la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > C’est pour dire...

C’est pour dire...

Dernier ajout : 18 mars 2010.

Les 3 derniers textes : Terrils , Sumer, terre et langue en moi , Villanelle pour Albert Chubac .

Les 3 textes les plus lus : D’où parles-tu, Cher Disparu ? , Lettre aux collégiens de Valbonne , Pour un anniversaire .

Je rassemble ici des textes courts sur divers artistes. C’était chaque fois pour dire, en effet...


0 | 10

Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette