BRIBES EN LIGNE
  le 10 décembre         &n       les       la       baie 1 au retour au moment ce texte m’a été en ceste tere ad estet ja huit c’est encore à       apparu sors de mon territoire. fais le proche et le lointain immense est le théâtre et dans le pain brisé son la terre nous les dernières je dors d’un sommeil de voici des œuvres qui, le et tout avait       fourmi c’est vrai souvent je ne sais rien de 1- c’est dans les plus vieilles vous avez réponse de michel   marcel antoine simon 9   jn 2,1-12 :   l’oeuvre vit son dans ce périlleux d’abord l’échange des       un quant carles oït la la langue est intarissable       il   dits de rm : nous sommes en       entre "le renard connaît jamais je n’aurais sixième quelque chose dans l’effilé de station 3 encore il parle je découvre avant toi       j̵ villa arson, nice, du 17 il ne reste plus que le pour egidio fiorin des mots comme c’est marché ou souk ou sous la pression des  au mois de mars, 1166 (elle entretenait n’ayant pas quando me ne so itu pe c’est un peu comme si, le nécessaire non tout est prêt en moi pour ...et poème pour les étourneaux ! troisième essai bernard dejonghe... depuis des voiles de longs cheveux la gaucherie à vivre,  jésus     chant de ce va et vient entre       dans eurydice toujours nue à seul dans la rue je ris la       six       object   saint paul trois temps de cendre de deuil de dernier vers aoi la force du corps, ensevelie de silence, madame est une torche. elle c’est ici, me madame chrysalide fileuse il semble possible       entre essai de nécrologie, iv.- du livre d’artiste un tunnel sans fin et, à titrer "claude viallat, les grands    7 artistes et 1 on dit qu’agathe  les éditions de à sylvie ma chair n’est pierre ciel toutes sortes de papiers, sur là, c’est le sable et il s’appelait il y a dans ce pays des voies  tu ne renonceras pas. "mais qui lit encore le j’ai perdu mon diaphane est le depuis le 20 juillet, bribes       m̵ neuf j’implore en vain granz est li calz, si se du bibelot au babilencore une rêve, cauchemar, intendo... intendo ! vous n’avez envoi du bulletin de bribes g. duchêne, écriture le dans ce pays ma mère au lecteur voici le premier j’oublie souvent et soudain un blanc fauche le samuelchapitre 16, versets 1       su autres litanies du saint nom antoine simon 31   tout est toujours en pour michèle gazier 1 quand c’est le vent qui napolì napolì dernier vers s’il mesdames, messieurs, veuillez ce qu’un paysage peut       une 1-nous sommes dehors. générations merle noir  pour alocco en patchworck ©       voyage dernier vers aoi       cerisi   encore une       apr&eg comme une suite de autre citation"voui antoine simon 26 1. il se trouve que je suis faisant dialoguer  dernier salut au merci à la toile de la lecture de sainte mult ben i fierent franceis e tandis que dans la grande pour andré villers 1)     tout autour franchement, pensait le chef, dorothée vint au monde 0 false 21 18   je n’ai jamais et que vous dire des sa langue se cabre devant le   dernier vers aoi       je me tous feux éteints. des À l’occasion de pour max charvolen 1)   né le 7 j’entends sonner les  née à si elle est belle ? je dans l’innocence des dans le monde de cette jusqu’à il y a   iv    vers À max charvolen et   la production « pouvez-vous       embarq antoine simon 24 pourquoi yves klein a-t-il dans un coin de nice, lentement, josué je meurs de soif tout en vérifiant       que j’ai travaillé monde imaginal,             la mais non, mais non, tu       neige c’est la distance entre     au couchant       le « amis rollant, de langues de plomba la vos estes proz e vostre       qui temps de pierres abu zayd me déplait. pas je reviens sur des on cheval reflets et echosla salle le vieux qui vous êtes art jonction semble enfin le galop du poème me suite du blasphème de f j’ai voulu me pencher laure et pétrarque comme       banlie ici. les oiseaux y ont fait nous avancions en bas de       &agrav le 15 mai, à dernier vers aoi et te voici humanité quai des chargeurs de       je me bel équilibre et sa il arriva que ne pas négocier ne 1.- les rêves de écrirecomme on se       descen s’ouvre la la tentation du survol, à i en voyant la masse aux même si un verre de vin pour tacher derniers vers sun destre       au nice, le 30 juin 2000 autre petite voix archipel shopping, la       l̵ cinquième essai tout     son nu(e), comme son nom moi cocon moi momie fuseau polenta c’est le grand         or nos voix l’appel tonitruant du la question du récit       longte et…  dits de pour qui veut se faire une attention beau       au pure forme, belle muette,       vu       sur le seins isabelle boizard 2005 ( ce texte a l’homme est     ton       dans À max charvolen et martin c’est une sorte de       l̵ macao grise six de l’espace urbain, ce qui importe pour la légende fleurie est pour helmut tendresses ô mes envols       p&eacu       retour je ne peins pas avec quoi, 1) notre-dame au mur violet     oued coulant       la les lettres ou les chiffres grant est la plaigne e large c’est pour moi le premier ici, les choses les plus (josué avait lentement tu le saiset je le vois   est-ce que  dans toutes les rues la terre a souvent tremblé dernier vers que mort ce qui fait tableau : ce fontelucco, 6 juillet 2000 la vie humble chez les après la lecture de  les premières a supposer quece monde tienne       sur le       devant       au       pass&e le scribe ne retient leonardo rosa encore la couleur, mais cette     longtemps sur je n’ai pas dit que le mais jamais on ne tendresse du mondesi peu de cinq madame aux yeux les amants se passet li jurz, la noit est       "    courant en introduction à elle disposait d’une qu’est-ce qui est en     m2 &nbs toutefois je m’estimais temps où le sang se       je   (dans le       les dernier vers aoi cet univers sans poème pour petit matin frais. je te gardien de phare à vie, au trois tentatives desesperees       à raphaël pour marcel       le antoine simon 18 je suis occupé ces       une onzième karles se dort cum hume       st "l’art est-il la fonction,       crabe- écoute, josué, ils s’étaient les avenues de ce pays pur ceste espee ai dulor e  il est des objets sur clers fut li jurz e li avant propos la peinture est carles respunt : la brume. nuages mise en ligne d’un       le la chaude caresse de références : xavier au seuil de l’atelier il est le jongleur de lui premier essai c’est le pendu       tourne       neige s’égarer on    il       s̵ ouverture d’une pour raphaël       allong dernier vers aoi un titre : il infuse sa      &  c’était dans le patriote du 16 mars se reprendre. creuser son       les    regardant f les marques de la mort sur       aux pour jean-louis cantin 1.-       soleil tant pis pour eux. "ces deux là se dernier vers aoi  epître aux    si tout au long       le       mouett accorde ton désir à ta     sur la pente les routes de ce pays sont guetter cette chose       force reprise du site avec la       & etait-ce le souvenir       dans tout est possible pour qui dernier vers aoi de profondes glaouis antoine simon 12 tous ces charlatans qui       sur   j’ai souvent le 19 novembre 2013, à la j’ai longtemps la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > Avec Henri Maccheroni

Avec Henri Maccheroni

Dernier ajout : 8 janvier 2009.


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette