BRIBES EN LIGNE
je sais, un monde se frères et  c’était temps de pierres mouans sartoux. traverse de si grant dol ai que ne madame, vous débusquez    si tout au long sables mes parolesvous temps de pierres dans la un jour nous avons pour michèle ainsi va le travail de qui pour jean gautheronle cosmos antoine simon 5       retour tous ces charlatans qui dans un coin de nice, légendes de michel       " f j’ai voulu me pencher la liberté s’imprime à la vie humble chez les       neige f les marques de la mort sur il avait accepté j’ai ajouté     à       vu je suis celle qui trompe accorde ton désir à ta 1 la confusion des j’ai changé le buttati ! guarda&nbs   si vous souhaitez face aux bronzes de miodrag elle ose à peine derniers vers sun destre       journ& i en voyant la masse aux qu’est-ce qui est en exacerbé d’air c’était une sixième ce va et vient entre mon cher pétrarque, la musique est le parfum de nous dirons donc la cité de la musique   on n’est ce qui fait tableau : ce la terre a souvent tremblé à cri et à station 1 : judas À peine jetés dans le       au toute trace fait sens. que les dernières 0 false 21 18       qui j’ai travaillé       b&acir heureuse ruine, pensait comme une suite de un titre : il infuse sa       parfoi seul dans la rue je ris la       le bruno mendonça deuxième apparition       m̵ ki mult est las, il se dort a dix sept ans, je ne savais (elle entretenait       sous j’ai relu daniel biga,  de même que les le pendu libre de lever la tête aux barrières des octrois pour marcel       fourr&  les trois ensembles   le 10 décembre      & dernier vers aoi "si elle est il semble possible ce pays que je dis est     au couchant apaches : nous lirons deux extraits de   ces sec erv vre ile         or       force la bouche pure souffrance napolì napolì il n’y a pas de plus       juin  “ne pas immense est le théâtre et Éléments - trois tentatives desesperees il y a des objets qui ont la quai des chargeurs de mon travail est une     un mois sans macles et roulis photo 1 mais non, mais non, tu il ne s’agit pas de on dit qu’agathe  les premières marché ou souk ou morz est rollant, deus en ad il n’est pire enfer que je déambule et suis        ce mois ci : sub titrer "claude viallat,       & pluies et bruines,    courant vous avez       sur     longtemps sur   pour adèle et a ma mère, femme parmi une errance de       ( la pureté de la survie. nul a propos de quatre oeuvres de       deux ce texte se présente après la lecture de bernadette griot vient de ce texte m’a été à pour pierre theunissen la À max charvolen et martin (ma gorge est une    de femme liseuse zacinto dove giacque il mio les amants se tous feux éteints. des fin première n’ayant pas cyclades, iii° mieux valait découper je ne saurais dire avec assez antoine simon 2 comme ce mur blanc pour jacqueline moretti, moi cocon moi momie fuseau soudain un blanc fauche le avant dernier vers aoi Être tout entier la flamme et  riche de mes "mais qui lit encore le à sylvie       sur vous deux, c’est joie et dernier vers aoi normalement, la rubrique de pa(i)smeisuns en est venuz dernier vers aoi mes pensées restent     les fleurs du coupé le sonà une il faut dire les o tendresses ô mes attendre. mot terrible. ne pas négocier ne grande lune pourpre dont les paien sunt morz, alquant etudiant à dans le train premier dans ma gorge   voici donc la si j’étais un       la “le pinceau glisse sur la légende fleurie est  la toile couvre les de toutes les     sur la pente       la un besoin de couper comme de pour m.b. quand je me heurte j’entends sonner les       dans imagine que, dans la pour maxime godard 1 haute   dits de       dans pur ceste espee ai dulor e travail de tissage, dans tu le sais bien. luc ne station 4 : judas  la lecture de sainte       six introibo ad altare     ton la fraîcheur et la laure et pétrarque comme dernier vers aoi lorsqu’on connaît une la force du corps, antoine simon 25 antoine simon 29 le lourd travail des meules un soir à paris au au lecteur voici le premier il existe au moins deux un trait gris sur la et encore  dits violette cachéeton ainsi alfred… au seuil de l’atelier   pour théa et ses  ce qui importe pour       sur le très saintes litanies  au mois de mars, 1166 d’abord l’échange des dans ce pays ma mère tendresse du mondesi peu de mult ben i fierent franceis e dans la caverne primordiale l’heure de la       ma dans le respect du cahier des nous viendrons nous masser douze (se fait terre se   (dans le       alla deuxième apparition de petites proses sur terre et que vous dire des       au  pour jean le un nouvel espace est ouvert af : j’entends tes chaussures au bas de générations       pass&e  dernières mises villa arson, nice, du 17 histoire de signes . le 26 août 1887, depuis       je l’illusion d’une       soleil pour lee du bibelot au babilencore une traquer       apr&eg     m2 &nbs se reprendre. creuser son antoine simon 32       nuage       &n sixième epuisement de la salle,       au   1) cette pas sur coussin d’air mais quand il voit s’ouvrir, f le feu est venu,ardeur des     le       bien   je ne comprends plus deuxième approche de dernier vers aoi dans le pays dont je vous le 28 novembre, mise en ligne c’est ici, me       les pour madame est une torche. elle dernier vers aoi madame des forêts de c’est vrai encore la couleur, mais cette gardien de phare à vie, au je reviens sur des cet article est paru toutes ces pages de nos       la montagnesde antoine simon 14 assise par accroc au bord de  hors du corps pas À la loupe, il observa madame, c’est notre l’ami michel le samedi 26 mars, à 15 passet li jurz, la noit est antoine simon 31       que       sur juste un dans l’effilé de hans freibach : deux ajouts ces derniers       le     [1]  halt sunt li pui e mult halt l’une des dernières sequence 6   le et tout avait la galerie chave qui iv.- du livre d’artiste la brume. nuages inoubliables, les au programme des actions thème principal : jouer sur tous les tableaux       dans  marcel migozzi vient de cher bernard autre citation       apparu       l̵       su quand les eaux et les terres langues de plomba la le galop du poème me   six formes de la dimanche 18 avril 2010 nous antoine simon 15 lancinant ô lancinant  on peut passer une vie c’est la distance entre       midi       dans a l’aube des apaches, je t’ai admiré, diaphane est le ne faut-il pas vivre comme etait-ce le souvenir avant propos la peinture est le numéro exceptionnel de pour mireille et philippe     nous madame chrysalide fileuse constellations et toutes sortes de papiers, sur je t’enlace gargouille   nous sommes carles respunt :       vu il faut laisser venir madame       voyage les dessins de martine orsoni ainsi fut pétrarque dans tu le saiset je le vois vedo la luna vedo le       une quel étonnant antoine simon 16 pour michèle aueret dessiner les choses banales       &n beaucoup de merveilles je crie la rue mue douleur rêves de josué, la littérature de j’aime chez pierre le nécessaire non écrirecomme on se       les comme un préliminaire la vertige. une distance  martin miguel vient       cerisi jusqu’à il y a a supposer quece monde tienne printemps breton, printemps la fraîcheur et la   au milieu de   ces notes grant est la plaigne e large et…  dits de un temps hors du s’ouvre la onzième un jour, vous m’avez 1257 cleimet sa culpe, si la fonction, passent .x. portes, la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > Avec Monique Thibaudin et Gilbert Trem

Avec Monique Thibaudin et Gilbert Trem

Dernier ajout : 20 juillet 2008.

Les 3 derniers textes : Les banalités de nos conversations .

Les 3 textes les plus lus : Les banalités de nos conversations .


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette