BRIBES EN LIGNE
      sur       ( vous êtes la musique est le parfum de tout mon petit univers en       je me de sorte que bientôt   (dans le approche d’une       sur  pour jean le d’un bout à coupé en deux quand et voici maintenant quelques ce texte se présente ajout de fichiers sons dans "ces deux là se dernier vers aoi     au couchant imagine que, dans la peinture de rimes. le texte la bouche pure souffrance madame est une elle réalise des douze (se fait terre se toi, mésange à clers est li jurz et li tout en vérifiant « pouvez-vous quando me ne so itu pe (la numérotation des       reine       longte       grappe toute une faune timide veille a dix sept ans, je ne savais tu le saiset je le vois       retour cinquième essai tout arbre épanoui au ciel sculpter l’air : une autre approche de ce pays que je dis est leonardo rosa petit matin frais. je te journée de sors de mon territoire. fais assise par accroc au bord de       la les lettres ou les chiffres  les œuvres de issent de mer, venent as       deux l’éclair me dure, à propos “la  la lancinante montagnesde quant carles oït la au matin du exode, 16, 1-5 toute ce jour là, je pouvais   voici donc la vous avez si j’étais un outre la poursuite de la mise l’instant criblé halt sunt li pui e mult halt glaciation entre pour helmut       pass&e dans le train premier l’ami michel   1) cette je m’étonne toujours de la pur ceste espee ai dulor e     chambre       le l’homme est       les avenues de ce pays       vaches le "patriote",   entrons tendresse du mondesi peu de granz fut li colps, li dux en max charvolen, martin miguel       fleure ses mains aussi étaient       dans       quinze les dernières la réserve des bribes       d&eacu macles et roulis photo quand c’est le vent qui les amants se i en voyant la masse aux       j̵ je désire un j’écoute vos "ah ! mon doux pays,     tout autour station 1 : judas le 26 août 1887, depuis       neige quatrième essai de encore une citation“tu al matin, quant primes pert       au napolì napolì mille fardeaux, mille dans les rêves de la       au       "       la pour jacky coville guetteurs tout à fleur d’eaula danse toutes sortes de papiers, sur l’évidence     vers le soir (vois-tu, sancho, je suis pour michèle aueret un jour nous avons pour anne slacik ecrire est première carles respunt : ce qui fascine chez le coquillage contre       sabots (dans mon ventre pousse une …presque vingt ans plus au commencement était 1) la plupart de ces pas sur coussin d’air mais le grand combat : le recueil de textes de prime abord, il nous avancions en bas de à la mémoire de     les fleurs du granz est li calz, si se     quand dernier vers aoi    si tout au long ouverture de l’espace franchement, pensait le chef, pour martine, coline et laure  “... parler une poussées par les vagues antoine simon 26 préparation des  “s’ouvre livre grand format en trois recleimet deu mult les routes de ce pays sont mon travail est une effleurer le ciel du bout des   la route de la soie, à pied, le 23 février 1988, il l’une des dernières madame dans l’ombre des violette cachéeton face aux bronzes de miodrag   j’ai souvent régine robin, toulon, samedi 9   se       sur j’oublie souvent et de toutes les  c’était iv.- du livre d’artiste     un mois sans on croit souvent que le but s’ouvre la       fourmi    seule au     à d’ eurydice ou bien de pour philippe mesdames, messieurs, veuillez l’heure de la " je suis un écorché vif. antoine simon 19 1254 : naissance de sur la toile de renoir, les       "  dernier salut au dernier vers aoi il ne sait rien qui ne va       &ccedi dessiner les choses banales nouvelles mises en le texte qui suit est, bien "moi, esclave" a dernier vers aoi tant pis pour eux.       pour l’attente, le fruit branches lianes ronces madame est une torche. elle il y a dans ce pays des voies antoine simon 18 rm : d’accord sur janvier 2002 .traverse cinquième citationne dernier vers aoi pour maxime godard 1 haute   je ne comprends plus les oiseaux s’ouvrent charogne sur le seuilce qui est-ce parce que, petit, on six de l’espace urbain, mi viene in mentemi   3   

les les dieux s’effacent dans le monde de cette art jonction semble enfin dernier vers aoi       fourr& j’ai parlé normal 0 21 false fal       grimpa là, c’est le sable et et il parlait ainsi dans la       le j’entends sonner les lorsque martine orsoni difficile alliage de       six       object dernier vers aoi       bruyan  il y a le pour andrée     surgi       le quatrième essai de   l’oeuvre vit son       la des voiles de longs cheveux le temps passe dans la inoubliables, les ici, les choses les plus vedo la luna vedo le de tantes herbes el pre li quens oger cuardise l’erbe del camp, ki je rêve aux gorges on a cru à sauvage et fuyant comme la tentation du survol, à     le cygne sur       object titrer "claude viallat, comme c’est chercher une sorte de au lecteur voici le premier il existe deux saints portant ce qui importe pour    courant carissimo ulisse,torna a       au à cri et à dernier vers aoi   (josué avait je reviens sur des soudain un blanc fauche le abstraction voir figuration entr’els nen at ne pui   si vous souhaitez c’est une sorte de j’ai longtemps       la       reine  née à envoi du bulletin de bribes     cet arbre que je t’enlace gargouille af : j’entends li emperere par sa grant dernier vers aoi v.- les amicales aventures du       le a la fin il ne resta que g. duchêne, écriture le a toi le don des cris qui dans le pays dont je vous   maille 1 :que la mastication des         or printemps breton, printemps buttati ! guarda&nbs « h&eacu à langues de plomba la ce jour-là il lui 0 false 21 18 ( ce texte a dernier vers aoi il ne s’agit pas de ce poème est tiré du un homme dans la rue se prend     chant de       &eacut raphaËl voile de nuità la     rien       s̵ allons fouiller ce triangle preambule – ut pictura  les éditions de antoine simon 12 que reste-t-il de la  l’exposition        à il arriva que       le en introduction à antoine simon 5 autre petite voix je ne saurais dire avec assez chaque jour est un appel, une antoine simon 33       au       dans       sur quand les eaux et les terres de proche en proche tous       coude       la dernier vers aoi rimbaud a donc f le feu s’est un besoin de couper comme de       magnol je suis bien dans a l’aube des apaches, le 19 novembre 2013, à la  avec « a la     nous pour yves et pierre poher et les installations souvent,       st la cité de la musique essai de nécrologie,       m&eacu carcassonne, le 06       " madame est toute nous serons toujours ces       un  “ne pas antoine simon 3 ainsi va le travail de qui f les rêves de tout le problème sous l’occupation en ceste tere ad estet ja dans les carnets fragilité humaine. la vie est dans la vie. se pour mes enfants laure et et nous n’avons rien attendre. mot terrible. a la libération, les ma voix n’est plus que antoine simon 9     extraire       qui ma mémoire ne peut me quand les mots dans un coin de nice, onze sous les cercles dans ce pays ma mère de soie les draps, de soie la mort, l’ultime port, ce   marcel pour marcel pour gilbert le glacis de la mort ce n’est pas aux choses dans le pain brisé son       voyage dire que le livre est une immense est le théâtre et dans les carnets non... non... je vous assure,       la deuxième apparition antoine simon 31 karles se dort cum hume la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Textes collectifs

Textes collectifs

Dernier ajout : 12 février 2009.

Les 3 derniers textes : L’éternité par petits bouts , Giotto, décidément... , Un art du retrait .

Les 3 textes les plus lus : Un art du retrait , Giotto, décidément... , L’éternité par petits bouts .


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette