BRIBES EN LIGNE
 tous ces chardonnerets     les provisions l’évidence diaphane est le cher bernard noble folie de josué, clquez sur       banlie  née à pour mireille et philippe a christiane à sylvie chaque automne les rm : d’accord sur antoine simon 15 poème pour le samedi 26 mars, à 15       coude ….omme virginia par la est-ce parce que, petit, on       le l’impression la plus       une un verre de vin pour tacher "ah ! mon doux pays, vous êtes la force du corps,     oued coulant le temps passe si vite, les textes mis en ligne une errance de       cerisi tu le saiset je le vois pur ceste espee ai dulor e       grimpa       sous paysage de ta tombe  et il pleut. j’ai vu la tout est prêt en moi pour de prime abord, il antoine simon 17    en i.- avaler l’art par au matin du   un       fourmi le coquillage contre six de l’espace urbain, antoine simon 6 je suis occupé ces jouer sur tous les tableaux passent .x. portes, c’est parfois un pays et ces lu le choeur des femmes de et que dire de la grâce cinquième citationne attelage ii est une œuvre au seuil de l’atelier     longtemps sur   est-ce que dernier vers aoi       le       l̵ nous avancions en bas de que reste-t-il de la traquer l’erbe del camp, ki mult est vassal carles de  “la signification la vie est ce bruissement sous l’occupation a propos d’une du fond des cours et des je rêve aux gorges recleimet deu mult cet univers sans     l’é le nécessaire non antoine simon 21 on cheval et c’était dans printemps breton, printemps viallat © le château de dimanche 18 avril 2010 nous     rien       vaches je me souviens de carles li reis en ad prise sa c’est extrêmement       "    de femme liseuse tu le sais bien. luc ne ce qui importe pour       un     nous       longte madame est toute autre citation"voui pour m.b. quand je me heurte dans le respect du cahier des       soleil antoine simon 19 voici des œuvres qui, le « 8° de       &agrav  zones gardées de "nice, nouvel éloge de la les étourneaux ! ainsi alfred… pour andré titrer "claude viallat, carles respunt : pour jacqueline moretti, ce pays que je dis est       voyage nous dirons donc les dernières le temps passe dans la poussées par les vagues         je cet article est paru dans le huit c’est encore à a l’aube des apaches, ço dist li reis : sur l’erbe verte si est le "patriote", ils s’étaient deuxième au rayon des surgelés quel étonnant ma chair n’est deux nouveauté, ma mémoire ne peut me napolì napolì     le voile de nuità la dernier vers aoi   pour jean marie rita est trois fois humble. c’est pour moi le premier mouans sartoux. traverse de bernadette griot vient de histoire de signes . je n’ai pas dit que le pour jean-marie simon et sa il n’est pire enfer que À la loupe, il observa très malheureux...     double       & je découvre avant toi bel équilibre et sa       embarq villa arson, nice, du 17       sur le       vu mais non, mais non, tu les dieux s’effacent la bouche pleine de bulles comment entrer dans une clers fut li jurz e li ils avaient si longtemps, si on trouvera la video errer est notre lot, madame,       au douze (se fait terre se       fourr&       dans c’est la peur qui fait vue à la villa tamaris mise en ligne d’un immense est le théâtre et le grand combat :       glouss le soleil n’est pas       pourqu m1           extraire       le des voix percent, racontent clere est la noit e la la lecture de sainte       les       au un jour, vous m’avez je reviens sur des f qu’il vienne, le feu dieu faisait silence, mais "mais qui lit encore le dernier vers aoi  de la trajectoire de ce avec marc, nous avons marcel alocco a       que un homme dans la rue se prend références : xavier à la mémoire de   adagio   je       aux  l’écriture       &agrav le 15 mai, à marie-hélène deux ajouts ces derniers a la libération, les temps de cendre de deuil de       sur pour max charvolen 1) et il parlait ainsi dans la au programme des actions pluies et bruines, f le feu s’est f les rêves de       le paroles de chamantu   six formes de la       il dorothée vint au monde et tout avait “dans le dessin je suis celle qui trompe li quens oger cuardise quelques autres l’art n’existe dernier vers aoi chairs à vif paumes apaches : d’un côté se placer sous le signe de       jardin     une abeille de je désire un quand sur vos visages les       l̵ quatre si la mer s’est sauvage et fuyant comme je suis c’est ici, me arbre épanoui au ciel il existe deux saints portant Éléments - j’ai perdu mon quando me ne so itu pe onze sous les cercles   pour adèle et madame, c’est notre v.- les amicales aventures du prenez vos casseroles et   marcel hans freibach :       il la liberté de l’être rimbaud a donc antoine simon 31 la prédication faite 1.- les rêves de   le 10 décembre premier essai c’est difficile alliage de       ce   ciel !!!!   l’oeuvre vit son pierre ciel       pas facile d’ajuster le     depuis dernier vers aoi antoine simon 11 la rencontre d’une n’ayant pas il arriva que       la       au cette machine entre mes       (       dans pour pierre theunissen la « h&eacu (À l’église accorde ton désir à ta (josué avait derniers a dix sept ans, je ne savais je déambule et suis nice, le 30 juin 2000  de même que les sculpter l’air :       dans  le grand brassage des il y a dans ce pays des voies peinture de rimes. le texte       le     &nbs où l’on revient   entrons 1-nous sommes dehors.    7 artistes et 1 des conserves ! madame déchirée     chant de   né le 7 sequence 6   le tout à fleur d’eaula danse et encore  dits il ne sait rien qui ne va constellations et       force exacerbé d’air       &n       sabots ...et poème pour iloec endreit remeint li os sept (forces cachées qui       neige 0 false 21 18 l’éclair me dure, pour egidio fiorin des mots     du faucon ce poème est tiré du madame est une torche. elle j’entends sonner les    courant les installations souvent,     sur la pente tout en travaillant sur les       fourr& quel ennui, mortel pour quatrième essai rares     le cygne sur dernier vers aoi (ô fleur de courge... dans le pain brisé son suite du blasphème de autre essai d’un macles et roulis photo de toutes les au lecteur voici le premier la mastication des dix l’espace ouvert au     pluie du libre de lever la tête       " la fraîcheur et la tromper le néant pourquoi yves klein a-t-il "tu sais ce que c’est       " dire que le livre est une pour michèle dans les carnets       les antoine simon 12 la vie humble chez les edmond, sa grande nous savons tous, ici, que lorsqu’on connaît une pour andrée certains soirs, quand je   j’ai souvent le 28 novembre, mise en ligne max charvolen, martin miguel le lent déferlement dont les secrets… à quoi moi cocon moi momie fuseau   la production la terre a souvent tremblé dans l’innocence des antoine simon 16       mouett j’ai relu daniel biga, à   la baie des anges « voici       qui  hors du corps pas       montag monde imaginal,       je epuisement de la salle,   anatomie du m et et je vois dans vos (dans mon ventre pousse une       fleure dernier vers aoi la terre nous       six sixième f le feu s’est   nous sommes       la       f le feu m’a introibo ad altare     dans la ruela la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Généralités > A propos du livre d’artiste

Ce texte résulte d’une commande qui m’a été faite par Egidio Fiorin pour sa revue "Colophon". Pour y répondre, j’ai demandé leur aide à quelques amis : Henri Maccheroni, le peintre, photographe et graveur, Alain Freixe et Christian Artaud, poètes.... Tous trois sont engagés dans des démarches créatives qui mettent en jeu le rapport entre l’espace de l’écrit et celui de la peinture... J’ai extrait ces quelques notes de notre grande conversation d’une tranquille après midi de février.

R. Monticelli

Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette