BRIBES EN LIGNE
il n’était qu’un je crie la rue mue douleur mais non, mais non, tu une autre approche de les étourneaux !       les  jésus ce j’ai perdu mon   maille 1 :que f les feux m’ont la deuxième édition du la galerie chave qui  les éditions de générations sixième pour mon épouse nicole       la premier vers aoi dernier pour robert ce qui aide à pénétrer le mon travail est une pour andré le nécessaire non a toi le don des cris qui montagnesde       va       journ& et je vois dans vos cinquième essai tout   la production   dernier vers aoi la mastication des le geste de l’ancienne,     du faucon et il fallait aller debout à cri et à       alla       six (la numérotation des quatrième essai rares       ma dans le patriote du 16 mars tous feux éteints. des cher bernard       allong comme c’est suite du blasphème de un jour nous avons intendo... intendo ! nous avons affaire à de ce n’est pas aux choses       apparu art jonction semble enfin j’ai ajouté     cet arbre que     nous certains prétendent       la tendresses ô mes envols     &nbs les plus terribles  née à de toutes les passet li jurz, si turnet a toutes sortes de papiers, sur avant propos la peinture est le franchissement des au commencement était dernier vers aoi première antoine simon 13     après rita est trois fois humble. la lecture de sainte le ciel de ce pays est tout coupé en deux quand antoine simon 19 rm : d’accord sur       un je suis celle qui trompe       l̵ de sorte que bientôt on a cru à un trait gris sur la         un de mes deux mains pierre ciel la tentation du survol, à giovanni rubino dit la communication est dernier vers aoi pur ceste espee ai dulor e beaucoup de merveilles pour julius baltazar 1 le dernier vers aoi "nice, nouvel éloge de la dans l’innocence des et  riche de mes il y a tant de saints sur encore la couleur, mais cette       et tu la vie est dans la vie. se les durand : une bientôt, aucune amarre antoine simon 30 ce va et vient entre d’ eurydice ou bien de préparation des derniers vers sun destre quelques textes       deux dernier vers aoi quatrième essai de la gaucherie à vivre, a ma mère, femme parmi   six formes de la       en il ne reste plus que le et la peur, présente À max charvolen et bribes en ligne a c’était une       grappe je ne saurais dire avec assez       "  au mois de mars, 1166       un "ces deux là se couleur qui ne masque pas fragilité humaine.       l̵ ce texte m’a été les cuivres de la symphonie  le livre, avec écoute, josué, la cité de la musique "et bien, voilà..." dit je t’enlace gargouille dernier vers aoi    de femme liseuse décembre 2001. abu zayd me déplait. pas Ç’avait été la À perte de vue, la houle des quelques autres antoine simon 6 genre des motsmauvais genre mise en ligne (ô fleur de courge... quando me ne so itu pe un titre : il infuse sa libre de lever la tête nice, le 30 juin 2000 antoine simon 22       je       soleil …presque vingt ans plus et si tu dois apprendre à dernier vers aoi     oued coulant pour       au   la baie des anges bernadette griot vient de sa langue se cabre devant le  il est des objets sur       longte pour m.b. quand je me heurte hans freibach : titrer "claude viallat, edmond, sa grande vous dites : "un madame chrysalide fileuse       & il s’appelait       object maintenant il connaît le le ciel est clair au travers dernier vers aoi avant dernier vers aoi patrick joquel vient de des voix percent, racontent f dans le sourd chatoiement dans l’effilé de le géographe sait tout portrait. 1255 : un tunnel sans fin et, à  martin miguel vient Être tout entier la flamme    il       vu       marche bel équilibre et sa antoine simon 26       dans l’évidence       s̵ dernier vers aoi j’ai relu daniel biga,  le "musée un verre de vin pour tacher dernier vers aoi au matin du antoine simon 20 temps où les coeurs et te voici humanité  ce qui importe pour pour maguy giraud et quai des chargeurs de       droite temps où le sang se       aux barrières des octrois       &n vue à la villa tamaris je t’enfourche ma et que dire de la grâce i.- avaler l’art par le passé n’est voile de nuità la madame est la reine des troisième essai marie-hélène clers fut li jurz e li entr’els nen at ne pui antoine simon 16 ki mult est las, il se dort       pass&e vous n’avez rossignolet tu la poème pour "le renard connaît  dernières mises le 2 juillet       retour       b&acir       &agrav les parents, l’ultime heureuse ruine, pensait   pour adèle et nous avancions en bas de       nuage fin première  référencem ainsi va le travail de qui       &eacut leonardo rosa       m̵ dernier vers aoi iloec endreit remeint li os guetter cette chose franchement, pensait le chef,   jn 2,1-12 : pour nicolas lavarenne ma    si tout au long       j̵ comme ce mur blanc raphaËl karles se dort cum hume derniers tous ces charlatans qui     pluie du journée de on trouvera la video ne pas négocier ne  dans le livre, le dernier vers aoi ce qui fait tableau : ce chairs à vif paumes dernier vers aoi aux george(s) (s est la l’appel tonitruant du que reste-t-il de la       la et tout avait moi cocon moi momie fuseau       les 1) la plupart de ces lorsqu’on connaît une la légende fleurie est temps de pierres il ne sait rien qui ne va samuelchapitre 16, versets 1 on peut croire que martine je rêve aux gorges depuis le 20 juillet, bribes       sur dernier vers aoi ils avaient si longtemps, si cliquetis obscène des la liberté s’imprime à merci à marc alpozzo la pureté de la survie. nul si grant dol ai que ne bal kanique c’est d’abord l’échange des dernier vers aoi il est le jongleur de lui vous deux, c’est joie et nu(e), comme son nom ils sortent la brume. nuages alocco en patchworck © f les rêves de dans le pain brisé son equitable un besoin sonnerait il existe au moins deux non, björg, station 4 : judas  ] heureux l’homme j’ai longtemps  la toile couvre les a l’aube des apaches, “le pinceau glisse sur rm : nous sommes en et il parlait ainsi dans la pour jean gautheronle cosmos  “la signification antoine simon 31 mult est vassal carles de et ces ils s’étaient station 5 : comment descendre à pigalle, se dernier vers aoi   se dernier vers aoi   si vous souhaitez nice, le 18 novembre 2004       le     [1]  frères et nice, le 8 octobre carissimo ulisse,torna a l’ami michel       en sept (forces cachées qui       dans le samedi 26 mars, à 15 max charvolen, martin miguel       que       le  mise en ligne du texte elle disposait d’une tout mon petit univers en quelque chose à la bonne pour helmut granz fut li colps, li dux en voici des œuvres qui, le li quens oger cuardise clere est la noit e la antoine simon 28 le scribe ne retient À peine jetés dans le   pour théa et ses 1-nous sommes dehors.  monde rassemblé juste un       descen  “... parler une il y a des objets qui ont la spectacle de josué dit vous êtes la mort d’un oiseau. je meurs de soif les grands  la lancinante si, il y a longtemps, les   saint paul trois qu’est-ce qui est en références : xavier r.m.a toi le don des cris qui il arriva que       banlie en 1958 ben ouvre à       coude       enfant       neige   au milieu de deuxième apparition de       dans passent .x. portes, pour michèle gazier 1       deux       object quand les mots deuxième approche de la parol

Accueil > Actualité du site

Actualité du site


  • 23 novembre 2009

    Le 28 novembre, mise en ligne de Orange trees de Nathalie Riera
     
    Le 25 novembre, mise en ligne de la 10ème déambulation de Patrick Joquel
    Reçu l’annonce de parution au mois d’avril du recueil de Pascal Boulanger, Un ciel ouvert en toutes saisons, aux éditions "Le corridor bleu",
    Commande au Corrdidor bleu, 185, rue Gaulthier de Rumully, 80000 Amiens.
     
    Le 23 novembre, référencement du site de la revue texture.
    Dans cette revue, Georges Cathalo avait fait une très claire présentation de Bribes en ligne.
    Reçu l’annonce du dernier recueil de Paul Badin, L’angle et le zénith, aux éditions Encres vives
    Commande : Ed. Encres vives, Michel COSEM, 2, allée des Allobroges, 31770-Colomiers
     
    Mis en ligne un texte de l’IREM concernant l’apprentissage des Mathématiques à l’école primaire et transmis par Béatrice Bloch.
    Le 22 novembre, Michel Desoubeaux a mis en ligne une introduction à la lecture de "Boomerang" de Michel Butor.
  • 21 novembre 2009

      

    Courant octobre, Bribes en ligne a connu une transformation technique : passage de la version 1.9 à la version 2.0 de SPIP, le logiciel de gestion de contenus que nous utilisons pour le site. 
    Résultat : meilleure ergonomie d’ensemble. Quelques problèmes de détail, réglés petit à petit.
     
    Une rubrique a été ajoutée : Les carnets intermittentsMon objectif est d’en faire une sorte de blog : des informations littéraires et artistiques au fil du temps... À vrai dire, je n’ai guère l’esprit blogger ; j’ai du mal à écrire au fil du temps... Ce sera un essai... intermittent... 
     
    L’organisation du site n’a pas changé : on peut y circuler de façon aléatoire (choisir l’errance), ou en passant par le sommaire qui propose un ensemble de rubriques et sous-rubriques.
     
    Nouveau Recueil : 
    Marcel Alocco, Écritures en Patchwork, 2, ensemble des textes critiques, est en cours de mise en ligne
     
    Poursuite de la mise en ligne des recueils de
    Daniel Biga a désormais mis en ligne plus de 200 haïkus du Sentier qui serpente
     
    Paul Badin, Pas à pas 
     
     
    Patrick Joquel, Déambulations
     
    Alain Freixe, Dialogues
     
    Je profite de ce bulletin pour signaler l’ouverture du site personnel de Martin Miguel. Cet artiste apparaît dans la liste des personnalités de Bribes en ligne. Son site est désormais répertorié dans la rubrique Ècoutez voir (sous-rubrique "artistes en ligne")

  • 10 septembre 2009

    Depuis le 20 juillet, Bribes en ligne a reçu quotidiennement, comme annoncé, des haïkus de Daniel Biga, des Pas à Pas de Paul Badin, et une trentaine de Tickets à conserver d’Antoine Simon.
    D’Anne Gérard sont parus trois nouveaux chapitres de Figlia di Puttana ; d’Yves Ughes, trois de ses prédications, de Michel Butor, trois nouveaux écrits sur Rimbaud.
     
    Alain Freixe a donné un nouveau texte : Comme on tombe amoureux, et Patrick Joquel a ajouté une déambulation...
     
    Enfin, j’ai mis en ligne un texte un texte que j’avais écrit à partir de photos et dessins de Jacques Clauzel, paru en 2006 , Mâcles et roulis.
     
    A quelques exceptions près, les fiches des Personnalités n’ont pas été travaillées, tandis que quelques liens ont été mis à jour.
     
    Soit, au total, plus de 160 nouvelles pages dont je vous souhaite bonne lecture.
  • 20 juillet 2009

    Outre la poursuite de la mise en ligne des Haïkus de Biga et des Ecrits sur Rimbaud de Michel Butor, J’avais annoncé, pour l’été, deux nouveautés : les Pas à Pas de Paul Badin et les Prédications d’Yves Ughes.

    Deux autres auteurs m’ont fait parvenir des textes : Antoine Simon et Anne Gérard. Deux voix très différentes qui m’ont retenu toutes deux. 

    Antoine Simon a déjà publié ses Tickets à conserver aux éditions Plaine page. Anne Gérard est en cours de rédaction de Figli di Puttana. L’un comme l’autre m’intéressent parce qu’ils installent leur motif d’écriture dans le quotidien et la banalité. Du reste, la démarche d’Antoine Simon, qui manuscrit ses textes d’abord sur des tickets de caisse (autoroute, restaurants, stations service, grandes surfaces...), n’est pas sans rapport avec celle d’Anne Gérard qui, dans sa pratique de peintre, utilise des logos et sigles de consommation.

    Les textes d’Antoine Simon seront mis en ligne au jour le jour (comme pour Paul Badin et Daniel Biga). Ceux d’Anne Gérard paraîtront à de plus grands intervalles (comme pour Yves Ughes et Michel Butor).

  • 11 juillet 2009

    Bribes en ligne a été rendu public en février 2009.

    Chaque jour, Il est visité en moyenne par une quarantaine d’internautes.

    Il a reçu des contributions de

    Jean-Marie Barnaud, Daniel Biga, Albertine Benedetto, Béatrice Bonhomme, Michel Butor, Jean Gabriel Coscullulela, Henri Desoubeaux, Alain Freixe, Jean-Luc Gastecelle, Patrick Joquel, Béatrice Machet, Jean-Loup Martin, Katy Remy, Nathalie Riera, Yves Ughes.

    Depuis le 27 juin, date du dernier point sur l’actualité du site, de nouvelles pages ont été mises en ligne :

    des haïkus de Daniel Biga, dans le recueil Le sentier qui serpente ;
    la totalité du texte Comment écrire sur Jasper Johns, et Rimbaud vu d’Extrême-Orient par Michel Butor ;
    la suite de l’étude de Transit par Henri Desoubeaux avec une approche des 13 lectures dans le calme genevois et 8 éclaircies dans l’épaisseur du Nord-Ouest ;
    3 textes d’Alain Freixe, qui ont donné lieu à des livres d’artiste : À la bonne ombre, tombe tombé et Aux yeux de ce qui nous aime ;
    la suite des déambulations de Patrick Joquel : À propos de camera
    et une libre réflexion sur la poésie par Nathalie Riera : Poésie, pourquoi ? comment ?
     
    Durant l’été, seront mis en ligne trois autres Écrits sur Rimbaud de Michel Butor et quatre Prédications d’Yves Ughes.
    Chaque jour Daniel Biga ajoutera un haïku au Sentier qui serpente

    A partir du 20 juillet, Paul Badin donnera chaque jour un fragment de ses "Pas à pas" ; l’auteur précise qu’il s’agit conversation souterraine avec Jean-François Dubois. Il ajoute : "Ce texte n’existe pas par lui-même. Il est un écho à la lecture de Il y a toujours un chien qui court sur une plage, de Jean-François Dubois (L’escarbille, 2005). Il incite le lecteur à se procurer ce livre, à jongler avec nos deux textes, à amplifier encore le dialogue pour construire un livre collectif infini."

     

     

     

     

  • 27 juin 2009

    Le bulletin de "Bribes en ligne" n° 4

     

    Merci tout d'abord à Lucien Massaert d'avoir établi un lien sur ces Bribes dans sa présentation du travail de Pierrette Bloch sur son blog "Dessin dans un champ élargi"

    Depuis le 10 juin, 75 nouvelles pages ont été mises en ligne.

    Trois recueils sont maintenant complets:

    Glossolalies (Albertine Benedetto)

     

    Dialogue avec Rimbaud sur l’itinéraire d’Addis-Abbeba à Harrar (Michel Butor) (merci à Florence Trocmé d'avoir pointé ce texte depuis son marqueur de liens Delicious.com)

     

    Je serai le pilote aux yeux toujours ouverts (Jean-Loup Martin)

     

    Daniel Biga continue à nous offrir sa promenade quotidienne en Haïku, Le sentier qui serpente

     

    Henri Désoubeaux poursuit son étude de Transit de Michel Butor avec une analyse de 13 stations dans le tourbillon parisien

     

    Michel Butor a commencé la livraison d'un nouveau texte, Comment écrire sur Jasper Johns, une approche tourbillonnante du peintre qui fait se heurter des bribes de Mobile, le texte qu'il a ramené de son voyage aux Etats-Unis en 1962, une lecture de l'oeuvre de Jasper Johns et la présentation de son propre processus d'écriture sur l'art.

     

    Béatrice Machet propose un 4ème texte: 3  puis  8  puis infini ... retournements

     

    Les mises à plats numériques de Max Charvolen ont été installées en fond d'écran du Chantier des Bribes (Volume V).

    Rappel: l'entrée du chantier est réservée aux lecteurs assez inconscients pour demander à suivre la lente rédaction des volumes 5 à 9, qui sont admis sur le chantier, et... qui acceptent de se munir d'un casque.

    Dans la partie cachée -et inaccessible- du site, se prépare la deuxième série de La légende fleurie, dont on pourra lire la première série dans Les Rossignols du Crocheteur. Pour l'instant, même avec un casque, cette partie de l'atelier du crocheteur, reste interdite.

    Comme toujours, je continue la rédaction des fiches des Personnalités qui apparaissent dans le site.

  • 10 juin 2009

    Merci au Printemps des Poètes d’avoir accepté de référencer ces Bribes.

    Depuis le 3 juin, une cinquantaine de nouveaux textes ont été mis en ligne.

    Les recueils d’Albertine Benedetto (Glossolalies), Daniel Biga (Le sentier qui serpente) et Jean-Loup Martin (Je serai le pilote...) ont été augmentés.

    Michel Butor a ouvert son Dialogue avec Rimbaud.

    Henri Desoubeaux poursuit son étude de Transit, de Michel Butor, à propos des 21 classiques de l’art japonais.

    Alain Freixe a ajouté trois textes dans son Espace : Merle noir, Pour voir venir la nuit, Temps disjoint et Michel Butor, une logique de la maille.

    Nathalie Riera a mis en ligne un troisième texte : Dans un fragment de temps.

    Enfin, j’ai complété quelques fiches concernant les personnalités qui intéressent ce site, comme Alain Freixe ou Jérôme Bonnetto.

    Notez enfin que les éditions de l’Amourier seront présentes aux poétiques de Saumur jusqu’au 14 juiin et au marché de la poésie, place Saint Sulpice, à Paris, du 18 au 21 juin, stand F6. On trouvera le planning des éditins dans le blog des amis de l’Amourier.

  • 3 juin 2009

    Merci à La Toile de l’un (le site d’Alain Boudet) d’avoir fait de ces Bribes en ligne son site du mois.
    J’en profite pour vous signaler les nouveaux textes publiés dans les Bribes depuis le 26 mai.
     
    Daniel Biga, Jean-Loup Martin et Albertine Benedetto poursuivent la mise en ligne de leurs recueils.
    Albertine Benedetto a ajouté sept textes à ses Glossolalies.
    De Michel Butor nous avons reçu De la couleur en photographie
    Le sentier qui serpente, de Daniel Biga compte désormais plus de quarante haïkus.
    Jean-Loup Martin a mis en ligne La musique : paysage, huitième texte de : Je serai le pilote aux yeux toujours ouverts.
     
    Le recueil d’Yves Ughes, Capharnaüm, douze stations avant Juda, est maintenant complet.

    J’ai ajouté quelques "personnalités" comme Michèle Auer, un entretien avec Henri Maccheroni, Alain Freixe et Christian Artaud, à propos du livre d’artiste et établi un lien avec le site le portillon chez qui on peut arriver directement en cliquant ici.

    Bribes en ligne ne présente pas l’actualité artistique et littéraire... Permettez-moi cependant de rappeler que ce soir, à 19h30, à la Maison de la Poésie de Grasse, Jean-Marie Barnaud donnera une conférence sur "Paul Celan ou l’essence du poème" (emplacement).

  • 26 mai 2009

    Les textes mis en ligne depuis le 9 mai

    Daniel Biga : suite du recueil de haïkus, Les sentier qui serpente

    Michel Butor, textes sur la photographie

    Patrick Joquel, traversée de l’orée du bois

    Jean-Loup Martin, suite de Je serai le pilote aux yeux toujours ouverts

    Henri Desoubeaux, poursuit son étude Transit de Michel Butor par une approche des Lettres du Mexique

     

    Quelques fiches concernant les "personnalités" qui apparaissent dans les bribes ont été complétées.

    La fiche concernant Max Charvolen présente une quarantaine de mises à plat numériques du Trésor des Marseillais.

0 | 10 | 20 | 30 | 40

Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette