BRIBES EN LIGNE
rita est trois fois humble.       le carmelo arden quin est une  zones gardées de les grands       quinze il pleut. j’ai vu la des voiles de longs cheveux suite du blasphème de   l’oeuvre vit son peinture de rimes. le texte ce paysage que tu contemplais « pouvez-vous       ce a christiane paroles de chamantu "et bien, voilà..." dit       neige essai de nécrologie, dans les carnets martin miguel art et pour alain borer le 26 d’abord l’échange des dans un coin de nice, lancinant ô lancinant la mort d’un oiseau. je me souviens de 1.- les rêves de ce qui aide à pénétrer le sequence 6   le  les premières le galop du poème me  “... parler une on croit souvent que le but nous savons tous, ici, que glaciation entre       à "mais qui lit encore le ecrire les couleurs du monde  “ce travail qui tendresses ô mes envols pour andrée l’éclair me dure, avant dernier vers aoi temps où les coeurs recleimet deu mult deuxième approche de des quatre archanges que il arriva que   la baie des anges buttati ! guarda&nbs nous lirons deux extraits de voudrais je vous       object descendre à pigalle, se les enseignants : moi cocon moi momie fuseau et si tu dois apprendre à  dernières mises vue à la villa tamaris et il parlait ainsi dans la un tunnel sans fin et, à traquer la brume. nuages  il est des objets sur le temps passe dans la ainsi va le travail de qui     sur la       dans tu le sais bien. luc ne je serai toujours attentif à À la loupe, il observa à la bonne af : j’entends c’est une sorte de  jésus  hors du corps pas pour helmut le lourd travail des meules pour ma rm : d’accord sur dont les secrets… à quoi de pareïs li seit la gardien de phare à vie, au   anatomie du m et à sylvie ses mains aussi étaient       je       sur pour maxime godard 1 haute       "     son jusqu’à il y a       " ce texte se présente  le "musée dans le pays dont je vous       é petit matin frais. je te immense est le théâtre et la réserve des bribes 1-nous sommes dehors. dernier vers aoi halt sunt li pui e mult halt  au travers de toi je pour anne slacik ecrire est et c’était dans   ciel !!!! f les feux m’ont en 1958 ben ouvre à nice, le 18 novembre 2004 se placer sous le signe de chaque automne les ma voix n’est plus que clere est la noit e la       journ& josué avait un rythme mesdames, messieurs, veuillez antoine simon 15 c’est un peu comme si, clers fut li jurz e li       aujour un titre : il infuse sa À max charvolen et martin 1 au retour au moment       st       sous  “s’ouvre       le paien sunt morz, alquant coupé en deux quand l’attente, le fruit quand sur vos visages les générations l’instant criblé dans les carnets ….omme virginia par la les durand : une       pass&e dernier vers aoi le corps encaisse comme il hans freibach : et ces attention beau cet article est paru madame aux rumeurs bien sûrla r.m.a toi le don des cris qui       " les oiseaux s’ouvrent mise en ligne antoine simon 14 branches lianes ronces macles et roulis photo 4 et…  dits de le 2 juillet dernier vers aoi le nécessaire non antoine simon 12 dans l’innocence des bribes en ligne a antoine simon 21 le 15 mai, à nouvelles mises en madame est toute (ô fleur de courge... deuxième apparition de dans les écroulements Éléments - le recueil de textes et si au premier jour il villa arson, nice, du 17 errer est notre lot, madame, "la musique, c’est le (josué avait lentement encore la couleur, mais cette       grappe deux ajouts ces derniers  avec « a la de prime abord, il laure et pétrarque comme       baie       les sa langue se cabre devant le   je n’ai jamais pas sur coussin d’air mais   3   

les saluer d’abord les plus chercher une sorte de bernadette griot vient de toi, mésange à à la mémoire de les étourneaux ! art jonction semble enfin sauvage et fuyant comme pour jean marie iv.- du livre d’artiste f les marques de la mort sur dans le monde de cette station 4 : judas        un nos voix comme un préliminaire la a la fin il ne resta que le coeur du a dix sept ans, je ne savais grant est la plaigne e large  monde rassemblé       pass&e ] heureux l’homme etudiant à pour michèle "l’art est-il       il on dit qu’agathe franchement, pensait le chef, premier vers aoi dernier pour marcel madame chrysalide fileuse pluies et bruines,       au je crie la rue mue douleur non... non... je vous assure, en ceste tere ad estet ja pour martin       sur ici, les choses les plus       dans onze sous les cercles je découvre avant toi       apr&eg de sorte que bientôt dernier vers aoi rare moment de bonheur, ouverture de l’espace c’est la peur qui fait outre la poursuite de la mise langues de plomba la karles se dort cum hume       apr&eg une errance de j’ai longtemps macles et roulis photo 7 il y a tant de saints sur l’existence n’est marché ou souk ou “le pinceau glisse sur et que vous dire des madame dans l’ombre des le grand combat :       (ma gorge est une écrirecomme on se je t’ai admiré, quelque temps plus tard, de       s̵ violette cachéeton    7 artistes et 1   adagio   je     dans la ruela dernier vers aoi ce pays que je dis est antoine simon 7       bonheu antoine simon 2 pour michèle gazier 1       la maintenant il connaît le À l’occasion de après la lecture de vous avez temps de bitume en fusion sur un verre de vin pour tacher       &eacut constellations et à propos “la f qu’il vienne, le feu   pour le prochain       au ce qui fascine chez dix l’espace ouvert au deuxième suite       la et te voici humanité juste un mot pour annoncer montagnesde voici des œuvres qui, le madame est la reine des  les trois ensembles dernier vers que mort l’impression la plus       six deux nouveauté,       fourr& beaucoup de merveilles onzième inoubliables, les       &agrav       &agrav     ton l’illusion d’une le temps passe si vite, de pa(i)smeisuns en est venuz       dans siglent a fort e nagent e « h&eacu trois (mon souffle au matin dernier vers aoi       au douze (se fait terre se au lecteur voici le premier quatrième essai de       l̵ c’est parfois un pays les petites fleurs des pas de pluie pour venir pour raphaël   on n’est l’évidence envoi du bulletin de bribes ma chair n’est       la mise en ligne d’un jamais je n’aurais   pour théa et ses       le     un mois sans j’écoute vos il faut laisser venir madame la cité de la musique     hélas, edmond, sa grande derniers ce poème est tiré du il ne sait rien qui ne va       le   marcel poème pour  “la signification je ne peins pas avec quoi,         &n  ce mois ci : sub       deux 0 false 21 18 antoine simon 28 quatre si la mer s’est “dans le dessin attendre. mot terrible. a l’aube des apaches, mille fardeaux, mille très saintes litanies temps de pierres la littérature de dernier vers aoi   je ne sais pas si six de l’espace urbain, quatrième essai de carles li reis en ad prise sa ce monde est semé   (dans le la vie est ce bruissement       su (la numérotation des cher bernard   au milieu de une fois entré dans la   pour olivier pierre ciel dans ce pays ma mère  un livre écrit fragilité humaine.     de rigoles en n’ayant pas on cheval   d’un coté, coupé le sonà station 3 encore il parle   l’heure de la le samedi 26 mars, à 15 dernier vers aoi       b&acir pour yves et pierre poher et seul dans la rue je ris la derniers vers sun destre merci au printemps des sixième       la       au  les éditions de g. duchêne, écriture le la fonction, le texte qui suit est, bien exacerbé d’air la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > Avec Jacques Clauzel > Macles et roulis version originale inédite

Macles et roulis version originale inédite

Dernier ajout : 11 août 2009.

Les 3 derniers textes : Macles et roulis 2’ , Macles et roulis 2 , Macles et roulis 1’ .

Les 3 textes les plus lus : Macles et roulis 1’ , Macles et roulis 1 , Macles et roulis 2 .

Pour des raisons techniques, Jacques Clauzel, à l’origine de la proposition de cette oeuvre croisée, m’avait demandé d’en revoir la mise en page.

Je présente ici le texte dans sa mise en page initiale.


  • Macles et roulis 1

    Pure forme, belle muette, d’aucun modèle issue. Perdue la masse Confusément ici dialoguent, du très lointain, eaux courantes et feux éteints Perdu le roulement depuis ces mots libérateurs des sources. (...)
  • Macles et roulis 1’

    Perdus la masse La chaleur sourde des compressions Le roulement apaisant de l’eau Te voilà délaissé dans le ciel vide
  • Macles et roulis 2

    Tromper le néant peupler l’obscurité (Dans l’équilibre juste de sa masse avec celle de l’eau une cane, grave, glisse) Et il suffit d’un mot (hors de ces illusoires bévues : taches dessins silhouettes (...)
  • Macles et roulis 2’

    Or il suffit d’un mot d’un regard pour peupler l’obscurité de l’espace grain de sable qui trompe le néant
Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette