BRIBES EN LIGNE
      va       la  de même que les je suis celle qui trompe (ma gorge est une bernard dejonghe... depuis       glouss       aujour sous la pression des guetter cette chose nous lirons deux extraits de       le     les provisions je suis occupé ces dernier vers aoi ce qui importe pour pour marcel   si vous souhaitez pour m.b. quand je me heurte ce texte se présente c’est la peur qui fait abstraction voir figuration nous dirons donc les grands       cerisi     chant de  dernières mises l’art n’existe f le feu s’est antoine simon 32       longte viallat © le château de antoine simon 30 dans les horizons de boue, de station 3 encore il parle pour jean marie au commencement était je n’hésiterai mult ben i fierent franceis e    nous des voiles de longs cheveux sixième deuxième apparition de toutes sortes de papiers, sur les plus vieilles un trait gris sur la il aurait voulu être autre essai d’un (josué avait 0 false 21 18 le temps passe si vite, d’un bout à       dans attelage ii est une œuvre dernier vers aoi   pour le prochain de l’autre deuxième apparition À la loupe, il observa une il faut dire les pour maxime godard 1 haute dernier vers s’il de mes deux mains quand nous rejoignons, en je découvre avant toi f le feu est venu,ardeur des       la pour jacqueline moretti, comme ce mur blanc raphaËl jamais je n’aurais       neige       au il existe deux saints portant edmond, sa grande la mort, l’ultime port, la langue est intarissable pour andré villers 1) thème principal : les installations souvent, on a cru à       apr&eg       deux antoine simon 3 d’un côté pour le prochain basilic, (la le nécessaire non accoucher baragouiner le grand combat : les textes mis en ligne de soie les draps, de soie   pour adèle et d’abord l’échange des pour michèle gazier 1) dernier vers aoi martin miguel art et quelque temps plus tard, de au matin du af : j’entends nos voix à sixième travail de tissage, dans mouans sartoux. traverse de laure et pétrarque comme       la clere est la noit e la       reine madame est la reine des   le texte suivant a tout est possible pour qui       vu ce texte m’a été pas de pluie pour venir je suis bien dans f les feux m’ont préparation des Être tout entier la flamme       en folie de josuétout est 13) polynésie       sabots antoine simon 33    courant dernier vers aoi a toi le don des cris qui   d’un coté, s’égarer on rm : nous sommes en le coquillage contre       embarq bruno mendonça montagnesde bientôt, aucune amarre coupé le sonà l’évidence       en la vie est dans la vie. se noble folie de josué,     pourquoi preambule – ut pictura  jésus le pendu à bernadette toutefois je m’estimais je ne sais pas si carles respunt : lancinant ô lancinant  l’exposition  dernier vers aoi       pourqu     les fleurs du je n’ai pas dit que le 1.- les rêves de in the country dans ma gorge     longtemps sur dimanche 18 avril 2010 nous les routes de ce pays sont et c’était dans j’ai longtemps ils sortent       sur dorothée vint au monde   (à comment entrer dans une       et tu f qu’il vienne, le feu 1254 : naissance de errer est notre lot, madame, antoine simon 28     ton tu le saiset je le vois avez-vous vu quatrième essai de     extraire l’erbe del camp, ki polenta f les marques de la mort sur       devant deuxième suite tromper le néant tandis que dans la grande à la mémoire de et voici maintenant quelques je m’étonne toujours de la "si elle est si j’avais de son pour robert intendo... intendo ! marie-hélène pour philippe       l̵ « 8° de fin première     surgi madame est toute max charvolen, martin miguel pour max charvolen 1) bernadette griot vient de dernier vers doel i avrat, attention beau granz fut li colps, li dux en peinture de rimes. le texte le 28 novembre, mise en ligne morz est rollant, deus en ad douze (se fait terre se macao grise   six formes de la un tunnel sans fin et, à ecrire sur antoine simon 9 sables mes parolesvous les dernières dans le pays dont je vous non, björg, carissimo ulisse,torna a le coeur du si j’étais un leonardo rosa il tente de déchiffrer, Ç’avait été la elle disposait d’une le ciel est clair au travers raphaël       montag art jonction semble enfin dans les carnets quatre si la mer s’est à la bonne raphaël "tu sais ce que c’est       la nu(e), comme son nom eurydice toujours nue à j’entends sonner les la vie humble chez les pour jean-louis cantin 1.- a grant dulur tendrai puis nous serons toujours ces c’est vrai j’ai perdu mon la mastication des cet univers sans coupé en deux quand les étourneaux ! la musique est le parfum de chaque jour est un appel, une       pav&ea ce poème est tiré du merci au printemps des madame chrysalide fileuse « pouvez-vous       cette  pour de a claude b.   comme rien n’est plus ardu       les       &       gentil l’art c’est la rien n’est les premières l’impression la plus    seule au ma chair n’est spectacle de josué dit i mes doigts se sont ouverts       dans saluer d’abord les plus la fraîcheur et la les plus terribles il ne s’agit pas de tendresses ô mes envols (la numérotation des l’existence n’est station 1 : judas moisissures mousses lichens       deux         &n le 19 novembre 2013, à la carles li reis en ad prise sa pour qui veut se faire une reprise du site avec la ce monde est semé  dernier salut au       ruelle a ma mère, femme parmi dernier vers aoi   able comme capable de donner À l’occasion de     double c’est la chair pourtant     m2 &nbs li emperere s’est d’ eurydice ou bien de rêves de josué, À perte de vue, la houle des dans les rêves de la patrick joquel vient de tendresse du mondesi peu de du bibelot au babilencore une je dors d’un sommeil de les oiseaux s’ouvrent granz est li calz, si se outre la poursuite de la mise i en voyant la masse aux f les rêves de antoine simon 13 À max charvolen et martin le géographe sait tout "mais qui lit encore le chercher une sorte de       fourmi     à dernier vers aoi le glacis de la mort dernier vers aoi  au mois de mars, 1166  “ne pas       le pluies et bruines, ce paysage que tu contemplais il souffle sur les collines dernier vers aoi régine robin, on peut croire que martine je t’enlace gargouille dans le patriote du 16 mars le bulletin de "bribes  ce qui importe pour un temps hors du       banlie je sais, un monde se  improbable visage pendu     pluie du   ces sec erv vre ile  les œuvres de quel ennui, mortel pour antoine simon 31 descendre à pigalle, se depuis le 20 juillet, bribes soudain un blanc fauche le antoine simon 11 tes chaussures au bas de josué avait un rythme quai des chargeurs de ….omme virginia par la c’est pour moi le premier j’ai travaillé il pleut. j’ai vu la chaque automne les langues de plomba la ( ce texte a ajout de fichiers sons dans       au macles et roulis photo a propos de quatre oeuvres de l’appel tonitruant du depuis ce jour, le site "pour tes dernier vers aoi   dits de c’est une sorte de       d&eacu       &n 1) la plupart de ces       fourr& archipel shopping, la pour daniel farioli poussant dieu faisait silence, mais madame déchirée i.- avaler l’art par de toutes les la chaude caresse de premier essai c’est tous ces charlatans qui torna a sorrento ulisse torna pour andrée dernier vers aoi carcassonne, le 06 de tantes herbes el pre       &agrav giovanni rubino dit j’ai parlé béatrice machet vient de tout est prêt en moi pour la poésie, à la branches lianes ronces il n’y a pas de plus       vu de pa(i)smeisuns en est venuz 1- c’est dans       dans suite du blasphème de     le la parol

Accueil > Carnets intermittents

Carnets intermittents

Des chroniques... à l’occasion...


  • MICHEL BUTOR : UN ÉCRIVAIN POPULAIRE ?

    Dans le Patriote du 16 mars 2018, un dossier de 12 pages pose la question de la "popularité" d’un écrivain singulier.
    Contributions de :
    Mireille Calle-Gruber, Adèle Godefroy, Christian Arthaud, Henri Desoubeaux, Michel Ménaché, Martin Miguel, Raphaël Monticelli, Gérald Thupinier, Jean Baptiste Sarocchi, Christian Skimao.
    On accède au PDF en cliquant sur le lien ci-dessous.

    PDF - 1.8 Mo

    Et on accède à l’espace « BUTOR » de ce site en cliquant sur ce lien
    http://www.bribes-en-ligne.fr/spip.php?rubrique239

  • À PROPOS DU MOUVEMENT ARTISTIQUE NIÇOIS 1947-1977

    Raphaël Monticelli - 26 janvier

    Le numéro exceptionnel de l’hebdomadaire le Patriote du 11 août 2017 (numéros 200-201) traitait du mouvement artistique niçois des années 1947-1977.

    Ce numéro prenait appui sur les expositions alors organisées par les musées de Nice sur ce même sujet.

    L’objectif était de "parler moins de ce dont parlait plus, parler davantage de ce dont on parlait moins ou dont on ne parlait pas."

    On en trouvera ici la version PDF, en cliquant sur l’image ci-dessous.

  • Lectures dans le Cantal

    Raphaël Monticelli - 28 juin 2016
    Clefs : poésie , Bribes


    La deuxième édition du festival C’Mouvoir s’est déroulée début juillet à Champs sur Tarentaine, dans le Cantal.


    Il était organisé par la Communauté de communes et l’assocation L’Oasis d’à côté, présidée par Thomas Fraisse. Marc Delouze y assume une fonction de conseiller artistique.


    Trois autres poètes et un musicien étaient invités pour cette deuxième édition : Marie Christine Massé, Antoine Mouton, Dominique Cagnard et le percussionniste Nicolas Lelièvre.


    Voici l’adresse de deux de mes lectures :


    https://www.facebook.com/bribesenligne/posts/1626005304330837


    https://www.facebook.com/bribesenligne/posts/1625483687716332


     


     

  • Max Charvolen à Colmar

    - 28 juin 2016
    Clefs : Charvolen
  • Lecture à la BMVR de Nice, 22 mai 2015, la video...

    Raphaël Monticelli - 31 mai 2015
    Clefs : Bribes , Médiathèque

    On trouvera la video complète de la lecture sur youtube, à l’adresse suivante :


    http://www.youtube.com/watch?v=q3zlkIj5N6s&sns=em

  • Les lectures des Bribes

    Raphaël Monticelli - 13 mai 2015


  • Au creux de la mémoire

    Raphaël Monticelli - 6 mai 2015
    Clefs : Rubino


    Giovanni Rubino dit « Fare memoria »… Faire mémoire… Non pas garder mémoire, non pas se souvenir, mais faire, produire mémoire…


    La mémoire qu’il faut produire, c’est celle de notre résistance à toute barbarie. Par les moyens de l’art.
    On voit donc Giovanni Rubino rechercher les lieux de la mémoire dormante, ces plaques commémoratives qui sont tellement rentrées dans notre œil qu’elle l’ont crevé. Tellement inscrites dans notre regard, qu’elles en sont devenues un point aveugle. Il les recherche pour les remettre en vue, les recueillir, les reproduire en estampant, par simple frottis d’une mine de plomb sur le papier, pour fare memoria, donc…
    Démarche analogue, on le voit, à celle de la millénaire tradition chinoise dont les calligraphies étaient gravées sur des stèles pour permettre justement l’estampage, la reproduction et la diffusion du texte.
    Giovanni Rubino explique que le désir de travailler sur cette mise en résurrection de la mémoire collective lui est venu en apprenant que c’était une pratique qui s’était développée autour des disparus des Twinn Towers, comme auprès du mémorial des morts au Vietnam à Washington.


    L’une des séries de frottis de plaques commémoratives concerne celles qui évoquent la résistance au fascisme et au nazisme, et, au delà d’elles, la résistance à toute barbarie, disais-je.


    L’acte de Giovanni Rubino est donc bien, on le voit, un acte citoyen, sa dimension humaniste et politique n’échappe à personne….


    Il est important aussi prendre en compte l’acte lui-même : on ne se rend pas sur une stèle, une plaque, un monument, sans susciter malaise, intérêt ou curiosité. On ne le recouvre pas de papier sans attirer l’attention, et on ne travaille pas au frottis sans que les passants s’interrogent… Il arrive que Rubino intègre son geste à une cérémonie à laquelle il est ou non invité, mais, plupart du temps, il intervient sans annonce, et en plein jour.
    La façon dont l’artiste approche le monument, sa gestuelle quand il le recouvre et quand il en saisit l’empreinte, ses attitudes, les expressions de son visage, construisent un impressionnant rituel laïque et civique. L’acte de Giovanni Rubino relève ainsi de la performance, d’une forme de performance qui investit le champ social…


    Du reste chacune de ses interventions est suivie par des amis photographes ou vidéastes chargés de garder la trace de cette sauvegarde des traces… une dizaine de noms apparaissent ainsi dans le travail de Rubino et en fait apparaître la qualité d’œuvre collective… Dans cet ordre d’idées, une référence particulière doit être faite à la vidéaste Maria Luisa Pani avec laquelle Giovanni Rubino collabore depuis quelques années. Il faut considérer les videos que Maria Luisa Panni réalise sur les performances de Rubino, comme partie intégrante du travail artistique.


     


    Le geste central de Farememoria est le frottage… Réalisé à la mine de plomb, il s’inscrit sur la feuille de papier en larges traces, la plupart du temps diagonales, plus ou moins appuyées, laissant plus ou moins de blanc, hésitant sur les bords… Le travail de Rubino sur le papier fait ainsi doublement mémoire : mémoire de la stèle et mémoire du corps de l’artiste agissant sur elle. En celà, l’artiste civique et performeur est aussi, dans Farememoria, pleinement dessinateur et peintre.

  • Des nouvelles

    Raphaël Monticelli - 20 septembre 2013

     Je signerai mon dernier recueil, Mer intérieure, paru aux éditions de la Passe du Vent, pendant le festival de Mouans Sartoux, sur le stand de la librairie Masséna, A19/A30, les 4, 5 et 6 octobre 2013.

     

  • EXPOSITION CLAUDE VIALLAT

    Raphaël Monticelli - 20 février 2013
    Clefs : Viallat , Bibliophilie


     


    Ce jeudi 21 février, à la galerie Quadrige, 14 avenue Pauliani, à Nice, à partir de 18h30, exposition Claude Viallat. 
    L’exposition dure jusqu’au 17 mars.
    Dans le cadre de cette exposition, présentation de l’ouvrage "une renversante humilité", avec 8 estampes de Claude Viallat, dans la collection "l’art au carré" des éditions de la Diane française.
    C’est le premier livre que je réalise avec Claude Viallat.

     


  • EXPOSITION AU COLLÈGE PORT LYMPIA À NICE

    Raphaël Monticelli - 13 février 2012


    Juste un mot pour annoncer cette exposition. 


    Les oeuvres croisées ont été réalisées avec Alocco, Bonardi, Calzavacca, Charvolen, Lusso, Maccaferri, Massholder, Miguel, Mohen, Orsoni, Robustelli, Serée.


0 | 10 | 20 | 30

Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette