BRIBES EN LIGNE
antoine simon 15 est-ce parce que, petit, on chaque automne les autres litanies du saint nom les installations souvent, (elle entretenait  dans toutes les rues       jonath troisième essai et       je pour       la       fourr& abu zayd me déplait. pas       droite sous l’occupation il faut laisser venir madame     &nbs montagnesde l’appel tonitruant du    de femme liseuse   au milieu de       la ce qui importe pour recleimet deu mult   (dans le coupé en deux quand dernier vers aoi rien n’est vous avez le soleil n’est pas branches lianes ronces art jonction semble enfin d’abord l’échange des "moi, esclave" a descendre à pigalle, se dernier vers aoi le "patriote", de la dix l’espace ouvert au pour martin  dans le livre, le granz fut li colps, li dux en       en polenta antoine simon 30 quando me ne so itu pe ce jour-là il lui  la lancinante       ce dans l’innocence des       le assise par accroc au bord de pourquoi yves klein a-t-il   ciel !!!! dernier vers aoi nous dirons donc Ç’avait été la les dieux s’effacent   3   

les comme c’est 0 false 21 18 printemps breton, printemps   marcel attendre. mot terrible.       " pour michèle gazier 1 décembre 2001. ce paysage que tu contemplais bien sûr, il y eut le recueil de textes nous avancions en bas de       pav&ea dernier vers aoi très saintes litanies quand sur vos visages les références : xavier j’ai en réserve   pour le prochain   que signifie six de l’espace urbain, a ma mère, femme parmi le corps encaisse comme il f le feu s’est a christiane (À l’église carles respunt : certains prétendent violette cachéeton chercher une sorte de tendresse du mondesi peu de       aux la terre nous l’éclair me dure, monde imaginal, une fois entré dans la       je me "la musique, c’est le       alla  mise en ligne du texte et il fallait aller debout si j’avais de son le ciel est clair au travers saluer d’abord les plus quelques autres etait-ce le souvenir l’attente, le fruit le temps passe si vite, (en regardant un dessin de pas facile d’ajuster le j’aime chez pierre       la dans la caverne primordiale juste un mot pour annoncer elle disposait d’une merci à marc alpozzo     [1]  dans le respect du cahier des avant propos la peinture est tant pis pour eux.   j’ai souvent  référencem ce qui aide à pénétrer le       soleil À peine jetés dans le quatrième essai de       &agrav station 3 encore il parle deux ce travail vous est les petites fleurs des pour pierre theunissen la la mort d’un oiseau. f les feux m’ont i en voyant la masse aux       o       la raphaël li quens oger cuardise clquez sur carissimo ulisse,torna a     chambre       sur qu’est-ce qui est en pour qui veut se faire une  je signerai mon l’illusion d’une         &n j’ai longtemps able comme capable de donner les cuivres de la symphonie une il faut dire les       montag       le avez-vous vu pour anne slacik ecrire est l’une des dernières faisant dialoguer nice, le 8 octobre j’arrivais dans les pour andré     longtemps sur       va pour angelo la fraîcheur et la       assis abstraction voir figuration j’entends sonner les       la livre grand format en trois (de)lecta lucta         sabots de mes deux mains quel ennui, mortel pour       dans antoine simon 6 ma voix n’est plus que       dans  ce mois ci : sub on croit souvent que le but       midi tu le saiset je le vois on préparait       allong clere est la noit e la     faisant la cinquième citationne pour lee un jour nous avons pure forme, belle muette,  ce qui importe pour josué avait un rythme je n’ai pas dit que le huit c’est encore à les avenues de ce pays madame est une vue à la villa tamaris c’est pour moi le premier petit matin frais. je te "tu sais ce que c’est madame dans l’ombre des       sur portrait. 1255 : tout à fleur d’eaula danse   pour adèle et “dans le dessin       fleure merci au printemps des dernier vers aoi d’un bout à titrer "claude viallat,       soleil aucun hasard si se       arauca       gentil ce  tu vois im font chier o tendresses ô mes le 2 juillet antoine simon 16 si grant dol ai que ne à propos des grands       pass&e       baie pour yves et pierre poher et       deux       une       sur le lent déferlement encore une citation“tu       &eacut dernier vers aoi la question du récit    si tout au long je rêve aux gorges il ne s’agit pas de charogne sur le seuilce qui rimbaud a donc macles et roulis photo mille fardeaux, mille l’art n’existe r.m.a toi le don des cris qui aux barrières des octrois mougins. décembre ce va et vient entre dernier vers aoi trois (mon souffle au matin maintenant il connaît le       vu l’instant criblé   se a propos d’une sixième       il "pour tes un nouvel espace est ouvert       les la fonction, macles et roulis photo 6 ecrire les couleurs du monde j’ai parlé la communication est       entre madame, on ne la voit jamais je ne saurais dire avec assez       il  l’exposition  "et bien, voilà..." dit     quand       parfoi « voici glaciation entre     le fin première mouans sartoux. traverse de onzième diaphane est le dans le pain brisé son quatrième essai rares    seule au sous la pression des la mort, l’ultime port, ici. les oiseaux y ont fait "ah ! mon doux pays,       enfant sixième       que et je vois dans vos jouer sur tous les tableaux ce qui fascine chez il n’y a pas de plus pierre ciel tout est prêt en moi pour    en       le douce est la terre aux yeux       le lu le choeur des femmes de c’est ici, me       les   en grec, morías dernier vers aoi   l’erbe del camp, ki l’heure de la cliquetis obscène des       &agrav de l’autre clers est li jurz et li tout en travaillant sur les genre des motsmauvais genre 1-nous sommes dehors. souvent je ne sais rien de la littérature de j’ai donc et te voici humanité  si, du nouveau samuelchapitre 16, versets 1 dans les carnets       vu le 19 novembre 2013, à la       sur       un où l’on revient pour frédéric quel étonnant s’égarer on  “ne pas toutes sortes de papiers, sur martin miguel art et un soir à paris au un titre : il infuse sa       quinze  hier, 17    il aux george(s) (s est la     de rigoles en       neige antoine simon 7 tous ces charlatans qui bal kanique c’est       sur je m’étonne toujours de la "ces deux là se franchement, pensait le chef, le vieux qui       le       ( très malheureux... dernier vers aoi immense est le théâtre et (dans mon ventre pousse une alocco en patchworck © antoine simon 22       ce station 4 : judas  première carcassonne, le 06 ainsi alfred… "nice, nouvel éloge de la je suis bien dans et voici maintenant quelques bruno mendonça pour egidio fiorin des mots il faut aller voir antoine simon 26 régine robin, me de tantes herbes el pre       en la gaucherie à vivre, madame est une torche. elle une autre approche de     surgi       voyage quant carles oït la       bien seins isabelle boizard 2005 la réserve des bribes  de même que les   le 10 décembre  au travers de toi je  avec « a la   l’oeuvre vit son il n’était qu’un l’impression la plus spectacle de josué dit       &agrav sept (forces cachées qui dans un coin de nice, des quatre archanges que le 28 novembre, mise en ligne ne faut-il pas vivre comme 0 false 21 18 la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Machet, Béatrice > FEMMES

FEMMES

Dernier ajout : 29 mai 2015.

Les 3 derniers textes : Besoin de couper , Equitable , Pas sur coussin d’air mais matelas où la... .

Les 3 textes les plus lus : Pas sur coussin d’air mais matelas où la... , Identité durée... , Equitable .


  • Il en est des noms comme du vent...

    Clefs : prose poétique
    Il en est des noms comme du vent. Ils portent des odeurs des senteurs qui vont du moisi au fleuri. Déjà presque plus déjà presque rien. Recommencés revisités mal prononcés déformés diminutifs pendant (...)
  • Identité durée...

    Clefs : prose poétique
    Identité durée dans le profond de soi dans l’intime du corps-cœur sa délicate humidité condensée perle chute et fugue comme un excès qui défierait la perte. Fougue sage. Vibration ardente et (...)
  • Il en est des meutrières

    Il en est des meurtrières. C’est mur épais et trou ménagé. Pour le tir. Les arts dits ménagers et les arts balistiques sont étrangers mais murs demeurent (ignorant les règles du boulet). Et linge sale (...)
  • Able comme capable...

    Able comme capable de donner la vie et combien on les envie et combien on les restreint à l’exploit sportif pour que l’esprit pour que le cœur ne s’emballent pas vers un au-delà où perdues pour le (...)
  • Dont les secrets...

    Dont les secrets… à quoi ils tiennent quand ils cherchent à se détacher quand ils sont mal gardés les secrets c’est comme la cervelle se répand .De très effusive version liquide à (...)
  • Pas sur coussin d’air mais matelas où la...

    Pas sur coussin d’air mais matelas où la colonne détendue et l’esprit à la dérive et le cœur chaviré ne sachant plus qui aimer dans sa débauche pluvieuse les arc-en-ciel de tendresse si belle si belle si (...)
  • Equitable

    Equitable un besoin sonnerait comme ouvert d’où rayon de lumière pour éveiller doucement des yeux à la conscience la traversée d’un désert qui sait le tracé d’une fuite et l’humide rimant tantôt avec (...)
  • Besoin de couper

    un besoin de couper comme de l’eau dans le vin comme langue afin de ne pas l’avaler cette histoire son épaisseur à étreinte engluée où le chant étouffe où le rire ne rebondit ne cascade et vau l’eau sans (...)
Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette