BRIBES EN LIGNE
voudrais je vous ici, les choses les plus j’ai donc la brume. nuages la bouche pure souffrance ce poème est tiré du est-ce parce que, petit, on il n’est pire enfer que    au balcon pour martin     faisant la thème principal : je t’enfourche ma nous savons tous, ici, que sixième le proche et le lointain dernier vers aoi rita est trois fois humble. le travail de bernard et tout avait dernier vers aoi attendre. mot terrible. suite de dans le train premier       dans 1-nous sommes dehors. la fraîcheur et la le "patriote",       reine deuxième apparition de       nuage il en est des meurtrières. toutes ces pages de nos       dans de mes deux mains toujours les lettres : comment entrer dans une et encore  dits marché ou souk ou sainte marie, mult ben i fierent franceis e "et bien, voilà..." dit apaches : il y a dans ce pays des voies " je suis un écorché vif. macles et roulis photo 7 références : xavier que reste-t-il de la       fleure peinture de rimes. le texte art jonction semble enfin il existe au moins deux "le renard connaît       deux premier vers aoi dernier genre des motsmauvais genre une autre approche de attention beau quando me ne so itu pe dans les rêves de la       dans le tissu d’acier       object etudiant à       (       fleur 0 false 21 18 à propos des grands le ciel de ce pays est tout 7) porte-fenêtre coupé en deux quand       le bernard dejonghe... depuis la galerie chave qui       ton pour martine, coline et laure dernier vers aoi       extraire "ces deux là se   l’oeuvre vit son       le       mouett temps de pierres dans la preambule – ut pictura a dix sept ans, je ne savais antoine simon 3  “ne pas le recueil de textes poussées par les vagues une errance de raphaËl juste un pluies et bruines,     sur la pente À peine jetés dans le       va tous ces charlatans qui dans la caverne primordiale tout le problème li emperere par sa grant vous n’avez les dessins de martine orsoni si j’avais de son       st       l̵ fragilité humaine. les dernières le grand combat : "tu sais ce que c’est aux george(s) (s est la ce qui aide à pénétrer le comme c’est après la lecture de rimbaud a donc percey priest lakesur les pour philippe       l̵       ma deuxième suite iloec endreit remeint li os tout est prêt en moi pour du bibelot au babilencore une dentelle : il avait une fois entré dans la macles et roulis photo 4 il y a tant de saints sur       toulon, samedi 9 nécrologie    regardant a propos d’une       force il ne sait rien qui ne va le 19 novembre 2013, à la     pluie du   un       vu et ces ainsi va le travail de qui j’ai relu daniel biga, (vois-tu, sancho, je suis le 23 février 1988, il la route de la soie, à pied, passet li jurz, la noit est       assis la deuxième édition du un homme dans la rue se prend en introduction à les durand : une       le equitable un besoin sonnerait  le grand brassage des   antoine simon 33 bruno mendonça     du faucon ils sortent    7 artistes et 1 (elle entretenait antoine simon 25 et combien antoine simon 19 poème pour « e ! malvais       montag titrer "claude viallat, ecrire sur       " macao grise josué avait un rythme « h&eacu       je les enseignants : s’ouvre la r.m.a toi le don des cris qui     pourquoi       dans prenez vos casseroles et       rampan du fond des cours et des pour jacqueline moretti, dix l’espace ouvert au   voici donc la de sorte que bientôt au matin du i.- avaler l’art par le texte qui suit est, bien       je   pour adèle et dernier vers aoi   on cheval pour michèle gazier 1 si j’étais un dernier vers aoi 5) triptyque marocain ne pas négocier ne       cerisi cher bernard chercher une sorte de       la       la       le l’impossible pas une année sans évoquer samuelchapitre 16, versets 1 au seuil de l’atelier folie de josuétout est fin première de proche en proche tous la lecture de sainte on préparait dans le monde de cette       un       sur f les marques de la mort sur       le       &n je découvre avant toi       p&eacu  martin miguel vient f dans le sourd chatoiement s’égarer on on dit qu’agathe je me souviens de tromper le néant       "       le la terre a souvent tremblé et il parlait ainsi dans la quel étonnant       journ& dimanche 18 avril 2010 nous       j̵ 1.- les rêves de halt sunt li pui e mult halt f le feu est venu,ardeur des j’écoute vos je rêve aux gorges dans l’effilé de       sur   la production mise en ligne antoine simon 29 elle disposait d’une    courant traquer les textes mis en ligne carmelo arden quin est une deux mille ans nous dernier vers aoi  l’exposition  se placer sous le signe de   si vous souhaitez ce n’est pas aux choses c’est ici, me       l̵   jn 2,1-12 : je n’ai pas dit que le       dans chairs à vif paumes  pour jean le huit c’est encore à antoine simon 21       le dernier vers aoi nu(e), comme son nom tout à fleur d’eaula danse   je n’ai jamais 0 false 21 18 sixième       maquis trois (mon souffle au matin deux ajouts ces derniers       arauca il avait accepté pour jean gautheronle cosmos     longtemps sur pour angelo ] heureux l’homme les dieux s’effacent quai des chargeurs de  “s’ouvre tout est possible pour qui je ne sais pas si clers est li jurz et li pour daniel farioli poussant la vie est dans la vie. se antoine simon 14 macles et roulis photo 1 et nous n’avons rien       soleil       au   entrons       allong normalement, la rubrique       quand   ces sec erv vre ile   (dans le des quatre archanges que   1) cette le scribe ne retient       je me patrick joquel vient de  tous ces chardonnerets la liberté de l’être       que un titre : il infuse sa  tu vois im font chier écrirecomme on se bien sûr, il y eut a l’aube des apaches, station 3 encore il parle i mes doigts se sont ouverts je serai toujours attentif à ce texte se présente f j’ai voulu me pencher ce texte m’a été       &n  dernier salut au attendre. mot terrible. depuis le 20 juillet, bribes       au les lettres ou les chiffres tant pis pour eux.   la baie des anges antoine simon 17       il  les œuvres de À max charvolen et mon travail est une de profondes glaouis dernier vers aoi       jonath (ô fleur de courge...  jésus le franchissement des quelque chose dans les horizons de boue, de madame est toute à cri et à a toi le don des cris qui quelques autres bal kanique c’est     quand inoubliables, les les parents, l’ultime le temps passe dans la et voici maintenant quelques à propos “la le lent déferlement À la loupe, il observa issent de mer, venent as la mastication des       l̵  “la signification l’appel tonitruant du     sur la dernier vers aoi mesdames, messieurs, veuillez très malheureux... approche d’une toute trace fait sens. que  “ce travail qui les avenues de ce pays       glouss l’existence n’est       entre des voiles de longs cheveux  epître aux  dernières mises un temps hors du paysage de ta tombe  et la vie humble chez les je reviens sur des dernier vers aoi et si au premier jour il pour m.b. quand je me heurte premier essai c’est ce paysage que tu contemplais guetter cette chose dernier vers aoi le 15 mai, à     depuis lu le choeur des femmes de comme une suite de avec marc, nous avons li emperere s’est       au jamais je n’aurais       dans   ciel !!!!       &ccedi sculpter l’air : en 1958 ben ouvre à la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Carmen Boccù

Carmen Boccù

Dernier ajout : 24 décembre 2015.

Les 3 derniers textes : Je vois la digitale... , Je vois la digitale... , Je vois la digitale... .

Les 3 textes les plus lus : Je vois la digitale... , Je vois la digitale... , Je vois la digitale... .


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette