BRIBES EN LIGNE
pur ceste espee ai dulor e tous ces charlatans qui je reviens sur des approche d’une monde imaginal, de toutes les très saintes litanies   pour le prochain et il parlait ainsi dans la       " station 7 : as-tu vu judas se       ce À peine jetés dans le ce qu’un paysage peut pas de pluie pour venir "et bien, voilà..." dit       un       dans le lent déferlement     vers le soir du bibelot au babilencore une pour andrée       pour       antoine simon 33 madame des forêts de iloec endreit remeint li os "si elle est pour andré exacerbé d’air on dit qu’agathe paroles de chamantu       droite macao grise halt sunt li pui e mult halt       sur le       nuage la lecture de sainte madame est une à       apr&eg       chaque macles et roulis photo 3 de prime abord, il     pourquoi violette cachéeton       dans granz est li calz, si se       tourne (josué avait       deux morz est rollant, deus en ad avant propos la peinture est dernier vers aoi la chaude caresse de       enfant dernier vers aoi       d&eacu d’ eurydice ou bien de dans un coin de nice, sur l’erbe verte si est légendes de michel a ma mère, femme parmi samuelchapitre 16, versets 1 le 23 février 1988, il ce 28 février 2002. guetter cette chose  “... parler une recleimet deu mult li quens oger cuardise       m&eacu je découvre avant toi fontelucco, 6 juillet 2000 (en regardant un dessin de les durand : une       m̵ À max charvolen et pour michèle aueret pour le prochain basilic, (la a supposer quece monde tienne antoine simon 19 très malheureux...       journ& j’arrivais dans les dernier vers aoi a l’aube des apaches, f les feux m’ont le soleil n’est pas  née à o tendresses ô mes       cette et il fallait aller debout quatrième essai rares dernier vers aoi le vieux qui       dans quand c’est le vent qui   l’oeuvre vit son pour marcel lancinant ô lancinant granz fut li colps, li dux en       en     chant de torna a sorrento ulisse torna j’ai perdu mon à sylvie       au générations       force charogne sur le seuilce qui non, björg, ouverture de l’espace jamais si entêtanteeurydice …presque vingt ans plus j’ai longtemps la cité de la musique       descen   voici donc la a la fin il ne resta que dernier vers aoi « voici pour egidio fiorin des mots lu le choeur des femmes de       dans elle disposait d’une antoine simon 31 “dans le dessin branches lianes ronces nu(e), comme son nom macles et roulis photo 6 je suis celle qui trompe sculpter l’air : la langue est intarissable  zones gardées de       au tromper le néant pour max charvolen 1)  “comment antoine simon 28 0 false 21 18 ici, les choses les plus autre essai d’un         &n tandis que dans la grande maintenant il connaît le ce monde est semé  hors du corps pas dans ce pays ma mère ço dist li reis :   jn 2,1-12 : cinq madame aux yeux vous avez il souffle sur les collines encore une citation“tu coupé le sonà la gaucherie à vivre, troisième essai j’écoute vos  monde rassemblé li emperere par sa grant (vois-tu, sancho, je suis sept (forces cachées qui  pour de alocco en patchworck © ensevelie de silence, paysage de ta tombe  et il s’appelait la terre a souvent tremblé nous lirons deux extraits de ils sortent       "       je rimbaud a donc i en voyant la masse aux l’éclair me dure,       j̵ pour mes enfants laure et et c’était dans  improbable visage pendu les dernières de la   pour théa et ses       allong l’erbe del camp, ki f les marques de la mort sur g. duchêne, écriture le       grappe pour jean gautheronle cosmos eurydice toujours nue à       il n’était qu’un mise en ligne janvier 2002 .traverse la poésie, à la (la numérotation des  “s’ouvre pour m.b. quand je me heurte tous feux éteints. des toulon, samedi 9 attendre. mot terrible. et si tu dois apprendre à ce qui fait tableau : ce "je me tais. pour taire. antoine simon 10       je       le       voyage la terre nous madame aux rumeurs     depuis madame, vous débusquez in the country un homme dans la rue se prend       &n    regardant dernier vers aoi des voiles de longs cheveux quai des chargeurs de     après antoine simon 18 station 1 : judas dire que le livre est une i mes doigts se sont ouverts antoine simon 14 deux mille ans nous il est le jongleur de lui passet li jurz, la noit est       en à bernadette je crie la rue mue douleur     du faucon aux george(s) (s est la antoine simon 22 li emperere s’est ce n’est pas aux choses ce jour-là il lui pour yves et pierre poher et       & chaque automne les Ç’avait été la antoine simon 32 les oiseaux s’ouvrent raphaËl la deuxième édition du il en est des meurtrières. m1       le 26 août 1887, depuis face aux bronzes de miodrag l’art c’est la imagine que, dans la  le grand brassage des temps de pierres dans la       &agrav bal kanique c’est une il faut dire les un trait gris sur la poussées par les vagues       bonhe j’ai donné, au mois       alla   pour adèle et       nuage       l̵   ces notes voici des œuvres qui, le    seule au neuf j’implore en vain pour julius baltazar 1 le lentement, josué le 19 novembre 2013, à la tout le problème l’une des dernières preambule – ut pictura       devant       bruyan c’est la chair pourtant sixième a grant dulur tendrai puis   est-ce que       quinze il ne sait rien qui ne va moi cocon moi momie fuseau je n’ai pas dit que le antoine simon 27 les routes de ce pays sont je suis bien dans merle noir  pour noble folie de josué, immense est le théâtre et le grand combat :       apparu     son nous savons tous, ici, que j’ai travaillé c’est extrêmement peinture de rimes. le texte la fraîcheur et la le temps passe dans la able comme capable de donner     &nbs me cinquième essai tout temps de cendre de deuil de pas une année sans évoquer moisissures mousses lichens dans l’innocence des       que la prédication faite     double a toi le don des cris qui au rayon des surgelés    il       ( la littérature de et voici maintenant quelques     au couchant r.m.a toi le don des cris qui la liberté s’imprime à rossignolet tu la pour jacky coville guetteurs les étourneaux ! des conserves ! il y a dans ce pays des voies ainsi fut pétrarque dans       p&eacu siglent a fort e nagent e la rencontre d’une villa arson, nice, du 17 nice, le 8 octobre l’art n’existe un titre : il infuse sa mes pensées restent    au balcon ( ce texte a       jardin on cheval marcel alocco a vertige. une distance deuxième apparition de       sabots dernier vers aoi chaises, tables, verres, il tente de déchiffrer,       sur je me souviens de j’aime chez pierre archipel shopping, la dans l’effilé de dernier vers aoi antoine simon 26       dans       &agrav   pour olivier ne faut-il pas vivre comme       le la vie est dans la vie. se cliquetis obscène des depuis ce jour, le site  il y a le     longtemps sur autre petite voix       l̵ macles et roulis photo 4 antoine simon 23       dans etait-ce le souvenir dernier vers que mort marie-hélène arbre épanoui au ciel cet univers sans ce texte se présente antoine simon 29       il travail de tissage, dans mon travail est une     " sauvage et fuyant comme et que dire de la grâce "la musique, c’est le saluer d’abord les plus ] heureux l’homme       sur pour martine passent .x. portes, j’ai parlé tout en vérifiant     ton f j’ai voulu me pencher   six formes de la je serai toujours attentif à nice, le 18 novembre 2004 la parol

Accueil > Personnalités > Di Suvero

Di Suvero

Mark di Suvero. Né en 1933 à Shangaï. Installé au Etats Unis à partir de 1941.

L’exposition que lui avait consacré le musée d’art moderne et d’art contemporain de Nice en 1991 avait donné lieu à polémiques en raison de la présence d’une dizaine de ses oeuvres monumentales dans divers sites de la ville.


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette